« Nous serons bien là cet été », promet le festival photo de la Gacilly

L’épidémie de coronavirus et ses indispensables
mesures de confinement ont mis en sommeil tout le secteur culturel français. La Bretagne n’y échappe pas et voit tous ses festivals retenir leur souffle,
Les Vieilles Charrues en tête. Si le plus gros festival français a bon espoir de pouvoir se tenir, d’autres ont déjà dû renoncer, à l’image du Printemps de Bourges. Dans le Morbihan,
le festival photo de la Gacilly ne veut pas s’y résoudre. L’événement, qui accueille 300.000 visiteurs de juin à septembre, a adressé un communiqué qui se veut optimiste : « Nous serons bien là cet été », promettent les organisateurs.

La 17e édition intitulée « Viva Latina » devrait donc bien avoir lieu dans le petit village du Morbihan. « Bien sûr, cette période et ses conséquences nous obligent à nous adapter et à nous réinventer », précise le festival, qui évoque notamment la difficile mise en place des expositions censées être prêtes à la fin du mois de mai. « Notre programmation sera allégée », admettent les organisateurs, qui promettent cependant que l’événement aura bien lieu et « sera une occasion rêvée pour se ressourcer ».

Le petit village de 4.000 habitants voit chaque année environ 300.000 visiteurs venir profiter de ses expositions photographiques installées en extérieur. C’est sans doute cette donnée qui permet à l’événement de se maintenir, à condition que les mesures de confinement soient levées. Reste à savoir comment d’éventuelles jauges pourraient être mises en place au sein de cet environnement extérieur vaste.

En 17 ans, le festival de la Gacilly est devenu l’un des événements culturels français les plus engagés pour la préservation de la planète. Il se voit de plus en plus comme « un lanceur d’alerte », comme l’avaient fait savoir ses organisateurs lors d’un récent passage à Rennes. Cette année, il aura pour thème l’Amérique latine et la biodiversité.

Source: Lire L’Article Complet