Sophie Hunger de retour avec un nouveau disque plein d’"Halluzinationen"

Chaque disque de Sophie Hunger – et celui-ci est déjà le septième – est l’occasion d’une nouvelle expérimentation pour la Suissesse à la voix magnétique. Et expérimenter cette fois la solitude, le froid après la tournée de son précédent album, Molecules, l’année dernière. Dans son appartement berlinois, elle s’est donc posée des questions quasi-existentielles.

Qu’est-ce que j’ai fait de ma vie ? La réponse a été assez claire : j’ai passé ma vie avec la musique.Sophie Hunger

Finalement, ce processus se terminera dans un fantasme, quand franchir les frontières était encore possible, pas comme aujourd’hui : enregistrer à Londres, dans les fameux studios Abbey Road. Ses hallucinations chantées en anglais ou en allemand, sont aussi bien créatives que maladives, obsessionnelles, très complexes en tout cas. “Moi je crois qu’il faut protéger l’absurde, l’irrationnel, le rêve et les hallucinations, qui devraient être au centre du pouvoir“, clame-t-elle.

Ainsi, dans un titre, Alpha Venom, résonne cette phrase : “I’m the one who makes the music“, “c’est moi qui fais la musique” : une affirmation puissante. “Maintenant qu’il n’y a plus de live, on se rend compte qu’on a trop vite donné nos contenus aux plateformes de streaming sans rien leur demander“, croit-elle fermement.

Avec le Covid, on se rend compte aujourd’hui qu’on a fait une très mauvaise négociation avec le streaming.Sophie Hunger

Et face à la crise, une solution pour Sophie Hunger : écrire des chansons. Un nouvel album est déjà en route.

Le nouveau disque de Sophie Hunger. La chronique de Yann Bertrand.–‘—-‘–

Sophie Hunger, Halluzinationen (Caroline). Album disponible.

Source: Lire L’Article Complet