INTERVIEW. Marine Delterme (Manipulations) : "J’ai joué l’une des scènes les plus difficiles de ma carrière"

Dans Manipulations, diffusée ce lundi 10 janvier sur France 2, Marine Delterme incarne Maud, une businesswoman qui tombe sous le joug de Matthias (Marc Ruchmann), un pervers narcissique. Pour Télé Star, elle revient sur cette nouvelle expérience.

Ce lundi 10 janvier à 21h10, France 2 donne le coup d’envoi de Manipulations, un thriller psychologique en six épisodes porté par Marine Delterme. L’héroïne d’Alice Nevers s’y glisse dans la peau de Maud, une femme d’affaire accomplie qui voit son quotidien bouleversé lorsque, Matthias (Marc Ruchmann), un quadragénaire aussi séduisant que mystérieux, entre dans sa vie. Comme hypnotisée, Maud tombe doucement sous la coupe de ce dernier, sans ne jamais se rendre compte qu’il est peu à peu en train de briser sa vie…

Télé Star : À la lecture du script, quel aspect du scénario vous a attiré vers ce projet ?

Marine Delterme : On ne m’avait jamais proposé ce genre de rôles et j’ai trouvé ça très bien écrit. Sur les six épisodes, on assiste vraiment à la déconstruction d’une femme, on voit comment une femme plutôt bien, avec une petite fragilité dans sa vie sentimentale mais plutôt heureuse dans sa vie, se fait détruire par quelqu’un à qui elle tend la main. Je l’ai lu d’une traite, je me souviens l’avoir commencé dans ma cuisine et je l’ai lu d’un coup, je n’ai pas pu m’arrêter. C’est un thriller très bien construit, j’avais envie de savoir ce qui allait se passer, à quel moment elle s’en rendrait compte… Il y a quelque chose dans la construction du scénario qui m’a vraiment plu.

On démontre ce que c’est qu’un pervers qui entre dans la vie de quelqu’un, mais on n’est pas dans l’attaque frontale, on regarde cet homme détruire la vie de cette femme sans qu’elle ne s’en rende compte au départ. La façon dont Mathias isole Maud est assez jouissive. Le metteur en scène ne voulait absolument qu’il n’y ait jamais de contact physique. À un moment, il y avait une scène où Marc me prenait le bras un peu violemment et il a dit "Non, jamais, je ne veux pas qu’on la sente en danger physiquement". Il voulait vraiment parler de ce que c’est quand les mots deviennent des coups, que les mots peuvent tuer une personne. C’est une mort morale, on peut mettre à mort des gens et c’est invisible. C’est ça qui est important dans cette série, on parle aussi de cette mort-là et c’est primordial de parler de ces coups-là, aussi.

Parlez-nous de votre personnage…

Maud est une femme qui a réussi à mener de front sa carrière, sa vie familiale… Elle est fragile parce que l’homme qu’elle a aimé l’a quittée pour un autre homme. Elle a l’air puissante dans son travail mais elle n’est pas sûre d’elle. C’est une belle personne, quelqu’un de généreux, très dévouée à ses enfants, sa société… C’est la proie idéale pour ce genre de personnes.

Comment avez-vous abordé le rôle ?

J’ai beaucoup travaillé avec le metteur en scène et avec Marc, et j’ai également regardé un documentaire très bon sur des femmes qui ont été abusées par des pervers narcissiques. Ces hommes-là fonctionnent toujours de la même façon donc j’ai un peu travaillé cela. Après, c’est sûrement le privilège du temps qui passe ou d’être actrice depuis beaucoup d’années, mais je laisse aussi faire ce que je ressens. Je ne construis pas, j’ai accès à des choses en moi-même. La vie n’est pas simple, j’ai vécu des choses et j’ai accès à des émotions. Le travail que j’avais à faire sur moi c’était à la fois d’être sous emprise, amoureuse d’un homme, mais aussi avec des zones d’ombre, des doutes, des inquiétudes, des zones de résistance…

Quel aspect du personnage a été le plus difficile à jouer pour vous ?

Dans une scène en particulier, Maud maltraite Matthias et c’était très difficile pour moi. Je ne suis pas quelqu’un de violent physiquement. C’était très dur (rire). C’était l’une des scènes les plus difficiles de ma carrière, et j’ai quand même joué beaucoup de personnages différents. C’était une violence raisonnée, j’ai trouvé cela dur à faire.

Lors d’une interview, Marc Ruchmann nous a expliqué que le tournage était parfois très intense en raison de la dynamique entre les personnages. Pouvez-vous nous en dire davantage à ce sujet ?

Marc est l’homme le plus gentil et le moins pervers du monde (rire). On s’est pris l’un et l’autre par la main pour s’aider. C’est un acteur merveilleux, très bon acteur et très généreux. On a travaillé 100% l’un avec l’autre, à s’entraider. Quand l’un avait du mal ou souffrait pour faire quelque chose, l’autre était là. On s’est pris par la main pour jouer ces deux personnages. Le metteur en scène, Marwen Abdallah, est aussi incroyablement généreux. Il a été très présent. Après des prises parfois difficiles, il venait nous prendre dans ses bras et nous réconcilier. On était un ménage à trois, il y avait quelque chose de très tendre et de très beau et ça nous a permis de rendre les choses un peu moins difficiles.

Source: Lire L’Article Complet