Robin Wright : les détails "cauchemardesques" de ses débuts dans Santa Barbara

Dans les années 1980, Robin Wright a commencé sa carrière dans Santa Barabara.  Près de quarante ans après, l’actrice ne garde pas un bon souvenir de son passage dans le soap-opéra.

Tour à tour tête d’affiche d’House of Cards, meilleure amie de Tom Hanks dans Forrest Gump ou encore Blake Lively adulte dans Les Vies privées de Pippa Lee, Robin Wright n’a plus rien à prouver. Actrice reconnue depuis de longues années, elle a suivi une carrière auréolée de succès. Pour elle, tout a commencé dans les années 1980. En 1984, c’est dans Santa Barbara que les téléspectateurs l’ont découverte, sous les traits de Kelly Capwell. Pendant quatre ans, Robin Wright a porté ce soap opera, où elle a rencontré son premier mari (Dan Witherspoon) avant de claquer la porte, en 1988. Mais quarante ans plus tard, elle ne garde pas un excellent souvenir de ce tournage, pour lequel elle devait "apprendre trente pages de dialogue par jour et jouer entre seize et dix-huit heures au quotidien", comme elle le confie dans les colonnes de Public, ce vendredi 26 février.

"On travaillait avec trois caméras, c’était complètement fou. C’était tellement intense que je dormais dans les studios, dans les loges, continue la comédienne auprès de nos confrères. Quel intérêt de rentrer chez soi quand on doit être de retour sur le plateau une heure plus tard ?" Mais malgré tout, Robin Wright était quand même "contente d’avoir décroché un rôle récurrent", qui a lancé sa carrière. "Ca m’a permis d’apprendre les ficelles du métier, continue-t-elle dans les colonnes de Public. Quand j’ai obtenu le rôle dans Princess Bride, au cinéma, la production de Santa Barbara a dû liquider mon personnage fissa avant de le ressusciter, puisque j’étais tenue par contrat de terminer la saison." Elle conclut : "Ce n’était pas la même manière de faire des séries qu’aujourd’hui…"

Robin Wright : "Tout dépend de la réaction des téléspectateurs"

Et à l’époque où elle était l’une des stars de la série déjà, Robin Wright ne mâchait pas ses mots. "J’en ai marre de Santa Barbara, je suis fatiguée de la télévision. La série est dirigée par quatre réalisateurs. On change d’équipe deux fois par semaine, c’est-à-dire à chaque fois qu’on a un nouveau producteur, un nouveau scénariste et un nouveau réalisateur, qui n’a pas la même idée du rôle que le précédent, bien sûr, s’agaçait-elle dans les années 1980. Le plus ennuyeux, c’est que les scénaristes ne lisent pas les scénarios du tournage précédent. Parfois, ils nous font même dire le contraire de ce que nous avons dit la veille. Ce n’est pas facile." L’actrice poursuivait : "Les personnages apparaissent et disparaissent du spectacle au gré de l’imagination des réalisateurs et des producteurs. En fait, tout dépend de la réaction des téléspectateurs, du courrier des fans".

Source: Lire L’Article Complet