Robe fourreau et déhanché : la "Boum" de Sophie Marceau sur les marches du Festival de Cannes

La Planète Marches. – Jour 2. Sophie Marceau a signé son grand retour sur la Croisette, ce mercredi 7 juillet, à l’occasion de la projection de Tout s’est bien passé, de François Ozon. L’actrice de 54 ans, débordante d’énergie, en a profité pour esquisser quelques pas de danse sur le tapis rouge.

Diane Kruger. (Cannes, le 7 juillet 2021.)

Isabelle Huppert. (Cannes, le 7 juillet 2021.)

Sophie Marceau et André Dussollier. (Cannes, le 7 juillet 2021.)

André Dussollier, Sophie Marceau, François Ozon et Géraldine Pailhas. (Cannes, le 7 juillet 2021.)

Un bonheur n’arrive jamais seul, découvrait-elle dans le film éponyme de James Huth, en 2012. À la joie des retrouvailles du cinéma mondial, célébrées le mardi 6 juillet sur le tapis rouge du 74e Festival de Cannes, a succédé celle de revoir Sophie Marceau, coutumière de l’événement. L’actrice de 54 ans a ainsi illuminé la Croisette, ce mercredi 7 juillet, à l’occasion de la projection de Tout s’est bien passé, de François Ozon, adapté du livre de la romancière et scénariste Emmanuèle Bernheim.

Pour ce «premier Cannes d’une nouvelle ère» – dixit Mati Diop – Sophie Marceau, toute de blanc et noir vêtue, est apparue impressionnante de maîtrise, mais également très enjouée, entre larges sourires, saluts à la foule, pouces en l’air et clin d’œil appuyé. L’héroïne de La Boum (1980) a par ailleurs saisi cette occasion pour esquisser quelques pas de danse, sur les airs du titre The Eye of the Tiger, de Survivor. La quinquagénaire, décontractée, n’a pas hésité à poursuivre son déhanché en haut des marches, aux côtés de François Ozon et André Dussollier. Avant de s’émouvoir du kilt de l’un des producteurs du film.

En vidéo, “Tout s’est bien passé”, la bande-annonce

“On est assez garçonnes”

Quelques minutes plus tôt, Andie MacDowell ouvrait la voie sur le tapis rouge du Festival de Cannes, chevelure grise sagement nouée ce mercredi en queue-de-cheval. L’actrice a notamment clamé son amour pour le film Annette, projeté la veille sur la Croisette. Diane Kruger s’est, quant à elle, déclarée soulagée de «retrouver la France» – la comédienne est longtemps demeurée bloquée aux États-Unis – et les salles obscures. Puis, la Croisette a acclamé Isabelle Huppert, munie de lunettes de soleil et vêtue d’une robe-col roulé noire. Celle-ci a célébré le «retour au spectacle» avant que n’apparaissent André Dussolier, solaire, et Sophie Marceau.

Celle-ci a brièvement évoqué le long-métrage de François Ozon. «On parle des choses de la vie, des liens familiaux, à travers des événements qui nous arrivent et sont difficiles, a-t-elle expliqué. C’est un film sur l’émotion et les suprises de la vie.» Un peu plus tôt, sa complice et partenaire de tournage Géraldine Pailhas se livrait, elle aussi, à quelques confidences : «On est assez garçonnes toutes les deux», glissait-elle dans un sourire, au sujet de l’héroïne d’Anna Karenine (1997).

Source: Lire L’Article Complet