Stéatose hépatique (NASH) : 5 réflexes à adopter pour mettre son foie au repos

Cette maladie bénigne au départ peut évoluer vers un dysfonctionnement grave du foie. Heureusement, elle est totalement réversible à condition d’être dépistée précocement.

Restez informée

La stéatose hépatique (ou « foie gras ») non alcoolique (NAFLD selon l’acronyme anglais) correspond à une accumulation de graisses dans le foie, chez des personnes non consommatrices ou faibles consommatrices d’alcool. Souvent associée à une obésité, un diabète de type 2 ou un syndrome métabolique, elle touche les adultes et les enfants (Inserm. NASH : près d’un Français sur cinq concerné. Communiqué du 23 mai 2019. ). Cette maladie n’est pas grave en elle-même. Mais elle risque, dans 10 à 15 % des cas, d’évoluer vers une stéatohépatite (NASH) : une inflammation du foie qui altère son fonctionnement et s’aggrave peu à peu. Et la NASH peut se compliquer d’une cirrhose ou d’un cancer du foie. Même si la recherche bat son plein, il n’existe à l’heure actuelle aucun médicament contre la NASH. D’où l’importance de la prévenir en adoptant une bonne hygiène de vie. Le Pr Lawrence Serfaty, hépatologue à l’hôpital Hautepierre de Strasbourg, a fait le point sur l’hygiène de vie préventive de la NASH lors du congrès « Paris NASH Meeting », à l’Institut Pasteur de Paris, juillet 2019.

J’évite l’alcool

Sitôt absorbé, l’alcool est orienté vers le foie, qui le transforme en graisses et n’a plus qu’à le stocker ! Cette substance est toxique pour le foie même à petite dose et en cas de surpoids, le risque de fibrose ou de cirrhose est considérablement accru dès la consommation de deux verres par jour.

Je contrôle mon apport de fructose

Après la digestion, ce sucre se retrouve dans le foie où il peut donner naissance à des graisses (triglycérides) et favoriser la stéatose, tout particulièrement quand l’apport calorique est excessif. Connu comme le sucre des fruits, il se trouve également dans tous les produits sucrés. On évite les sodas et le sucre dans les boissons ou laitages, on ne s’accorde pas plus de deux « douceurs » (glace, pâtisserie…) par semaine et on limite les fruits à 2 par jour (aucun fruit n’est déconseillé).

J’adopte une alimentation à faible index glycémique

Les aliments à fort index glycémique (qui augmentent rapidement le taux de sucre sanguin) stimulent excessivement la production d’insuline, hormone qui favorise l’inflammation, la prise de poids et participe ainsi au développement de la NASH. A chaque repas, on associe les féculents à des légumes ainsi qu’à une source de protéines, et on booste les fibres (légumes, légumes secs, produits céréaliers complets…).

Je limite les graisses saturées

Une alimentation trop riche en graisses saturées favorise également la stéatose. On préfère poissons ou volailles aux viandes ou charcuteries, on réserve le beurre au petit-déjeuner, on cuisine avec de l’huile.

Je favorise des anti-oxydants naturels

Plusieurs études retrouvent un déficit en vitamines C et E (qui comptent parmi les anti-oxydants protecteurs du foie), chez les personnes souffrant de NASH. On met au menu au moins 5 portions quotidiennes de fruits et légumes. On complète avec 2 poissons gras par semaine, pour ne manquer ni de vitamine D, ni d’oméga 3 « EPA » et « DHA », à effet anti-inflammatoire.

Au-delà de l’alimentation

Le risque de NASH augmente avec le poids : dans l’échantillon français Constances, 79 % des personnes obèses sont concernées. Selon le niveau de surcharge pondérale (surpoids ou obésité) et l’état de santé, il est essentiel de maigrir ou au moins de ne pas prendre de kilos supplémentaires. L’activité physique régulière, au moins 30 minutes quotidiennes, non seulement régule le poids, mais contribue aussi à la prévention d’autres facteurs de risque de la stéatose : diabète de type 2, hypertension artérielle, hypertriglycéridémie… Enfin, puisque le tabac favorise l’inflammation, le cas échéant, il est vivement conseillé d’arrêter de fumer.

A lire aussi :

⋙ NASH : 5 idées reçues sur la maladie du foie gras
⋙ NASH : les bonnes habitudes alimentaires pour lutter contre la maladie du foie gras
⋙ Diabétiques, gare à la maladie du foie gras (NASH)

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Hors-série Santé d’octobre 2020

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet