Isabel Marant : "Ça amène une joie extrême, la mode !"

 Depuis plus de vingt ans, le succès d’Isabel Marant ne se dément pas. Mieux, elle s’est imposée comme la créatrice emblématique d’un certain cool, urbain mais bohème. Dans l’époque – difficile – que nous traversons, elle envoie de la joie.

Comment ? En faisant de cet optimisme une philosophie qui imprègne sa mode. Le confinement nous entrave ? Elle nous rêve en robettes rose bonbon. Les pistes de danse ne sont qu’un lointain souvenir ? Elle nous offre des tops en lamé et des microshorts du soir.

Nos vies cadenassées sont bien trop casanières ? Elle nous voit en cow-girls conquérantes, filles des grandes plaines. Dr Feelgood de la mode, elle est, pour de vrai, une personnalité solaire qui rit à tout bout de champ de son rire rauque.

En plus de tout cela, elle parle cash. Nous l’avons rencontrée en une journée de mars pleine de lumière et de promesses. Interview. 

“La mode doit apporter du plaisir, de la joie, l’envie d’aller au-delà de soi

Marie Claire : Le 5 mars dernier, vous avez présenté votre collection automne-hiver en vidéo. Votre première fois sans défilé physique…

Isabelle Marant : Oui, mais l’idée m’avait déjà traversé la tête il y a une quinzaine d’années, à une époque où j’avais éprouvé un ras-le-bol des défilés ! Je trouve ça intéressant parce que défiler toujours sur le même mode, je trouve que ça peut finir par être redondant… Cette fois, nous avons fait un film. On pourrait appeler ça un “défilmé “.

L’énergie du show physique, avec public et montée de stress, ne vous a pas manqué ? Avec une vidéo à faire, on a quand même l’énergie des mannequins qui arrivent, des maquilleurs, des coiffeurs… S’il n’y a pas de public, il y a malgré tout du monde au balcon ! (Rires.) Je me suis sentie dans le même état que si j’allais dévoiler un show.

Qu’est-ce qui vous a inspirée, cette saison ?

Comme toujours, l’idée d’une fille urbaine et pleine d’énergie mais empreinte d’ailleurs : une sorte de cow-girl futuriste.

Et puis, nous avons tourné dans un endroit incroyable, un parking brutaliste, très Oscar Niemeyer, à Noisy-le-Grand.

Votre précédent défilé, présenté juste avant le deuxième confinement, mélangeait les mannequins et les danseurs du collectif La (H)orde. Il avait fait sensation…

C’est vrai, il a suscité des retours de dingue ! J’avais envie d’avoir une vraie réaction à ce contexte morose, mais une réaction spontanée et naturelle… C’était très joyeux.

Vous vous considérez comme une activiste de la joie ?

Je pense que la mode doit apporter du plaisir, de la joie, l’envie d’aller au-delà de soi, de jouer avec soi. Il y a quelque chose de ludique dans la mode. Il ne faut pas prendre tout ça au sérieux non plus !

Ma mode peut être tout aussi cool sur des corps joyeux, en mouvement, plutôt que sur des sortes de femmes piédestal qui n’existent pas.

À quoi sert-elle, justement, la mode ? Quel sens donnez-vous aux vêtements ?

Pour moi, ils sont une vraie thérapie. Quand je ne me sens pas bien, moche, ou nase, il suffit que je trouve un beau truc dans mon placard ou une boutique pour que ça me change ma journée.

Et même si j’ai un souci avec le consumérisme dans la mode, je ne pourrais pas m’empêcher de vouloir avoir quelque chose de nouveau, qui me fait vibrer… Ça amène une joie extrême, la mode !

Je reçois souvent des messages de femmes qui me disent : “Vous m’avez permis de me trouver, vous m’avez donné de la force…” On amène ça, aussi, à travers un vêtement.

J’ai commencé à faire de la mode pas parce que la mode m’intéressait – je ne savais même pas ce que c’était ! Mais j’avais une idée précise de ce dont j’avais envie et pourquoi. Ce qui m’intéresse, c’est une approche sociologique.

Avec un peu de psychologie, aussi ?

À chaque collection, je me demande : avec tous les vêtements qu’on a, qu’est-ce qui va faire qu’on va encore avoir envie de quelque chose ? Qu’est-ce qui va faire la différence ? C’est cet aspect-là dans le vêtement qui m’a toujours passionnée.

Pensez-vous que la mode a une responsabilité vis-à-vis de l’image des femmes qu’elle crée et renvoie ?

Bien sûr. Mais la mode est là aussi pour faire rêver. Elle doit proposer de décoller un peu de la vraie vie. Mais cela passe plus par une attitude, la manière dont on s’approprie les vêtements. C’est ce contraste que j’ai voulu montrer lors du défilé avec La (H)orde, ces danseurs pleins de vie à côté de ces tops impassibles.

Ma mode peut être tout aussi cool sur des corps joyeux, en mouvement, plutôt que sur des sortes de femmes piédestal qui n’existent pas.

Comment avez-vous travaillé ces derniers mois rythmés par la crise sanitaire ?

