Une étude suggère que le Coronavirus était présent en Italie dès septembre 2019

Si la science continue de se battre pour trouver des solutions contre le Coronavirus, il reste un mystère. Et comme tous les mystères, il fait couler beaucoup d’encre. L’une des questions qui intrigue le plus reste celle de sa création. Si le pangolin a été le suspect numéro un, certains ont remis en cause cette hypothèse et pense qu’il pourrait même avoir été créé dans un laboratoire. Une thèse qui favorise les théories complotistes qui sont bien nombreuses comme le documentaire Hold-Up le montre.

  • «L’église ça me manque»: réunis à Bordeaux, des catholiques appellent «au respect des cultes de chacun»

    Le Figaro

  • A Gien, sur les bords de Loire, la grande inquiétude des petits commerces

    AFP

  • Une loutre se met à l'aise sur son kayak

    KameraOne

  • L'Egypte dévoile plus de cent sarcophages intacts, "trésor" de Saqqara

    AFP

  • Prendre l'air dans le parc de loisirs "socialement éloigné" de Hong Kong

    AFP

  • Plus de cent sarcophages intacts, vieux de plus de 2000 ans découverts en Égypte

    Le Figaro

  • 13-Novembre: la tour Eiffel éteinte en hommage aux victime du terrorisme

    Le Figaro

  • Privé de visite à sa femme hospitalisée, un Italien joue de la musique sous sa fenêtre

    Le Figaro

  • Un étonnant "poisson avec des pattes" découvert au fond de la mer au Honduras (VIDÉO)

    Gentside

  • Troubles en Côte d'Ivoire : M'Batto, malade de la rumeur et de la désinformation

    AFP

  • Civils tués en Ethiopie: l'ONU évoque de possibles crimes de guerre

    AFP


  • «L’église ça me manque»: réunis à Bordeaux, des catholiques appellent «au respect des cultes de chacun»
    Plus de 300 catholiques se sont rassemblées devant la cathédrale de Bordeaux pour demander la reprise de la messe, interdite pendant le confinement afin d’enrayer l’épidémie de Covid-19. Le diocèse de Bordeaux appelle le gouvernement à laisser les catholiques «exercer leur culte librement».


    Le Figaro


  • A Gien, sur les bords de Loire, la grande inquiétude des petits commerces
    A Gien, sur les bords de la Loire, la trentaine de commerçants du centre de cette ville de 15.000 habitants crient à la “catastrophe” après l’annonce de la poursuite du reconfinement. S’ils misent sur le commerce en ligne, ils craignent que cela ne suffise pas à sauver leur activité durant ces semaines cruciales à l’approche de Noël.


    AFP


  • Une loutre se met à l'aise sur son kayak
    Un kayakiste a récemment vécu un moment inoubliable à Morro Bay, en Californie, lorsqu'une loutre amicale est montée plusieurs fois sur son kayak pour se relaxer.


    KameraOne

VIDÉO SUIVANTE

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’une étude italienne dévoilée le mercredi 11 novembre publiée sur Sage journals ne va pas les faire taire, au contraire. Cette dernière suggère que le virus aurait été présent dans le pays dès septembre 2019.

Des anticorps contre le Coronavirus

Cette étude en question a été réalisée par l’Institut national du cancer italien. L’organisme a pris en charge près de 959 patients pour des dépistages du cancer du poumon entre septembre 2019 et mars 2020. Selon les chercheurs, 11,6% des personnes impliquées auraient développés des anticorps pour le Coronavirus. Comme on peut s’en douter, ces résultats ont soulevé de nombreuses questions.

Avant les premiers cas à Wuhan ?

Suite à cela, c’est l’université de Sienne qui a décidé d’étudier la provenance de ces anticorps. Lorsque les chercheurs ont étudié ces cas, ils ont trouvé que les apparitions les plus anciennes des anticorps dataient d’octobre 2019. Giovanni Apolone, co-auteur de l’étude, a expliqué à l’agence Reuters que ces résultats signifieraient que les personnes présentant ces anticorps auraient donc été infectées en septembre 2019.

Notons que les premiers cas à Wuhan en Chine, foyer de l’épidémie, sont datés d’octobre 2019 et que le premier cas italien a été diagnostiqué en février 2020 en Lombardie.

Source: Lire L’Article Complet