Parviendrez-vous à trouver le serpent caché dans cette image ?

Et si après “Où est Charlie ?”, on jouait à “Où est le serpent ?” Postée sur Twitter par Helen Bond Pillar, une doctorante du laboratoire Savitsky de l’université de l’Utah (États-Unis), cette photo joue avec nos nerfs et nos yeux.

Pris par Jerry Davis lors d’une balade à Shepherd, au Texas, ce cliché entre dans notre palmarès des meilleures illusions d’optique naturelles ! Concentrez-vous et essayez de repérer le reptile qui se cache dans cet amas de feuilles en apparence bien innocent… Petit indice : le reptile ne se trouve pas dans un coin et s’il est si bien caché c’est uniquement grâce à sa couleur…

Received this from a fellow HERper this morning. No caption needed, the task was implied: “can you spot the snake?” 🐍 pic.twitter.com/oVkjOm8ufy

Un serpent trompe-l’oeil

On l’avoue, on s’est bien esquinté les pupilles en tentant de dénicher cette bête qui a dû prendre des leçons de camouflage auprès d’un caméléon. Heureusement, le zoom nous a permis de voir enfin cet Agkistrodon contortrix, plus connu sous le nom de Mocassin à tête cuivrée. Découvrez la solution à ce casse-tête dans la vidéo en tête d’article.

On trouve généralement ce serpent venimeux sur la côte est des États-Unis où il est appelé “Copperhead”. Il dépasse rarement les 80 centimètres de long mais on a pu en apercevoir certains qui atteignent les 130 cm. Ce serpent a une couleur de base bronze ou bronze-rosé avec de 10 à 18 bandes transversales. C’est cette palette de nuances cuivrées qui lui a donné son nom et il est justement réputé pour son adaptation mimétique.

Un venin très utile

Comme le prouve cette photo, l’Agkistrodon contortrix chasse plutôt en embuscade et se camoufle de manière bluffante pour mieux surprendre sa proie. Ses morsures très douloureuses sont plutôt rares sauf si l’Homme vient le déranger mais il faut tout de même savoir que son venin peut endommager les muscles et créer d’impressionnants œdèmes. Mais son venin pourrait présenter un intérêt médical.

En effet, il a été montré sur des souris qu’il contenait une substance capable de freiner le développement de cellules cancéreuses. Visiblement, le Mocassin à tête cuivrée ne cache pas seulement ses écailles dans la nature mais aussi quelques trésors qui pourrait faire avancer la recherche.

Source: Lire L’Article Complet