Protocole sanitaire en entreprise : fin du télétravail obligatoire au 1er septembre ?

Plus de “jours minimal” de télétravail. La dernière version du nouveau protocole sanitaire en entreprise qui doit être publié ce mardi 31 août et entrer en vigueur dès demain, montre un assouplissement important des règles.

Selon Les Échos, qui a eu accès au texte, cette nouvelle version du protocole ouvre “la voie pour que les entreprises s’organisent comme bon leur semble”. 

La fin du travail à distance obligatoire

Alors que jusqu’à présent le télétravail était l’une des règles immuables de la protection des salariés, il n’existe plus désormais de règles gouvernementales. “Le nouveau protocole va redonner la main aux entreprises pour fixer les règles en matière de télétravail”, avait ainsi déclaré Elisabeth Borne, invitée lundi sur BFMTV et RMC.

Ainsi, comme le souligne France TV Info, plusieurs cas de figure se présentent aux entreprises.

D’abord, les entreprises qui le souhaitent peuvent demander à leurs salariés de revenir travailler tous les jours sur site. Ensuite, “Les entreprises qui ont signé des accords de télétravail avant ou pendant la crise sanitaire vont pouvoir les activer ou les maintenir. […] Les entreprises qui n’ont pas signé d’accord peuvent mettre en place du télétravail par charte, unilatéralement”.

Des accords à renégocier

Ce nouvel assouplissement du protocole permet notamment aux entreprises et aux partenaires sociaux de rediscuter les accords en vigueur dans chaque entreprise. Comme le rappelle France TV Info, “le code du travail permet à un salarié de négocier de gré à gré des jours de télétravail avec son employeur. Si ce dernier refuse, il doit motiver sa réponse”.

Cette liberté de manœuvre retrouvée apportée par cette nouvelle version du protocole sanitaire en entreprise “répond à une forte demande”, complète Les Échos. “27 % des salariés travaillent dans une entreprise qui a l’intention d’établir une nouvelle règle ou de faire évoluer la règle en place dans les prochains mois”, notamment dans les secteurs de l’informatique, la communication et la finance. 

Source: Lire L’Article Complet