Halte-garderie : comment ça fonctionne et quelles différences avec une crèche ?

Structure d’accueil ponctuelle, la halte-garderie permet (le plus souvent) aux parents en recherche d’emploi, travaillant à temps partiel ou aux mères et pères au foyer de se débloquer du temps pour soi.

Restez informée

Qu’est-ce qu’une halte-garderie ?

Une halte-garderie est un service de garde d’enfant. Il s’agit d’une structure d’accueil ponctuelle, qui peut être à la fois privée ou publique et qui prend en charge les moins de 3 ans au rythme de trois demi-journées maximum par semaine. Seule condition requise, être à jour sur les vaccinations obligatoires (sauf contre-indication attestée par la présentation d’un certificat médical). Les enfants sont alors accueillis par un personnel qualifié, composé de professionnels de la petite enfance, soit d’auxiliaires de puériculture et de titulaires du CAP petite enfance. Leur mission consiste à veiller à la santé, à la sécurité, au bien-être et au développement des enfants qui leur sont confiés.

La halte-garderie s’adresse à tous les parents, quelle que soit leur situation sociale, familiale ou professionnelle. Bien qu’en règle générale, ses adeptes soient en recherche d’emploi, travaillent à temps partiel ou sont mères/pères au foyer. L’inscription se fait généralement sur place (la liste des différents établissements se trouve sur le site de la caisse d’allocations familiales ou sur le site officiel de l’administration française et les prix sont généralement assez bas (le coût varie en fonction des revenus des parents concernés et de leur charge familiale). Le but de cette structure ? Favoriser la conciliation de la vie personnelle et professionnelle des parents. Autrement dit, leur permettre de souffler un peu, en se débloquant plusieurs heures de libre par semaine. La halte-garderie peut également être un complément au mode de garde habituel de l’enfant (baby-sitter ou assistante maternelle par exemple), afin qu’il bénéficie de quelques heures par semaine en collectivité. Un moyen de préparer l’enfant à entrer à l’école.

Halte-garderie : quelles sont les démarches pour s’inscrire ?

Comme expliqué précédemment, les conditions d’inscription varient selon les établissements. Comme le rappelle le site officiel de l’administration française, pour s’inscrire, il faudra alors contacter la personne responsable de l’établissement choisi (directrice, puéricultrice…) pour connaître les démarches à effectuer en vue de l’inscription de votre enfant. L’accueil effectif (admission) de votre enfant dépend du nombre de places disponibles au sein de l’établissement. En général, celui-ci est d’au minimum 9 places.

À noter : un nombre de places garanties est fixé par établissement pour les parents en insertion sociale ou professionnelle (au minimum une place par tranche de 20 places d’accueil).

Il existe également des haltes garderies d’entreprise, associatives ou privées. Pour s’y inscrire, il faudra alors directement se renseigner auprès de la structure en question ou auprès de l’association gestionnaire.

Halte-garderie : quelle est la différence avec une crèche ?

À l’instar de la crèche, la halte-garderie est un service de garde d’enfant. La différence entre les deux étant que d’un côté, il s’agit d’une garde régulière, à la journée, prévue sur la base d’un contrat. De l’autre, il s’agit d’une garde plus flexible, ponctuelle (au rythme de trois demi-journées maximum par semaine), à réserver d’une semaine sur l’autre.

A lire aussi :

⋙ Micro-crèche : ce qu’il faut savoir sur ce mode de garde alternatif à la crèche traditionnelle

⋙ Matrescence : pourquoi toutes les futures mamans devraient s’intéresser au “quatrième trimestre de grossesse”

⋙ Les difficultés scolaires des enfants des milieux populaires liées au manque de places en crèche

Source: Lire L’Article Complet