Le félin Babou, animal de compagnie de Dalí

L’artiste espagnol a fait de l’excentricité son image de marque, jusque dans le choix de son animal de compagnie, l’ocelot Babou.

Restez informée

Génial, mégalomane, follement original, le maître du surréalisme a cultivé l’excentricité toute sa vie durant, de son œuvre jusque dans son quotidien. Les récits abondent au sujet de ses bizarreries. Le choix de ses animaux n’a pas échappé à cette fantaisie. Selon la rumeur, il aurait ainsi adopté un fourmilier. En réalité, s’il a pris un jour le métro tenant un tamanoir en laisse, c’était surtout pour les besoins d’une photo (1969). Auparavant, son animal de compagnie le plus original était un ocelot (leopardus pardalis), superbe félin d’Amérique du Sud nommé Babou.

Le félin mène grand train

Selon Salvador Dalí, l’ocelot était un cadeau du président colombien. On le voit à ses côtés dès les années 1960. Peintre, sculpteur, écrivain, scénariste, le Catalan est un artiste célébré dans le monde entier, mais dont l’excentricité est aussi un fonds de commerce objectent ses détracteurs. André Breton, autre surréaliste, le surnommait de l’anagramme Avida Dollars pour son goût pour l’argent ! Le choix d’un ocelot répondait à cette volonté de distinction. L’auteure Suzanne White le décrit trônant « sur un siège en soie situé devant une cheminée en marbre sculpté » dans la maison de Portlligat, en Espagne. Le félin accompagne son maître dans toutes ses sorties et même en voyage, tenu en laisse, portant un collier de pierres cloutées. Il existe des images d’eux prises à bord du France, luxueux paquebot de croisière. Et la légende veut que le peintre ait amené le félin dans un restaurant chic de Manhattan avant de l’attacher à sa table. A ses voisins qui s’inquiétaient, Dalí aurait répondu que Babou n’était qu’un chat ordinaire « repeint dans un dessin “op art” ».

Faire ses griffes au Meurice

Il faut dire que la fourrure noir et or de l’animal, qui mesure près d’un mètre pour une dizaine de kilos, est d’une beauté rare. Ses taches, ou rosettes, se confondent jusqu’à former des bandes et des courbes asymétriques. Il porte des ocelles sur le dos des oreilles. Des bandes noires bordent son visage et sa queue. Selon les sous-espèces, cette fourrure au poil court varie de l’ocre jaune au brun roux, voire au crème et au gris.

Comment Babou vivait-il la domesticité, l’opulence et la célébrité ? A l’état sauvage, cet animal a certes des mœurs nocturnes, tout comme Dalí, connu pour l’exubérance de ses soirées. Mais il se pourrait bien qu’il ait regretté sa forêt. Dans les mémoires de l’acteur Carlos Lozano, ami de l’artiste, recueillies par l’écrivain anglais Clifford Thurlow, on peut lire : « Je n’ai vu l’ocelot sourire qu’une seule fois : le jour où il s’est échappé et a envoyé les invités du Meurice courir comme des rats pour se mettre à l’abri. » Les employés de l’hôtel parisien étaient habitués aux excentricités du peintre, qui y séjournait souvent. Il travaillait dans sa chambre, semant des taches de peinture sur les murs. Babou avait, lui, l’habitude de faire ses griffes sur les meubles et les rideaux. Outre les photos souvenirs, Babou a eu droit à un hommage en 2014 : un parfum commercialisé par la marque Salvador Dalí appelé La belle et l’ocelot.

Sa passion pour les animaux… naturalisés

L’artiste appréciait également la présence d’animaux sauvages naturalisés. Dans la maison de Salvador Dalí de Portlligat, on trouvait une collection incluant un ours blanc, un cygne, des têtes de bélier et de rhinocéros… Dans le château de Púbol, offert à Gala, son épouse et muse, trônait aussi un cheval empaillé. Dans le jardin, l’artiste avait sculpté des éléphants géants sur des jambes de girafes (les éléphants spatiaux). En Espagne, ces deux lieux majeurs de sa vie, ainsi que le théâtre-musée Dalí de Figueres, sont ouverts au public.

salvador-dali.org

A lire aussi :

⋙ Bernard Werber : « Vivre avec un animal prépare à la vie de couple ! »
⋙ Un GPS pour retrouver mon animal, une bonne idée ?
⋙ Quel avenir pour mon animal après moi ?
⋙ Qui est Toby, le chien porte-parole de Colette ?

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Animo n°2 juillet-août 2020

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet