Un violeur découvre que sa victime est séropositive et sa réaction est impressionnante !

Richard Thomas ne s’est pas effondré à cause de la peine qui lui avait été infligé après avoir abusé d’une connaissance, mais à cause de la nouvelle qu’ils lui ont donné plus tard.

On pourra dire que le karma a puni Richard Thomas pour ses actes répréhensibles …

À l’âge de 27 ans, cet homme a abusé de l’une de ses connaissances …

Ce dernier savait que sa victime prenait des médicaments et des somnifères, alors une nuit, il s’est introduit dans le domicile de son amie, et l’a forcée à entretenir des relations.

L’accusé a expliqué lors de son procès qu’il n’était pas dans son état normal et qu’il avait agit sous l’influence de drogues et d’alcool. Richard Thomas a expliqué qu’il avait prit de la cocaïne et qu’il ne se souvenait plus de rien.

Il a été jugé par un tribunal de la Couronne de Liverpool et a été condamné à 64 mois de prison ! Mais ce n’était pas tout…

Lors de son procès, Richard Thomas s’est effondré lorsqu’il a appris que sa victime était séropositive. Les médecins ont fait des tests médicaux pour voir s’il contractait le virus de l’immunodéficience humaine. Les résultats des tests se sont révélés positifs …

Les événements ont eu lieu en 2013 dans la ville de Leigh, en Angleterre.

Source: Lire L’Article Complet

Pourquoi on a envie d’adopter les nouveaux codes BCBG ?

Stéréotype d’une classe sociale aussi fantasmée que décriée, la bourgeoise s’extirpe de sa silhouette canonique pour redéfinir les codes d’un bon-chic bon-genre aux velléités frondeuses. Simple parade à l’overdose streetwear ou véritable expression d’une nouvelle figure tutélaire ?

C’est au défilé Celine, laboratoire modeux aux prescriptions plébiscitées, que les prémisses du nouveau BCBG ont tout d’abord été observées. Veste Prince de Galles patrimoniales jouxtée d’un cachemire et d’un col victorien, jupe-culotte en tweed rétro doublée d’une lavallières studieuse, jupe midi austère réhaussée d’un carré de soie ostentatoire et de quelques sautoirs : discrètes mais déterminées, les mannequins déambulent sur le catwalk de la Place Vauban telles de pudiques Sorbonnardes dévalant la rue Soufflot.

Nous ne sommes pas dans l’antichambre du Quartier Latin des années pré-68, ni dans un remake anachronique d’un Luis Bunuel et pourtant, la bourgeoise et son attirail vestimentaire si longtemps raillé tentent de s’imposer sous nos yeux dans notre vestiaire, au détour d’arguments stylistiques de choix. 

Le BCBG est mort, vive le BCBG !

“On n’est plus du tout dans la gentille bourgeoise !” commente Célina Bailly, directrice artistique au sein du bureau de tendances Promostyl. “La nouvelle bourgeoise en somme est plus décalée, plus grunge, plus sexy, plus loose. Les silhouettes sont plus longues, les vestes plus larges. Elle met son petit foulard au cou, mais elle porte aussi des Doc Martens. C’est une fausse bourgeoise ! ”poursuit-elle. Chez Celine, elle ponctue ainsi sa tenue de Ray-Ban frondeuses, se couvre de cardigans dorés aguicheurs et d’attrayants bombers tout enfilant blousons jupes en cuir au (doux) parfum de rébellion. “Elle passerait presque pour une punk! ” commentait récemment Hedi Slimane dans les colonnes de Vogue.

