Sextoys : Stimulateurs clitoridiens, trouvez l'aspiration !

Capables de reproduire l’effet d’un cunnilingus, ces sextoys ont provoqué une véritable révolution dans l’univers de la masturbation féminine… On vous explique pourquoi.

Une invention “maison” L’histoire de cette révolution débute… dans un salon ! Entendant que 50 % des femmes n’ont jamais connu l’orgasme, un inventeur allemand de 65 ans décide de créer un jouet qui leur assurerait le nirvana. Pour cela, il va utiliser la pression atmosphérique, d’abord en détournant une pompe d’aquarium. Et il embauche sa femme Brigitte qui, pendant deux ans, va tester les différents prototypes, modifiant vibrations et aspirations au gré des résultats ! Ainsi naît le Womanizer, premier sextoy fonctionnant avec de l’air pulsé, des ondes de pression qui, en l’effleurant seulement, stimulent le clitoris en profondeur.

Bye bye le phallus, et vive le clito ! Se concentrer uniquement sur le plaisir clitoridien pouvait a priori écarter un grand nombre de consommatrices qui se jugeaient uniquement vaginales. Alors que, bien souvent, c’était simplement que l’on ne leur avait jamais stimulé correctement cet organe fabuleux ! Avec ces sextoys et leurs possibilités permettant d’accélérer ou de ralentir la cadence, de choisir un mode alternatif ou continu, d’aspirer plus ou moins fort, et de le placer où vous voulez, le problème est résolu.

Vous aurez un cunni… comme vous n’en avez jamais eu !

Un accessoire de bien-être La vraie révolution de ces objets tient également au fait qu’ils ont modifié en profondeur la manière dont on voit les sextoys. Il ne s’agit plus de pimenter vos soirées ou de booster votre libido, mais juste de se faire du bien à soi-même.

Au passage, l’un n’empêche pas l’autre, au contraire. Mais l’utilisation des stimulateurs est davantage prévu pour un moment de détente qu’une séance de chauffe. D’ailleurs, après votre séance, préparez-vous à faire un bon gros dodo !

Pour un max de sensation : S’épiler définitivement le sexe, fausse bonne idée ?

Source: Lire L’Article Complet