La Folle Journée de Nantes : la 29e édition du festival de musique classique imaginé comme une "Ode à la nuit"

Le rendez-vous de la musique classique La Folle Journée de Nantes est de retour dans la capitale des Ducs de Bretagne du 1er au 5 février 2023. Une 29e édition qui fera la part belle à la nuit. « Dans l’histoire de l’art, la nuit a beaucoup inspiré les musiciens, de la Renaissance jusqu’à aujourd’hui, chaque compositeur, à sa façon, a exploré tous ces aspects : vous avez la nuit paisible, la nuit tourmentée, la nuit sereine, la nuit inquiétante« , raconte René Martin, directeur artistique du Créa Folles Journées.

La Folle Journée de Nantes proposera près de 300 concerts, et 140 000 billets proposés à la vente à partir du 10 décembre, pour un tarif maximal de 35 euros. « Plusieurs berceuses évidemment seront interprétées, celle de Brahms, la plus célèbre (…) Je crois que c’est l’oeuvre la plus célèbre dans le monde et la plus jouée dans le monde, parce que dans chaque chambre d’un petit enfant, vous avez cette boîte à musique qui vous déroule cette berceuse de Brahms« , s’est enthousiasmé René Martin.

Jazz autour de minuit

Le thème de la nuit sera aussi l’occasion d’interpréter des sérénades, pièces musicales jouées en soirée au 18e siècle, ou encore des « leçons de ténèbres« , des oeuvres datant de l’époque baroque qui seront jouées à partir de 7h30 le matin. Chaque soir, un concert de jazz intitulé « Autour de minuit » sera joué « en référence à la célèbre ballade de Thelonious Monk Round Midnight , créée dans les années 1940« , a indiqué le directeur du festival. Festival qui présentera aussi de la musique indienne avec des « ragas de nuit« , ou encore du fado, chant populaire portugais.

Un projet innovant consistera par ailleurs à jouer un morceau en continu, pendant toute une journée, dans une soixantaine de gares SNCF en France, à raison de 15 minutes par gare. Il s’agit de la pièce pour piano Vexations d’Erik Satie, composée en 1893 et construite à partir d’un motif unique, qui est répété sans arrêt 840 fois. Cette oeuvre « a été qualifiée par le Guinness des records de la plus longue pièce pour piano de l’histoire de la musique« , a souligné René Martin.

En 2021 et 2022, l’organisation du festival avait été perturbée par la pandémie de Covid-19. En janvier 2020, la 26e édition consacrée à Beethoven, avait rassemblé quelque 150 000 spectateurs.

Source: Lire L’Article Complet