Sous l’impulsion de Demna Gvasalia, la bourgeoise quitte la Rive Gauche des Sixties pour renouer volontiers avec la structure vigoriste du tailoring des années 80, mais sous un angle minimaliste résolument urbain. Burberry version Riccardo Tisci la réinterprète avec audace et sensualité, mêlant subtiles nuances de beige et des soupçons de transparence maitrisée. Quant à Prada, la maison italienne aux collections cérébrales livre des Belles de Jour mi-punk mi-austères dont les tweed violentés et les dentelles pudiques s’accommodent avec nonchalance de rangers imposantes et de lunettes futuristes. “Pour moi, c’est surtout Bottega Veneta et son nouveau directeur artistique Daniel Lee qui a réussi à twister cette esthétique et à créer une bourgeoise moderne. C’est de celle-là dont on a envie !” s’enthousiasme Célina Bailly.

La fin du sportswear ?

Le désir, tel semble être la pierre d’achoppement de cette résurgence néo-bourgeoise aux accents contestataires. Alors que certains y voient un antidote à l’overdose streetwear ambiante, la tendance BCBG incarnerait moins une rupture antinomique avec le tout logo & co qu’une continuité subtile du vestiaire d’inflexion sportif. “Il faut bien noter que la bourgeoise est étroitement liée à l’univers du sport !” souligne la directrice artistique de Promostyl.

Golf, tennis, équitation : les incursions historiques des CSP+++ dans certains domaines sportifs sont en effet à l’origine de moultes tendances contemporaines, allant de la démocratisation de certains pièces iconiques comme le polo à rayures, le bermuda ou encore les bottes cavalières jusqu’à l’impulsion de simples gimmicks stylistiques, à l’image de l’écusson ou de la lavallière. “Je crois qu’on commençait à en avoir sérieusement marre du streetwear, des survet’ et des grosses baskets. On avait envie d’autre chose, de revenir à l’essentiel.” concède Célina Bailly. 

La révolte en cardigan

Exit le gender-fluid et l’athleisure, l’heure semble être au retour de l’élégance stricto-sensu et d’une forme de garde-robe patrimoniale, qui presque sans le vouloir, s’inscrit dans les valeurs de durabilité qu’exige l’urgence climatique de la part de l’industrie du prêt-à-porter. Je pense que dans un contexte mondial un peu douloureux, on avait envie de douceur, de féminité, de retourner à quelque chose qui réconforte tout en le décalant, tout en le mixant à des matières plus dures, plus fortes, comme le cuir par exemple, un peu comme pour marquer que, tout de même, nous sommes dans un moment de contestation” analyse Célina Bailly, qui prévient de toute lecture rétrograde.

Loin d’être l’expression de relents traditionalistes (poke La Manif Pour Tous), la bourgeoise version 2019-2010 nous démontre finalement non sans vigueur que l’on peut militer pour la protection du climat et s’insurger contre le patriarcat tout en portant des ballerines et des cardigans. Révolution vintage oblige, les icônes des sixties-seventies n’ont par ailleurs jamais eu autant la côte qu’en cette fin d’années 2010, les vestes à épaulettes et autres chemisiers victoriens s’arrachant sur les plateformes de seconde main érigés en alternatives ultimes d’une fast-fashion mise au pilori. À croire que c’est l’esthétique d’une bourgeoise à serre-tête qui nous aidera (peut-être) à sauver la planète.

Source: Lire L’Article Complet

Jean-Pierre Elkabbach sort du silence après avoir subi une opération

Jean-Pierre Elkabbach a subi une intervention chirurgicale après une colique néphrétique. L’intervieweur de 82 ans, absent de l’antenne de CNews depuis quelques semaines, a promis son retour.

Voilà deux semaines, depuis le 24 octobre dernier, que Jean-Pierre Elkabbach s’illustre par son absence à la télévision. Plutôt alarmiste pour les téléspectateurs, qui ont l’habitude de le voir tous les matins sur CNews assurer l’interview politique. A la place de son émission Sans détours le dimanche 27 octobre, qu’il a lui-même pourtant annoncé à l’antenne peu avant puisqu’il devait recevoir Gérald Darmanin, une édition spéciale sur Donald Trump et la mort de Abou Bakr al-Baghdadi, chef du groupe terroriste Daech. C’est ensuite Gérard Leclerc qui a assuré les interviews quotidiennes, remplaçant au pied levé Jean-Pierre Elkabbach.