La crise du Covid nous a forcés à nous organiser encore mieux. Et j’ai appris à m’extraire un peu au lieu d’être tout le temps au bureau, les mains dans le cambouis… J’ai plus de recul sur mon travail. Désormais, je me prends un jour par semaine sans rendez-vous, où je ne suis pas accessible.

Cela permet de penser vraiment à ce pour quoi on fait les choses, comment on les fait, quel sens ça a, et s’il faut continuer comme ça à faire le hamster dans la roue.

Comment gérez-vous les impératifs écologiques et environnementaux au sein de votre marque ?

On est conscient depuis longtemps des enjeux liés à la RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise). On se fixe tous les ans des objectifs pour faire mieux et réduire notre empreinte carbone. On fait attention à la manière dont on traite nos déchets et tout ce qui est inutilisé. On est très attentifs au sourcing des matières et des tissus.

On a toujours privilégié les matières naturelles. On essaie d’utiliser des tissus recyclés quand c’est possible, et de ne pas surcom-mander. On a quand même beaucoup de soucis dans la mode en ce qui concerne les emballages, le transport, etc.

Après, l’écologie, c’est une question complexe. Quand on vous vend du coton bio, on ne vous dit pas qu’il consomme quand même des tonnes d’eau. Derrière les beaux discours, il y a beaucoup de greenwashing dans la mode. C’est assez simple : si on veut être vraiment écologique, il faut moins consommer. Je sais que j’en fais hurler certains, mais la mode, ce n’est pas écologique !

Vous êtes d’une franchise assez rare… Vous n’avez jamais peur des réactions sur les réseaux sociaux ?

Je vais très peu sur les réseaux sociaux même si je regarde beaucoup d’images sur Instagram. Mais je ne lis pas les commentaires qui me concernent. Il faut apprendre à se connaître et se découvrir soi-même : se laisser dicter sa conduite ou ses idées par les autres, c’est une aberration.

Vous avez de nombreuses fidèles, depuis vos débuts. Que viennent chercher les femmes dans votre mode qu’elles ne trouvent peut-être pas ailleurs ?

J’ai toujours essayé de m’adresser à toutes les femmes. Avec l’idée d’un réalisme du vêtement. C’est ça le “prêt-à-porter” : des vêtements portables tout de suite, que différents types de femmes peuvent s’approprier. Les tenues pour des occasions particulières, ça ne m’a jamais intéressée, ce n’est pas ma vie !

Moi j’ai envie de m’habiller pour le quotidien. Un jour, quelqu’un m’a fait un compliment que j’ai beaucoup aimé : « Vos vêtements sont comme des vieux amis qu’on a toujours eus dans son placard. » J’aime faire des vêtements pas intimidants, avec toujours une légère patine. Une mode pour la vie.

Si on veut être vraiment écologique, il faut moins consommer. Je sais que j’en fais hurler certains, mais la mode, ce n’est pas écologique !

Vous avez lancé votre marque il y a plus de vingt ans. Pourquoi, en 2016, avoir cédé 51 % de vos parts à Montefiore ?

Vous êtes gentille, en fait, ça fait presque trente ans ! (Rires.) Mon premier défilé a eu lieu en 1994. J’ai monté ma boîte en 1989, je faisais des bijoux et de la maille. J’ai quelques années de vol… Pourtant, j’ai l’impression d’avoir commencé hier et d’être toujours une jeune créatrice qui débute. Je veux aller de l’avant. Voilà pourquoi nous avons cédé une partie de nos parts : nous avions besoin d’aide pour développer la marque à l’international.

Qu’est-ce que ça a changé concrètement ?

On avait un petit diamant qui n’était pas encore très bien exploité ! On a mis en place, grâce à Montefiore, un développement conséquent. On a explosé en Asie et notamment en Chine, où l’on a désormais une douzaine de boutiques. Grâce à cela, notre business a été relativement peu impacté par le Covid-19.

Les marchés européens et américains ont ralenti, mais le marché asiatique a décollé. Notre e-shop est aussi en progression spectaculaire. Je dois vous avouer que j’ai mis des années à comprendre comment on pouvait acheter des vêtements sur Internet, mais maintenant, c’est tellement bien fait…

Il y a un confort à acheter comme ça. Même si je dois dire que pour moi, regarder, toucher les pièces, être dans une jolie boutique, ça me fait quand même un peu plus plaisir.

Comment envisagez-vous les prochaines années ? Avez-vous envie de ralentir, de sortir du rythme frénétique de la mode ? 

J’ai toujours été très claire là-dessus : je ne me vois pas finir dans ma boîte jusqu’à mes vieux jours. Je forme mes équipes depuis un moment. J’ai aujourd’hui des collaboratrices, à mes côtés depuis plusieurs années, en qui j’ai ultra-confiance.

J’aimerais bien pouvoir prendre un peu plus de recul pour réfléchir aussi à comment emmener ma société sur un chemin qui corresponde complètement à mes convictions. Un chemin plus écolo, plus responsable. Essayer de recentrer les choses le plus possible.

Source: Lire L’Article Complet