Les bons gestes à adopter pour soigner son chat

Du petit au gros bobo, il est important de bien surveiller son chat. Si certains peuvent se soigner à domicile, d’autres demandent la consultation chez un vétérinaire.

Restez informée

Abcès

La formation d’une boule de pus sous la peau suite à une morsure est fréquente chez les chats qui sortent dans le jardin et se battent. Attention au risque de septicémie… Si l’abcès se perce spontanément, on nettoie la plaie avec du sérum physiologique et un désinfectant vétérinaire. Sinon, on prend rendez-vous pour le vider, le désinfecter et traiter le chat aux antibiotiques.

Blessure

Du coup de griffe à l’éraflure, le chat qui sort dans le jardin n’est pas à l’abri d’une blessure. Rien de grave dans la majorité des cas, puisqu’il se nettoie tout seul. Mais on peut toujours tamponner la blessure avec une compresse stérile et un désinfectant vétérinaire. Et si elle s’infecte (gonflement, durcissement, pus…), on prend un rendez-vous chez le vétérinaire.

Boiterie

Un chat qui a des difficultés à prendre appui sur une patte peut avoir un corps étranger coincé entre les coussinets ou une griffe infectée (avec la base enflée). Il peut aussi s’être brûlé en sautant sur les plaques électriques. Pour savoir de quoi il s’agit, on inspecte ses pattes. S’il s’agit d’un corps étranger, on peut le retirer doucement à la pince à épiler, puis désinfecter la zone. Dans tous les autres cas de figure et si la boiterie n’a pas disparu après 24 heures, on consulte !

Coup de chaleur

Attention à ne jamais laisser un chat dans une voiture garée en plein soleil l’été… le coup de chaleur est une urgence vitale ! S’il s’agite, qu’il respire mal et que sa température corporelle augmente, on l’enveloppe dans un tissu humide ou l’on l’asperge d’eau à 20 °C pour faire chuter la fièvre avant de l’emmener chez le vétérinaire : il le mettra sous perfusion pour le réhydrater et lui donnera des corticoïdes pour protéger son cerveau d’un œdème.

Intoxication

Essence de térébenthine, white spirit, plantes (ficus, philodendron, roses de Noël…) ou mort-aux-rats, de nombreuses substances peuvent empoisonner un chat, avec des symptômes très variables. S’il bave, qu’il tremble, qu’il vomit ou qu’il a de la diarrhée, on appelle un vétérinaire ou le Centre National d’Informations Toxicologiques Vétérinaires de Lyon (04 78 87 10 40, 24h/24) en urgence. Ce qu’il faut impérativement éviter ? Lui donner à boire (surtout pas de lait) ou essayer de le faire vomir. Dans certains cas, les vomissements aggravent le problème.

Puces

Pas faciles à repérer dans son pelage (des petits points noirs), les puces peuvent lui transmettre des parasites intestinaux ou déclencher une dermatite allergique avec pertes de poils, croûtes, plaies et/ou démangeaisons très désagréables. Quasiment tous les chats en attrapent, y compris en appartement ! La solution ? Sprays, pipettes, comprimés (chez les vétérinaires), on le traite toute l’année en préventif. Sachant que les puces pondent leurs œufs dans les fibres des tapis ou entre les lames des parquets, on traite aussi l’environnement, jusqu’au sac d’aspirateur.

Cet article est extrait du tout dernier Hors-Série de Femme Actuelle, dédié entièrement à nos amis les chats. Un entretien exclusif avec l’auteur à succès Bernard Werber, qui parle de son dernier livre, La planète des chats, tout ce qu’il faut savoir si on pense accueillir un chaton à la maison mais aussi les derniers conseils en matière d’alimentation et de soins… Si vous aimez les animaux, ce nouveau magazine est pour vous.

A lire aussi :

>>> Comment couper les griffes de votre chat
>>> Chat malade : et si c’était son alimentation ?
>>> Quels sont les 10 aliments les plus dangereux pour vos chiens et chats

Source: Lire L’Article Complet