Vaccin AstraZeneca pour les 50/65 ans : une efficacité dès la première dose

Alors que le nouveau sérum arrive sur notre territoire, des résultats très encourageants sur son efficacité et sa capacité à baisser la transmission du virus ont été présentés.

Restez informée

Alors que l’on s’apprête à franchir le cap des deux millions de personnes vaccinés en France, le troisième sérum protégeant du Covid-19, élaboré par l’université d’Oxford et la firme AstraZeneca, arrive enfin en France. Le Premier ministre, Jean Castex, vient de confirmer que les premières doses devraient être “livrées d’ici la fin de la semaine”. La Haute Autorité de santé l’a approuvé en priorité pour protéger les moins de 65 ans. Les premières injections seront orientées d’abord vers les professionnels de santé (4 millions) ainsi que les seniors de 50 à 65 ans présentant des comorbidités (4 millions également), avant de pouvoir les étendre aux 13 millions d’actifs ou retraités de 50 à 65 ans.

Une nouvelle étude de l’université d’Oxford s’avère très encourageante concernant l’efficacité du sérum dès la première dose. Testé sur plus de 17 000 participants, le vaccin AZD1222 affiche une performance moyenne de 76 % après une première inoculation. Mais ce n’est pas tout. Les chercheurs estiment que le vaccin réduit la transmission du virus d’au moins 50 %. Ce qui va avoir évidemment un impact significatif sur sa progression.

Outre sa conservation plus facile, ce nouveau sérum présente un autre avantage important dans la course à la vaccination. D’après cette nouvelle étude, plus la deuxième dose est tardive, plus il est performant. Autrement dit, on aurait tout intérêt à attendre douze semaines plutôt que quatre pour gagner en efficacité. Une stratégie déjà appliquée par le Royaume-Uni, qui avait décidé dès le départ d’espacer la deuxième dose du sérum à douze semaines, afin d’augmenter son nombre de “primo-vaccinés”.

En France, le débat sur l’espacement des doses fait rage dans la communauté scientifique. Les laboratoires des deux vaccins déjà disponibles, Pfizer et Moderna, préconisent un rappel 3 à 4 semaines après la première injection. Une recommandation suivie par les autorités de santé dans le pays, quitte à repousser les rendez-vous de patients pris pour une première injection (en raison d’un stock insuffisant de doses). Avec ce nouveau sérum, dont la recommandation actuelle est d’effectuer un rappel entre neuf et douze semaines après la première injection, la France espère bien donner un coup d’accélérateur et endiguer la pandémie, dès que les précieuses doses arriveront en masse. 4 à 5 millions devraient être livrées d’ici fin mars.

A lire aussi :

⋙ Le vaccin AstraZeneca finalement déconseillé pour les seniors

⋙ Vaccin anti-Covid : risque-t-on une pénurie de doses en France ?

⋙ Covid-19 : un vaccin français… bientôt disponible en Angleterre ! Pourquoi ?

Source: Lire L’Article Complet