La raison ? La chaîne, plutôt évasive, affirme auprès du Parisien qu’"il a pris des vacances". Plus précisément, le journaliste de 82 ans est en convalescence après avoir subi une intervention chirurgicale à la suite d’une colique néphrétique.

Ses proches se veulent rassurant auprès de nos confrères jeudi 7 novembre : "Il va bien et se repose chez lui depuis huit jours, explique-t-on. Je ne sais pas quand il reviendra, mais rien ne s’y oppose." Jean-Pierre Elkabbach a également promis son retour : "Je reviendrai."

Source: Lire L’Article Complet

L'amour est dans le pré 2019 : en avouant ses sentiments à Sandrine, Lionel fond en larmes devant l'agricultrice (VIDEO)

Dans l’épisode de L’amour est dans le pré diffusé lundi prochain, Lionel, l’un des prétendants de Sandrine, candidate de cette saison 14, va fondre en larmes au moment d’avouer les sentiments qu’il ressent pour la jeune femme.

Préparez les mouchoirs ! Dans l’épisode de L’amour est dans le pré diffusé lundi 11 novembre sur M6, vous assisterez à la suite des séjours à la ferme pour Didier, Laurent, Yves, François le Bourguignon, Jean-Michel et Sandrine. Et cette dernière, éleveuse de chiens dans la région de Marseille, va avoir à faire au trop plein d’émotion de l’un de ses prétendants comme le révèlent en exclusivité nos confrères de Télé-Loisirs.

⋙ L’amour est dans le pré 2019 : Nicole, la prétendante de François, se défend d’être une “manipulatrice”

Jusqu’à maintenant, la jeune femme de 33 ans vivait l’aventure plutôt sereinement, entourée par ses prétendants, Lionel, Julien et Yannick. Les trois hommes, très différents, ont tant bien que mal tenté d’attirer l’attention de Sandrine, mais dans l’épisode de lundi, ils vont quelque peu perdre patience. Dans l’extrait que vous pouvez découvrir dans la vidéo ci-dessus, Lionel, le plus entreprenant des trois, va notamment faire tomber l’armure. Celui qui habituellement se plaît à jouer les gros durs va avoir bien du mal à retenir ses larmes au moment de révéler ses sentiments à Sandrine. Ce cri du cœur va-t-il faire chavirer celui de la jeune femme ? Réponse lundi prochain sur M6 !

Jean Dujardin : comment il a sauvé sa nièce de la mort
Jean Dujardin : comment il a sauvé sa nièce de la mort


Télé Loisirs

  • Jeff Panacloc en larmes quand il évoque sa fille !
    Jeff Panacloc en larmes quand il évoque sa fille !


    Télé Loisirs

  • Charlotte Valandrey : découvrez la comédienne sur scène
    Charlotte Valandrey : découvrez la comédienne sur scène


    Télé Loisirs

    • Exclu. L’amour est dans le pré 2019 : Lionel fond en larmes en révélant ses sentiments à Sandrine

      Télé Loisirs


      3:34

    • Jean Dujardin : comment il a sauvé sa nièce de la mort

      Télé Loisirs


      0:47

    • Jeff Panacloc en larmes quand il évoque sa fille !

      Télé Loisirs


      2:02

    • Charlotte Valandrey : découvrez la comédienne sur scène

      Télé Loisirs


      1:49

    • Tout savoir sur Jazz et Laurent Correia

      Télé Loisirs


      1:06

    • Rachida Dati : 5 infos à savoir sur la politicienne

      Télé Loisirs


      1:11

    • “La vitesse ne fait pas tout…” Vexé, Leonardo répond à Michel Platini et défend Kylian Mbappé

      Télé Loisirs


      1:07

    • “Je suis en instance de divorce” : Stéphane Guillon revient sur sa séparation avec Muriel Cousin

      Télé Loisirs


      1:33

    • Mika : son (étonnant) point commun avec… la princesse Lady Diana !

