Roland-Garros 2021 : Naomi Osaka se retire de la compétition pour préserver sa santé mentale

La N°2 mondiale, Naomi Osaka, qui concourrait à Roland-Garros cette année, a annoncé se retirer de la compétition lundi 31 mai sur Twitter. “Salut à tous, c’est une situation que je n’avais pas imaginée ni cherchée lorsque j’ai tweeté l’autre jour. Je pense que la meilleure chose pour le tournoi, les autres joueuses et mon bien être est que je me retire (du tournoi) pour que chacun puisse se reconcentrer sur le tennis”, a tweeté la Japonaise de 23 ans, déjà victorieuse de 4 titres du Grand Chelem.

Son annonce fait suite à une polémique qui a pris de l’ampleur en quelques jours. 

Je pense que la meilleure chose pour le tournoi, les autres joueuses et mon bien être est que je me retire (du tournoi) pour que chacun puisse se reconcentrer sur le tennis

La jeune femme de 23 ans a en effet refusé d’assister à une conférence de presse consacrée à la compétition, un rituel auquel sont censés se plier les joueurs du tournoi. Dimanche 30 mai, elle a même été sanctionnée pour cela avec une amende de 15 000 $.

En cas de récidive, la joueuse pro, qui a visiblement préféré anticipé la suite des événements, risquait la disqualification, ainsi qu’une exclusion commune des quatre épreuves du Grand Chelem (Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon et US Open) si Naomi Osaka persistait à boycotter les conférences de presse, précise le HuffingtonPost

La question de la santé mentale des joueurs.ses

Le refus de la tenniswoman de participer à ces conférences de presse ne relevait pourtant pas de l’affront ou du caprice mais d’un besoin, a-t-elle expliqué, celui de préserver “[s]a santé mentale”.

Naomi Osaka a confié sur Twitter fêtre atteinte d’anxiété sociale et avoir “traversé de longues périodes de dépression depuis l’US Open 2018 [qu’elle avait remporté, ndlr] et j’ai eu beaucoup de mal à m’en remettre”.

“Même si la presse qui couvre le tennis a toujours été bienveillante envers moi (et je présente mes excuses à tous les journalistes sympas que j’ai pu offenser), je ne suis pas à l’aise pour parler en public et je ressens d’immenses vagues d’anxiété quand je dois m’adresser à la presse mondiale”, poursuit-elle. 

Je me sentais déjà vulnérable et anxieuse et c’est pourquoi j’ai pensé qu’il valait mieux me préserver et manquer les conférences de presse.

À son arrivée à Paris, son état mental n’était pas mieux : “Alors à Paris, je me sentais déjà vulnérable et anxieuse et c’est pourquoi j’ai pensé qu’il valait mieux me préserver et manquer les conférences de presse”, précise Naomi Osaka qui est, avant toute obligation médiatique, une joueuse. 

Provoquer un changement

La tenniswoman aurait tenté de discuter avec les organisateurs quant aux raisons de ce que beaucoup nomment comme un “boycott” de sa part. “Je l’ai annoncé à l’avance parce que j’estime que les règles en vigueur sont dépassées et que je voulais le souligner”, justifie la jeune femme.”J’ai écrit en privé aux organisateurs du tournoi pour présenter mes excuses et leur dire que j’étais prête à leur parler après le tournoi parce que les Grands Chelems sont intenses”, poursuit-elle.

Naomi Osaka “sait qu’il est important de parler à la presse”. Comme l’explique son entraîneur, Wim Fissette, au magazine allemand Der Spiegel, elle ne boycotte pas les médias “pour elle seule”, mais parce qu’elle est “préoccupée par des questions fondamentales, elle veut provoquer un changement”. 

Obliger les joueurs à se rendre en conférence de presse, sans prendre en compte le timing de la compétition ou leur santé mentale, devrait changer, comme l’explique Naomi Osaka : “Je vais me retirer un certain temps des courts mais, le temps venu, je veux vraiment travailler avec le Circuit pour discuter des moyens d’améliorer les choses pour les joueurs, la presse et les fans”.

De nombreux messages de soutien

Cette annonce inattendue a fait l’effet d’une bombe, surtout pour les fans de la joueuse de tennis. Sur les réseaux sociaux ses fans mais aussi des personnalités du monde lui ont partagé leur soutien et ont salué sa franchise. 

Alexandria Ocasio-Cortez, une représentante politique au Congrès américain, s’est exprimé sur Twitter avec un simple mais efficace : “Fière de toi”.

Source: Lire L’Article Complet