Le Saviez-Tu : Un prank raté du directeur de Tekken a failli mettre Capcom dans l’embarras

À l’instar des joueurs, les créateurs de jeux n’hésitent pas à se taquiner entre eux dès qu’ils en ont l’occasion. Katsuhiro Harada, le directeur de Tekken, et Yoshinori Ono, ancien producteur sur Street Fighter, en sont la preuve. Mais parfois, les blagues peuvent mal tourner et risquer de mettre un éditeur dans l’embarras.

Les fans de Tekken et de Street Fighter le savent probablement déjà, mais Katsuhiro Harada et Yoshinori Ono aiment beaucoup se taquiner l’un l’autre par le biais de leur compte Twitter. Car après tout, ce n’est pas parce qu’ils ont travaillé sur des licences concurrentes qu’ils ne peuvent pas être amis. D’ailleurs, cette rivalité amicale ne se limite pas aux réseaux sociaux et il arrive parfois que les deux hommes se livrent à des petites blagues lorsqu’ils ont l’occasion de se retrouver en convention. Dans une vidéo publiée sur sa chaîne YouTube, Harada’s Bar, le directeur de Tekken est récemment revenu sur l’une d’elles. Malheureusement pour lui, tout ne s’était pas déroulé comme prévu… au point qu’il a bien failli mettre Capcom dans l’embarras.

C’était à l’occasion de la Gamescom. Alors qu’ils étaient logés sur place pour l’événement, Harada avait demandé à son ami, de la façon la plus naturelle possible, dans quel hôtel et dans quelle chambre il se trouvait. Une fois l’information connue, il a alors pu lancer son opération. Celle-ci était aussi simple que gentillette : en lieu et place de l’habituel signe « Do not disturb » (« Ne pas déranger ») qu’il est possible de mettre sur la poignée extérieure de la porte, l’employé de Bandai Namco avait affiché un signe gribouillé par ses soins sur lequel était indiqué « Please disturb » (« SVP dérangez-moi »). En accompagnement, il avait dessiné un énorme caca à côté duquel il avait apposé une petite image de Street Fighter IV, qui servait ainsi de signature implicite de sa part.

Un peu plus tard, lorsque les deux hommes se sont retrouvés pour dîner, Harada avait alors demandé à Ono s’il avait publié sa réaction à la blague sur ses réseaux sociaux. Ce dernier a cependant répondu qu’il n’était pas au courant de la nature du prank… puisqu’il avait lui-même menti à son ami. Se doutant qu’il préparait quelque chose, l’ex-directeur de Street Fighter avait donné un numéro de chambre au hasard. Harada devenait ainsi l’arroseur arrosé. Le problème, c’est qu’après quelques recherches, il s’est avéré que la chambre concernée appartenait à un membre haut placé de Microsoft US. Sachant cela, ce fut un véritable branlebas de combat pour les équipes de Capcom, qui durent se dépêcher d’aller retirer la petite affiche de la poignée avant que celle-ci ne soit vue.

Et pour cause. En raison de la présence de l’image de Street Fighter IV sur le signe, les soupçons se seraient immédiatement portés vers eux, et non vers l’employé de Bandai Namco qui était le véritable responsable de cette blague. Heureusement, Capcom a réussi à récupérer l’objet du prank et aucune répercussion n’a eu lieu par la suite. À ce jour, comme il l’indique dans sa vidéo, Harada ne sait toujours pas si le propriétaire de la chambre, dont l’identité demeure inconnue, a eu le temps d’apercevoir le signe. Néanmoins, il estime que ce dernier aurait été retiré de la poignée le cas échéant. Plus de peur que de mal pour les deux amis donc, qui en ont tiré la leçon suivante : « On devrait faire plus attention ».

Source: Lire L’Article Complet