Somatothérapie : les bienfaits de cette psychothérapie par le corps

La somatothérapie est une psychothérapie par le corps qui permet de dénouer des blocages, de soulager une anxiété, d’identifier la cause de symptômes. Découvrez les bienfaits de cette méthode et comment se déroule une séance de somathothérapie.

Restez informée

Stress envahissant, angoisses, phobies, troubles du sommeil… La somatothérapie est une thérapie qui fait appel notamment au toucher, qui cherche à « faire parler le corps ». Alix de La Brosse, somatothérapeute et analyste transactionnelle, nous explique tout ce qu’il faut savoir sur cette méthode aux multiples bienfaits.

Qu’est-ce que la somatothérapie ?

La somatothérapie est une méthode qui fait partie de la grande famille des psychothérapies.

Le terme « somatothérapie » désigne « le soin par le corps », c’est une psychothérapie qui donne, dans son approche, une place importante au corps. C’est aussi l’occasion d’introduire le toucher dans la psychothérapie.

« En tant que somatothérapeute, on ne considère pas la tête d’un côté, les émotions d’un autre côté et le corps d’un autre… Pour nous, tout est très lié. D’ailleurs, on s’en rend compte lorsque l’on a un mal-être psychique, on a des répercussions sur notre état physique : on a mal au dos, mal au ventre… L’inverse est vrai aussi : en cas de souffrance physique, le moral est affecté également », explique Alix de La Brosse.

Le somatothérapeute, a donc pour ambition de s’adresser à la personne dans son ensemble, aux trois aspects qui le compose et qui finalement ne font qu’un : son corps, sa tête et son cœur. Alors que dans la plupart des approches de psychothérapie dans notre société occidentale ont tendance à privilégier la pensée (la tête).

« L’intérêt de s’adresser au corps, c’est que tout est lié : en cas d’angoisses, on peut avoir le ventre noué par exemple, et masser cette zone pour la dénouer peut aider à soulager la sensation physique désagréable et par conséquent l’angoisse. On aura beau parler de ces angoisses, parfois ça ne suffit pas ! », explique Alix de La Brosse.

Somatothérapeute : comment se déroule une séance ?

Une séance de somatothérapie commence généralement par un temps de parole, puis chaque praticien travaille différemment, et dispose de nombreux outils corporels à sa disposition pour inviter la personne à lâcher prise, à s’exprimer, à identifier des blocages…

Le massage sensitif par exemple, permet à la personne d’être en contact avec ce qu’elle ressent. On va alors travailler autour de la conscience, se poser et se demander ce qui se passe dans le corps au moment du toucher.

« On peut ainsi éveiller une conscience corporelle, proche de la pleine de conscience : un sursaut, une gorge qui se serre… Le corps indique beaucoup de choses, c’est pourquoi il est intéressant de l’interroger ! », explique la praticienne.

D’autres outils existent, comme l’utilisation de la pâte à modeler par exemple. On va ainsi, de façon détournée travailler sur l’image corporelle, la représentation, les interrogations…

Les techniques de relaxation, les exercices de respiration, la pleine conscience, ou encore la visualisation positive sont autant d’outils dont le praticien dispose également.

L’objectif lors de la première séance, est de s’adapter à chaque personne et de l’écouter dans sa souffrance. Certains, dans un premier temps ne peuvent ou ne veulent pas être touchés. Dans le cas de certaines phobies, ou à la suite d’un traumatisme, le massage, le toucher, sont impossibles ou compliqués : le somatothérapeute devra alors trouver un moyen différent pour aider la personne à se mettre à l’écoute de son corps, de sa pensée, de ses émotions…

L’observation est également un outil intéressant : interroger les mouvements que l’on peut voir, si la personne joint ses mains par exemple, cela peut être instructif de demander ce que le corps veut signifier par ce mouvement…

« Une séance de somathothérapie est toujours du sur-mesure : on s’adapte aux besoins de la personne, aux difficultés qu’elle peut rencontrer, notamment avec le toucher, ou la parole que l’on peut mettre à distance… On ajuste au fil de la séance, des réactions de la personne. L’objectif est de l’aider à accéder à une forme de détente, de lâcher-prise », précise la praticienne.

