Quand je vais courir, je prends un petit déjeuner avant ou après ?

Courir à jeun ou courir l’estomac plein, deux écoles s’opposent. Selon la durée de votre course, votre repas de la veille, vos objectifs et vos capacités les deux méthodes peuvent s’appliquer. Choix des aliments, temps de digestion, bienfaits et contraintes, on vous dit tout pour démarrer votre running du bon pied.

Pourquoi courir à jeun ?

Après une nuit de sommeil, notre corps n’a reçu aucun apport énergétique. Pour faire tourner cette grande machine, il est donc obligé de puiser dans ses réserves. Oui, mais lesquelles ? Je vous le donne dans le mille, ses réserves de sucres et de gras. C’est donc le moment idéal d’aller courir si votre objectif est de perdre du poids. Attention tout de même, si vous n’êtes pas habitué à courir le ventre vide à ne pas trop forcer. Commencez par dix minutes et observez la réaction de votre organisme. Progressivement vous augmenterez votre temps de course. On évitera de courir plus de quarante-cinq minutes l’estomac vide, car vous risquez de puiser dans les réserves musculaires.

Pourquoi courir l’estomac plein ?

Si vraiment courir à jeun vous effraie ou ne vous convient pas, quelques règles sont à respecter. Ne manger pas juste avant le départ. Près de deux heures de digestion sont nécessaires au corps humain pour assimiler ce que vous lui donnez. En ne respectant pas ce délai, l’énergie utilisée pour la digestion ne sera pas disponible pour votre footing. Votre course ne sera pas productive. Par contre, en courant après le petit-déjeuner et après la digestion, vous pourrez partir pour un running bien plus long avec plein d’énergie à disposition.

Que manger avant et après l’effort ?

Vous choisissez de courir après le petit-déjeuner. Dans ce cas faites un repas complet mais qui ne soit pas trop lourd à digérer. 40g de flocons d’avoine, une poignée d’amandes et un apport en protéines modéré, une ou deux tranches de jambon par exemple.

En effet, les protéines demandent un gros travail de digestion ce qui prolonge le temps d’attente avant de pouvoir courir. Pensez à manger en revenant de votre course pour aider l’organisme à récupérer et vos muscles à se reconstruire. Barre protéinée, boisson protéinée type « whey » et un apport en lipides pour favoriser la reconstruction, noix de cajou, noisette, amande…

Dans le cas où vous courrez à jeun la règle est la même, sauf qu’il vous faut ajouter un glucide à assimilation assez rapide après votre effort. Une cuillère de miel, quelques dattes, une tranche de pain de seigle, ils vous aideront à relancer votre organisme.

Comme vous pouvez le voir, il n’y a pas de méthode qui vaille l’une plus que l’autre. Libre à vous d’alterner  et de préférer celle qui vous convient le mieux. Dans tous les cas, le sport doit avant tout rester un moment de plaisir et d’épanouissement.

Source: Lire L’Article Complet