      Télé Loisirs


      1:34

    • Marco et Lulu cherchent la faille, épisode 3

      Télé Loisirs


      1:04

    • Anne Roumanoff revient sur son divorce et fait quelques révélations croustillantes sur sa vie sentimentale

      Télé Loisirs


      2:33

    • Benjamin Mendy : 5 infos sur le footballeur de l’équipe de France

      Télé Loisirs


      1:11

    • Les proches de Catherine Deneuve veulent rassurer

      Télé Loisirs


      1:13

    • TPMP : Sylvie Tellier répond aux accusations de favoritisme dans Miss France

      Télé Loisirs


      1:20

    • Une Miss France voilée, est-ce possible ? Sylvie Tellier répond dans TPMP

      Télé Loisirs


      1:36

    • TPMP : Catherine Laborde recevrait un traitement miracle !

      Télé Loisirs


      1:20

    VIDÉO SUIVANTE
    Source: Lire L’Article Complet

    Vaccin contre la grippe : comment savoir si vous devez vous faire vacciner ?

    Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

    Efficacité, population concernée, effets indésirables…en pleine campagne de vaccination, on fait le point sur toutes les idées reçues sur ce vaccin pour vous aider à vous faire une idée.

    Selon les hivers, entre 2 et 8 millions de personnes attrapent la grippe. Chez les personnes âgées de 65 ans et plus, obèses ou atteintes de pathologies chroniques (des coronaires, respiratoires ou hépatiques, antécédents d’AVC), les immunodéprimés, les femmes enceintes et les nourrissons de moins de 6 mois à risque (prématurés, etc.), la maladie est grave avec, à la clé, un risque de pneumonie, d’aggravation d’une maladie chronique existante, d’hospitalisation et de décès. Le Pr Bruno Lina, directeur du Laboratoire de Virologie Pathologie Humaine de Lyon répond aux questions que tout le monde se pose.

    Quelle est l’efficacité du vaccin ?

    Chez l’adulte jeune, elle avoisine 60% : on évite ainsi un peu plus d’une grippe sur deux. De plus, les vaccinés grippés ont des symptômes plus courts, moins intenses.

    Chez les seniors, elle est de 20 à 25% inférieure à celle observée avant 65 ans. Pour créer une sorte de cocon de protection autour de ces personnes fragiles, il est donc essentiel de vacciner les soignants et l’entourage, et en particulier les enfants. Toutes les épidémies de grippe débutent chez ces derniers. Important réservoir du virus, ils sont plus contagieux que les adultes. Dans les pays qui vaccinent les enfants (Finlande, Grande Bretagne, etc.), le nombre de cas de grippe chez les plus de 65 ans et la mortalité qui lui est liée se sont écroulés.

    Quels sont les effets indésirables du vaccin antigrippal ?

    Le vaccin est bien toléré. Une douleur au point d’injection, des symptômes d’allure grippale (fièvre, nausée, douleurs musculaires) peuvent durer jusqu’à deux jours. Au delà, il faut consulter. Le vaccin peut exceptionnellement provoquer un syndrome de Guillain-Barré, une maladie auto-immune qui attaque les nerfs, mais la grippe aussi ! Il y a beaucoup plus de cas lié à la grippe qu’au vaccin.

    Combien de décès sont évités grâce à la vaccination ?

    L’épidémie au cours de l’hiver 2018-2019 a été marquée par 10 000 décès attribuables à la grippe. Si toutes les personnes à risque avait été vaccinées, on aurait pu en éviter 3 000. La pneumonie serait réduite de 50-60% et les complications sévères de 70-80% (surtout chez les seniors). Mais à peine la moitié étaient vaccinées.

    Je me suis fait vacciner l’an passé, dois-je le refaire cette année ?

