NAC : bien s'occuper de son lapin nain

Vous voulez un animal de compagnie à mi-chemin entre le chien et le chat ? Prenez un lapin nain ! Craquant mais exigeant, cet animal est aussi affectueux qu’indépendant…

Restez informée

Le bon casting

A ne pas confondre avec un hamster ou un cochon d’Inde, le lapin nain n’est pas un rongeur. C’est un lagomorphe (« en forme de lièvre ») dont la popularité s’est amplifiée ces dernières années, au point de faire de lui le troisième mammifère de compagnie le plus répandu après le chat et le chien. Les races les plus courantes en animalerie (entre 20 et 80 €), chez les éleveurs ou en refuge, sont le polonais, le bélier nain, le rex, l’angora et le nain de couleur. Quelles différences ? Ce sont tous des lapins de moins de 2 kg à l’âge adulte, mais ils n’ont pas le même pelage (poils longs, courts…) ni les mêmes oreilles (droites, tombantes…). Attention… Comme les lapins sont très grégaires, mieux vaut en prendre deux (mâle et femelle) de plus de 2 mois déjà sevrés et stérilisés. Vérifiez qu’ils soient propres, avec un ventre souple et des dents bien droites. Ensuite, le choix entre les races est une question de goût, sachant que les lapins à poils longs nécessitent des brossages réguliers.

Un kit d’installation

Si d’autres petits mammifères semblent très bien supporter la vie en captivité, ce n’est pas le cas du lapin nain ! Sa cage (1,40 m de long) doit simplement lui servir pour dormir la nuit. Comme un chat ou un chien, le lapin doit pouvoir sauter, courir et jouer toute la journée dans une maison sécurisée, avec des gamelles, une mangeoire pour le foin et un bac à litière pour y faire ses besoins. Comment lui offrir un environnement adapté ? Contre les risques d’électrocution, d’intoxication ou d’occlusion intestinale, il faut impérativement protéger les fils électriques qu’il peut ronger, éloigner les plantes toxiques (tulipes, muguet, chèvrefeuille…) lui interdire certains accès (escalier, balcon…) et ranger les objets dangereux (médicaments, produits ménagers…). Mais donner à son lapin des balles en fibres végétales et des branches à ronger (en animalerie) reste encore le meilleur moyen de détourner son attention. Plus il est occupé, moins il fait de bêtises !

Au menu

Un lapin nain peut être nourri avec un aliment complet pour lapin (granulés vendus en animalerie), de l’eau fraîche et des légumes en petites quantités. Carottes, fenouil, endive, céleris… on peut varier les plaisirs à condition de lui donner des légumes crus et bien lavés. Très important, il doit aussi pouvoir manger du foin à volonté pour réguler son transit intestinal. Ce mélange d’herbe et de plantes séchées contient des cristaux de silicium qui favorisent en plus l’usure de ses dents. Or celles-ci poussent de plus d’un millimètre par mois. Et en l’absence d’usure, le lapin peut souffrir de malocclusion dentaire, une mauvaise position des dents qui l’empêche définitivement de manger.

Aux petits soins

Comme les chats et les chiens, le lapin nain doit consulter régulièrement un vétérinaire. Vacciné dès l’âge de 5 semaines contre la myxomatose et la maladie hémorragique (VHD, viral hemorragic disease), il faut lui faire un rappel tous les 6 ou 12 mois. Ces deux maladies virales affectent surtout les lapins sauvages mais il n’existe aucun traitement. La consultation annuelle (40 à 50 €) est aussi l’occasion de le traiter contre les parasites (puces, vers…), de lui couper les griffes et de contrôler son état de santé. Perte d’appétit, fatigue inhabituelle, diarrhée, yeux rouges… tout symptôme anormal doit en plus faire l’objet d’un rendez-vous chez le vétérinaire.

Avec lui, ça se passe comment ?

Les plus : il apprend très vite à faire ses besoins dans un bac à litière, répond à son nom, réclame des caresses et peut s’éduquer (presque) comme un chien ! Le lapin nain est un petit compagnon vraiment très affectueux. Sa durée de vie est de 8 À 12 ans.

Les moins : le coût des vaccins et des soins vétérinaires (vermifuges, antiparasitaires…). Un lapin nain nécessite aussi quelques aménagements (pièce sécurisée, emplacement de la cage…), une présence quotidienne et beaucoup d’attention. D’autre part, il déteste le bruit… avec lui, pas de cris et de musique à fond !

Cet article est extrait du tout dernier Hors-Série de Femme Actuelle, dédié entièrement à nos amis les chats. Un entretien exclusif avec l’auteur à succès Bernard Werber, qui parle de son dernier livre, La planète des chats, tout ce qu’il faut savoir si on pense accueillir un chaton à la maison mais aussi les derniers conseils en matière d’alimentation et de soins… Si vous aimez les animaux, ce nouveau magazine est pour vous.

A lire aussi :

>>> Les nouveaux animaux de compagnie : avantages et inconvénients de chacun
>>> Trois raisons de craquer pour un lapin nain
>>> Est-ce que le lapin nain est un vrai compagnon ?

Source: Lire L’Article Complet