La fin de la séance est souvent l’occasion d’échanger, de faire un point sur ce que la personne a vécu, ressenti, sur ce qu’il s’est passé en elle, pendant le temps sur la table de massage : sur ce que ça voulait dire, ce qui a pu faire écho…

« Le corps est plus près de l’inconscient que la parole, un lapsus par exemple, c’est quelque chose qui s’échappe de l’inconscient. Le temps corporel sur la table, c’est un peu comme une porte ouverte à un rêve éveillé. C’est parfois un moment accélérateur de prise de conscience », explique Alix de La Brosse.

« La somatothérapie est un moyen de mettre en lumière des choses invisibles, des conflits psychiques qui nous gênent dans notre vie. Nous avons tous en nous une part qui veut des choses et une autre part qui veut autre chose, par exemple : une part de moi veut changer de travail et une autre part freine parce qu’elle a très peur de perdre de la sécurité. Les séances permettent de décoder, d’y voir plus clair entre les différentes parts », poursuit la praticienne.

Somatothérapie : les bienfaits de cette psychothérapie par le corps

On consulte un somatothérapeute pour les mêmes raisons qu’un psychologue ou un psychothérapeute :

  • Un stress envahissant
  • Des angoisses
  • Des problèmes de sommeil
  • Des difficultés relationnelles
  • Des crises d’angoisse
  • Des phobies
  • Un état dépressif

Un deuil, une séparation, un licenciement, des problèmes familiaux, un stress post-traumatique, le syndrome du nid vide, un traumatisme, un choc émotionnel quel qu’il soit, mais aussi un mal-être ou une souffrance inexpliquée, peuvent être autant de motifs qui poussent à prendre rendez-vous avec un somatothérapeute.

Les personnes qui souffrent de douleurs, qui ont « un corps qui fait mal », ou qui sont atteintes de fibromyalgie, ou de glossodynie (syndrome de la bouche brûlante) peuvent également se tourner vers un praticien en somatothérapie.

Enfin, les personnes qui somatisent, pourront être aidées lors de ce type de séance où le travail corporel permet d’interroger le corps sur ce qu’il exprime à travers les douleurs.

Généralement, les bénéfices sont immédiats avec le temps corporel : le niveau de bien-être de la personne augmente, le ventre se dénoue, les tensions corporelles sont soulagées…

Une fois qu’on détend le corps, on peut s’abandonner davantage, et accéder à des questionnements, des blocages auxquels nous n’avons pas accès de prime abord.

« Mon objectif lorsqu’une personne vient me voir, c’est qu’elle puisse faire l’expérience d’un niveau d’angoisse, de stress, de mal-être plus bas, même de façon provisoire, grâce aux techniques de relaxation, de respiration, de pleine conscience, de visualisation positive. Et dans l’idéal, au fur et à mesure, la personne mémorise corporellement ce bien-être, et améliore sa sécurité interne », explique la praticienne.

« Attention, comme d’autres types de psychothérapie, la somatothérapie, ce n’est pas de la magie ! Le somatothérapeute n’apporte pas de réponse toute faite au problème. Ce n’est pas le travail du praticien en lui-même qui permet de résoudre le problème, mais bien le travail qui va se faire à deux, lors des séances », tient à préciser Alix de La Brosse.

D’où l’importance de l’investissement de la personne elle-même lorsqu’elle pousse la porte d’un somatothérapeute, pour obtenir des résultats.

Somatothérapie : prix, remboursement…

La somatothérapie est une pratique libre, qui n’est pas réglementée, les praticiens définissent donc eux-mêmes leurs tarifs pour les séances.

En général, comptez entre 60 et 80 euros la séance d’une heure.

Une séance chez un somatothérapeute n’est pas prise en charge par l’Assurance maladie, comme toutes les psychothérapies, sauf dans certains cas, où la psychothérapie est faite par un psychiatre.

Bon à savoir : certaines mutuelles peuvent rembourser des séances, mais cela reste rare.

Merci à Alix de La Brosse, somatothérapeute et psychothérapeute, www.alixdelabrosse.fr

Source: Lire L’Article Complet