    La question de la durée de protection est à l’étude. L’une des hypothèses est la suivante : lorsque les souches varient peu ou pas d’une année sur l’autre, on reste protégé malgré tout. Mais cela n’a pas été formellement démontré. Pour info, la composition du vaccin varie en fonction des quatre souches virales susceptibles de circuler pendant l’hiver. Par rapport à l’année dernière, deux diffèrent. Alors, par précaution, il vaut mieux se faire vacciner tous les ans.

    Le vaccin protège-t-il d’autres maladies ?

    Selon une étude danoise présentée au congrès européen de cardiologie (août 2019, Paris), la vaccination annuelle contre la grippe chez les patients hypertendus réduit de 18 % le risque d’infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux.

    Qui peut vacciner ?

    Le médecin traitant, le médecin du travail, les infirmiers, les sages femmes, les centre de Protection maternelle et infantile pour les enfants peuvent réaliser l’injection ; et, depuis cet automne 2019, les pharmaciens mais pour l’instant uniquement chez les personnes à risque.

    Est-ce que la vaccination est remboursée ?

    Si vous faites partie des personnes à risque, votre caisse d’assurance maladie vous envoie une invitation et un bon de prise en charge gratuite. Si vous avez été oublié, parlez-en à votre médecin, à votre sage-femme ou à votre pharmacien, qui vous le délivreront. Pour les autres, le coût est de 10,80 euros sauf si votre mutuelle est généreuse !

    Vaccin anti-grippe : quelles sont les contre-indications ?

    En cas d’allergie aux aminosides (antibiotiques) et au latex, d’antécédents de réaction allergique sévère à l’ovalbumine (1 personne sur 1 million), la vaccination doit se faire en milieu hospitalier pour pouvoir réagir en cas de choc anaphylactique.

    C’est pour bientôt : L’efficacité du vaccin varie selon la souche et la dose. C’est pourquoi on attend impatiemment le vaccin dit ” à haute dose “. Non disponible encore en France (probablement l’hiver prochain) mais aux Etats-Unis, il booste de 25 à 30% l’efficacité du vaccin chez les seniors.

    À lire aussi :

    ⋙ Grippe : les antibiotiques diminueraient l’effet du vaccin

    ⋙ Rougeole, varicelle, tétanos… comment savoir si je dois me faire vacciner ?

    ⋙ J’ai perdu mon carnet de santé : comment savoir quand me faire vacciner ?

    Source: Lire L’Article Complet

    Coupe de cheveux : 25 people qui ont osé le court

    Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

    Coupés au carré, à la garçonne… Les cheveux courts ont la cote cette année et de nombreuses stars adoptent la tendance. Découvrez 25 people qui sont passées au court !

    Les cheveux courts sont idéals pour mettre en valeur le visage et donner du style à une coupe de cheveux. La grande tendance du moment est le carré court (qui arrive au niveau du milieu du cou) et le mi-long qui s’arrête au niveau des clavicules. Ce dernier à très récemment été adopté par la chanteuse Jennifer Lopez. Comme Faustine Bollaert, associez votre carré à une frange (ultra-canon), ou demandez en un dégradé comme le top model Cara Delevingne.

    Des stars plus téméraires ont même coupé leurs cheveux très courts à la garçonne. Anne Hathaway ou encore Emma Watson l’avaient déjà fait et sont passées à présent à un carré. Cristina Cordula, elle, reste fidèle à cette coupe qui lui va si bien !

    Comment adopter le court ?

    Le carré est une coupe de cheveux qui va à tout le monde : elle met en valeur toutes les formes de visage et toutes les natures de cheveux. Mais si vous souhaitez adopter une coiffure encore plus courte, il faut tenir compte de votre visage. S’il est plutôt fin, la coupe à la garçonne vous ira à ravir. Si votre mâchoire est plutôt carrée, optez pour un carré mi-long légèrement dégradé pour casser l’effet droit de la mâchoire.

