VIDEO – Découvrez le sac à main 1440 d’IKKS : le coup de cœur de Gala

A l’occasion du shooting de notre numéro spécial mode, notre styliste Malika Slimani a craqué pour le sac 1440 d’IKKS. Elle nous explique pourquoi.

Saviez-vous que dans une journée, il y avait 1440 minutes ? C’est pour cette raison que, lorsqu’elle a imaginé son iconique cabas, pile dans la tendance des sac à main de cette rentrée, la maison IKKS a voulu le baptiser de ces quatre chiffres, comme une évidence. Conçu pour accompagner la vie à cent à l’heure des femmes actives soucieuses de leur look comme de l’importance de pouvoir concilier vie pro et vie perso en un seul accessoire, le sac ROCK Leather story ne pouvait trouver meilleur nom. C’est aussi pour cette raison que Malika Slimani, notre styliste du numéro spécial mode (sorti le 26 août), a souhaité qu’il apparaisse en bonne place dans cette série avant tout destinée aux femmes d’aujourd’hui.

A la fois chic et tendance, il ajoute une touche rock, féminine, et pas ennuyeuse ” à n’importe quel look, nous explique-t-elle en vidéo. Avec ses multiples poches dans lesquelles on glisse portable, rouge à lèvres et les mille petites choses qui ne nous quittent pas du soir au matin, sa lampe torche pour visualiser son contenu en clin d’oeil et en toute occasion, il est le compagnon idéal des journées pros auxquelles il ajoute cette petite touche d’irrévérence, et des soirées plus détendues qui les suivent bien souvent.

Le sac 1440, un it-bag mis à l’honneur dans la capsule de la Gen IKKS

34 ans après sa naissance, IKKS renoue avec son héritage avec le lancement de Génération IKKS (prononcer X), sa nouvelle plateforme de marque qui réunit en une seule tribu les lignes Women, Men et Junior. Frontières générationnelles abolies, désir prégnant d’œuvrer à un monde meilleur, les esprits libres de la Gen IKKS font flotter un vent de renouveau et d’esprit rock cher à la maison fondée par Gérard Le Goff (et non Stéphane, ainsi que nous l’avons écrit par erreur dans notre magazine).

Au programme, la capsule automne-hiver 2021 Leather Story inédite de 31 pièces articulée autour de 3 iconiques : le biker, les rangers et le fameux it-bag 1440, mais aussi une capsule (très) limitée et hautement désirable designée par l’artiste Jisbar. Avec un mot d’ordre : Follow your heart.

Lou Doillon, l’esprit libre IKKS

Autour d’une team ultra transgénérationnelle venue incarner cette génération IKKS si affranchie, un visage bien connu des français et des aficionados de la maison, Lou Doillon, laquelle a accepté de répondre à un questionnaire de Proust sur son rapport à la collection, mais aussi à la mode. Un échange inspirant et libre pour un nouveau chapitre euphorisant.

Qu’est-ce qui vous a attirée dans ce projet avec IKKS ?

Lou Doillon. J’étais contente de retrouver la même équipe (nous avons collaboré déjà la saison précédente), et d’y intégrer une partie de celle avec qui je vis sur scène (Nicolas S. et Cedric L.). Dans une année particulièrement fragile, avoir la chance de retravailler avec une famille comme celle qu’est IKKS, et s’inscrire dans une fidélité, c’est très précieux.

Votre pièce préférée de la leather story ? Pourquoi ?

L.D. La veste en cuir toujours ! Un basique indémodable et celui-ci est très doux, comme une seconde peau.

La mode pour vous, c’est ?

L.D. Comme le disait R.Barthes, c’est le sensible devenu signifiant. C’est un des langages universel, comme la musique, la danse, l’art. Elle est libre.

Quel est votre premier souvenir mode ?

L.D. La malle de déguisement sur le palier chez ma mère, dans laquelle je piochais tous les matins pour « m’inventer ». Je portais les robes en coiffe, les chemises en robes. J’ai trouvé une vieille cassette super 8 il y a quelques semaines… J’ai 3 ans et je passe 10 minutes à me dépêtrer d’une salopette que j’ai mise exprès à l’envers, d’un turban en écharpe qui couvre un sein, et un sac plastique en sac à dos, et évidemment mes chaussettes dépareillées. Mon père me demande où je vais habillée comme ça et sur un ton très sérieux je lui réponds : « je vais faire mon travail »

Quel est votre dernier souvenir mode ?

L.D. Une casquette des sapeurs-pompiers belges « Emmel » des années 60, trouvée dans une brocante à Nice la semaine dernière.

Une mode qui vous agace ?

L.D. Celle qui fait disparaître le caractère de la personne « en dessous ».

Le meilleur conseil qu’on vous ait donné ?

L.D. « It’s only fashion darling » Vivienne Westwood en backstage d’un de mes premiers défilés.

Quels sont vos indispensables pour cet hiver ?

L.D. Toujours un grand manteau pour pouvoir m’abriter, faire un picnic improvisé, une couverture pour les enfants… Un grand chapeau, pour être à l’abri du ciel, des grosses boots pour crapahuter tranquillement à travers la ville.

Une pièce dont vous ne vous séparez jamais ?

L.D. Un couvre tête, casquette, chapeau, bicorne, béret, bibi, capuche, cagoule… j’aime avoir des choses sur la tête.

Le casting d’un dîner idéal chez vous ?

L.D. L’idéal m’angoisse et me déçoit souvent. Un diner de dernière minute, une fête impromptue, un agencement improbable et inimaginable est ce qui me met le plus en joie.

Crédits photos : IKKS

Autour de

Source: Lire L’Article Complet