Hyperthyroïdie : l'alimentation à adopter et les solutions naturelles pour retrouver l'équilibre

Un excès d’hormones thyroïdiennes accélère le métabolisme du corps, ce qui induit une perte de poids malgré un appétit intact, des diarrhées, de l’anxiété, des palpitations, une nervosité latente, des insomnies et une transpiration accrue.

Restez informée

Les aliments à privilégier

Pour calmer le jeu, il faut mettre l’accent sur les aliments bourrés de composés antistress. On favorise :

Les poissons gras (saumon, sardine…), les graines de lin et l’huile de noix pour l’assaisonnement, qui abondent en oméga 3.

L’amande, le cacao, le sarrasin, les légumes secs : ils regorgent de magnésium, qui favorise le sommeil et l’équilibre nerveux.

La carotte, la patate douce et le potiron, pour leur apport en bêta-carotène : cet antioxydant lutte contre les radicaux libres produits en nombre par les hyperthyroïdiens.

Ne négligez pas les laitages, le persil, les choux, les épinards et les graines de pavot, sources de calcium utile pour préserver sa masse osseuse, car l’hyperthyroïdie tend à déminéraliser le squelette et à accroître le risque de fractures.

L’astuce en plus : si votre transit est accéléré, évitez le pain intégral et le riz complet. Préférez le pain au levain et le riz basmati.

Les bons sports

Avec des palpitations et un pouls rapide, pas question d’aller en salle faire de la zumba ou du Body Combat. Misez plutôt sur les activités zen, comme la natation, le longe-côte (marche dans l’eau), le stretching ou le yin yoga, qui allient détente et renforcement des muscles profonds. Renouer avec la nature vous fera aussi le plus grand bien : marche en forêt, jardinage, etc.

L’astuce en plus : désamorcez le stress en inspirant pendant 8 sec, bloquez votre respiration 8 sec, et expirez en comptant jusqu’à 8. A faire 6 fois de suite.

Côté médecines douces

Optez pour le lycope, une plante médicinale qui réduit le volume de la thyroïde et harmonise le rythme cardiaque. A prendre sous forme d’extrait alcoolique (15 gouttes matin et soir), associé à la mélisse (30 g/litre d’eau, en cure de 3 semaines). En cas d’hyperthyroïdie auto-immune (maladie de Basedow), tournez-vous vers les bourgeons de cornouiller et de viorne : 10 gouttes de chaque sous la langue 3 fois/j, 3 semaines/mois.

L’astuce en plus : massez votre cou avec 1 goutte d’HE de myrrhe et une de marjolaine à coquille, diluées dans 1 ml d’huile d’amande.

3 questions au Dr Pierre Nys, endocrinologue-nutritionniste

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Le Nouveau Régime IG thyroïde (éd. Leduc.s).

Quel est l’impact des polluants sur la thyroïde ?

La thyroïde est sensible à de nombreux polluants, en particulier les perturbateurs endocriniens, qui bloquent l’assimilation de l’iode et entravent l’activité des hormones thyroïdiennes. Ils ne font pas courir de risque immédiat, mais posent problème lors d’expositions régulières, notamment à travers l’alimentation.

Comment s’en protéger au mieux ?

Comme les pesticides sont les plus délétères, mieux vaut privilégier les aliments bio. Ceux issus de l’agriculture conventionnelle doivent être bien lavés (dans un bain d’eau avec du vinaigre blanc) et si possible épluchés. Rejetez aussi le plastique (film cuisson, spatule, boîte micro-ondes, etc.). Sous l’effet de la chaleur, la plupart laissent échapper des polymères toxiques. Gare aussi aux solvants des produits ménagers. Je conseille d’utiliser les formules les plus simples et les plus naturelles possibles.

Existe-t-il des aliments interdits ?

Non, et contrairement aux idées reçues, les choux et les navets ne sont pas bannis. Ils contiennent des substances qui perturbent l’utilisation de l’iode par la thyroïde, mais elles sont quasiment détruites à la cuisson. Il faut juste se limiter sur les quantités, 1 à 2 fois par mois maximum. De même, les isoflavones du soja sont à consommer avec modération, pas plus d’une fois par semaine en cas d’hypothyroïdie.

A lire aussi :

⋙ Hyperthyroïdie, Hypothyroïdie : nos remèdes naturels et efficaces pour soigner sa thyroïde

⋙ 5 vérités sur les troubles de la thyroïde

⋙ Thyroïde : quelles sont les différentes maladies et les traitements préconisés ?

Source: Lire L’Article Complet