Procès Daval : Jonathann Daval présente ses "excuses" à la famille d’Alexia Daval, avant de s’évanouir

C’était le moment le plus attendu du procès. Ce mercredi 18 novembre était prévu l’interrogatoire de Jonathann Daval, lors de la troisième journée de son procès à la cour d’assises de la Haute-Saône, à Vesoul. L’homme âgée de 37 ans est poursuivi pour le meurtre d’Alexia Daval, son épouse, qui était âgée de 29 ans.

Lors du premier jour d’audience, il a affirmé, une bonne fois pour toutes, être l’unique responsable du meurtre d’Alexia Daval. Dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, il l’a frappée, étranglée, à leur domicile de Gray, avant de transporter son corps dans une forêt, et de le brûler partiellement. 

Les “excuses” de Jonathann Daval aux parents d’Alexia Daval

Ce mercredi, Jonathann Daval, très silencieux durant les deux premiers jours d’audience, devait être interrogé. Son interrogatoire a commencé en début de soirée.

L’informaticien a voulu présenter ses excuses à son ancienne belle-famille : “Je voudrais d’abord, c’est peut-être pas le mot adapté, avoir des excuses auprès des parents, de la famille d’Alexia pour ce que je leur ai fait”, déclare-t-il, rapporte Franceinfo. “Je leur ai enlevé leur fille, après je leur ai menti”, résume Jonathann Daval. 

En effet, l’homme avait d’abord fait croire à la disparition d’Alexia Daval. Après avoir avoué le meurtre, trois mois plus tard, il s’était ensuite rétracté, invoquant un “complot familial” contre la victime, avant de finalement reconnaître être le meurtrier, lors d’une audition en présence de ses beaux-parents, Jean-Pierre et Isabelle Fouillot. 

Oui c’est pas pardonnable ce que j’ai fait, je voulais quand même le dire.

“Oui c’est pas pardonnable ce que j’ai fait, je voulais quand même le dire”, a ensuite ajouté Jonathann Daval. 

Ce jeudi matin, les proches d’Alexia Daval ont jugé les excuses de l’accusé “pitoyables”, cite l’Est républicain. “On attend toujours les révélations de Jonathann”, a déclaré Maître Portejoie, l’avocat de la famille de la victime.

Pour les parents d’Alexia Daval, ces aveux avaient été d’autant plus terribles qu’ils étaient très proches de leur gendre, depuis qu’il avait rencontré leur fille au lycée. “Notre futur, il est simple, nous avons pris perpétuité”, a déclaré Jean-Pierre Fouillot devant la cour d’assises ce mercredi, cite Franceinfo. “Est-ce que ce sera le futur de Jonathann ? Seuls vous en déciderez”, a-t-il déclaré à l’intention des jurés.

Jonathann Daval maintient sa version sur la nuit du meurtre

Devant le tribunal, Jonathann Daval a réitéré sa version des faits sur ce qui s’est passé le soir du meurtre. 

Il a à nouveau affirmé qu’Alexia Daval lui avait demandé un rapport sexuel, et qu’une dispute a ensuite éclaté : “Elle me demande un rapport [sexuel, ndr] que je refuse. Ensuite il y a des réflexions sur moi, sur mon comportement, je ne suis pas là pour elle…”, relaie RTL

“Moi ce que je fais d’habitude… fuir le conflit, partir de la maison… Là une dispute a commencé et qui se termine dans les escaliers, où je l’ai frappée, étranglée”, a poursuivi Jonathann Daval. Il a ensuite expliqué avoir transporté le corps en forêt au petit matin, avec sa voiture de fonction, avant de le brûler, et de réfléchir à un alibi.

Le malaise vagal de Jonathann Daval

Alors qu’il était en train d’être interrogé sur les difficultés du couple à avoir un enfant, Jonathann Daval a déclaré “ne pas se sentir bien”, rapporte l’AFP, reprise par RTL. L’accusé est “tombé derrière la rambarde” de son box, informe le journaliste de la radio.

Jonathann Daval a dû être évacué en véhicule médicalisé, puis a été emmené aux urgences. Les médecins ont diagnostiqué un malaise vagal, a annoncé son avocat, Maître Randall Schwerdorffer. Son client a passé la nuit à l’hôpital, a déclaré l’avocat général. 

L’audience a été suspendue et reportée au lendemain matin, 9 heures. Ce jeudi matin, les médecins ont estimé le meurtrier présumé apte à retourner devant le tribunal. 

La thèse d’un empoisonnement et d’un viol post-mortem

Le procès est censé se tenir jusqu’à ce vendredi. Les parties civiles, et la famille d’Alexia Daval souhaitent également prouver que Jonathann Daval avait prémédité le meurtre de son épouse, ce qui pourrait aggraver la peine encourue, et qu’il l’a violée après sa mort. Deux chefs d’accusation qui n’ont pas été retenus lors de l’instruction, et qui sont démentis par l’accusé. 

Ils soutiennent ainsi qu’elle était “soumise chimiquement”, droguée à son insu aux tranquilisants durant les mois précédant par son meurtre, des traces de différents médicaments ayant été trouvées lors de l’autopsie.

L’avocat de la famille de la victime défend quant à lui la thèse d’un viol post-mortem, des traces de sperme de l’accusé ayant été retrouvées dans son corps, sa culotte, et sur son short. L’autopsie n’avait pu conclure à des violences sexuelles, le corps étant trop brûlé pour s’en assurer.

Poursuivi pour meurtre sur conjoint, Jonathann Daval risque la réclusion criminelle à perpétuité. 

Photo ci-dessus : photo extraite du documentaire “Daval : la série”, réalisé par Ligne rouge pour BFM TV

  • Affaire Alexia Daval : les parents se disent prêts à défendre la mémoire de leur fille
  • Meurtre d’Alexia Daval : “un scénario machiavélique” selon le procureur

Source: Lire L’Article Complet