    Enfin, les cheveux courts s’adaptent à toutes les colorations : pour créer une impression de profondeur dans la chevelure, misez sur un balayage légèrement plus clair que votre couleur naturelle. L’idéal pour l’automne ? Des reflets chauds ou auburn : on adore !

    À lire aussi :

    ⋙ 5 erreurs à ne pas faire quand on a les cheveux courts

    ⋙ Coupe de cheveux : nos idées pour les cheveux courts et bouclés

    ⋙ Coupes de cheveux mi-longs 2019, nos idées canons à adopter

    ⋙ Carré plongeant : 20 idées canons pour l’adopter en 2019

    ⋙ Les tendances coupe de cheveux du printemps-été 2019

    À voir en vidéo :

    Découvrez notre sélection de coupes courtes qui amincissent !

    Source: Lire L’Article Complet

    URGENT – Une star internationale arrêtée à Paris pour détention de drogue !

    Interpellé à Paris dans la nuit à Pigalle, Pete Doherty a été arrêté pour possession de drogue.


    Dans la nuit de jeudi 7 à vendredi 8 novembre, vers trois heures à Paris, à l’angle de la rue de Douai et de la rue Fontaine dans le neuvième arrondissement, des policiers ont procédé à une interpellation. Il s’agissait du rockeur anglais, Pete Doherty qui était, selon les forces de l’ordre, en train de procéder à une transaction de produits stupéfiants sur la voie publique.

    Il s’agirait de cocaïne et l’ex de Kate Moss aurait eu deux grammes en sa possession. Au moment des faits, il se trouvait déjà sous l’emprise de drogue et d’alcool. Ses propos étaient incohérents et il tenait à peine debout. Placé en garde à vue pour acquisition de produits stupéfiants, Pete Doherty risque d’avoir des ennuis…

    L’arrestation fut mouvementée et il ne s’est pas laissé embarquer immédiatement. Le chanteur des Libertines avait déjà été arrêté en Angleterre pour excès de vitesse et son permis de conduire lui avait été retiré.

    Une vie de débauche

    Pete Doherty aurait dû aller mieux. Il avait suivi une cure de désintoxication en Thaïlande : « La clinique m’a fait une super proposition. Elle voulait utiliser mon nom pour se faire de la pub. Et en échange, elle m’offrait un traitement gratuit ».

    C’est donc à Bangkok que Pete avait commencé à écrire son troisième album des Libertines : « Carl (Bârat, ndlr) est venu me voir sur place. C’était une situation étrange pour moi. Je ne prenais plus de drogues, je ne buvais plus d’alcool. Je faisais de l’exercice. Je mangeais. Tout ça était très sain, même si c’était compliqué de se retrouver ne serait-ce que dix minutes tous les deux, sans médecin, sans infirmière. Et on a commencé à travailler sur ce disque ».

    Mais comme dit le proverbe « chasse le naturel, il revient au galop », Pete a replongé rapidement. Reste à savoir s’il parviendra à se remettre sur pied et à faire en sorte que cet épisode parisien ne soit qu’un mauvais souvenir.

    Constance Therapy

    Source: Lire L’Article Complet

    La boxe thaïlandaise version soft, ça existe !

    Un corps fuselé et un mental béton, c’est possible avec la boxe thaïlandaise. On a suivi un cours à la salle de Sport with Reebok, avec le sémillant entraineur Sébastien Leroyer. Sans prendre de coups … Ouf !

    C’est quoi ?

    Issue d’un art martial cambodgien, la boxe muay thaï, son vrai nom, va plus loin que les boxes anglaise (poings) et française (poings et pieds), en autorisant les coups avec les coudes et les genoux, ainsi que les corps à corps. Mais ici, aucun risque de finir KO puisque les coups ne sont pas portés sur l’adversaire.

    Comment ça se passe ?

    La séance commence par un échauffement cardio (corde à sauter, course sur place), suivi d’exercices de gainage (planche), c’est intense mais euphorisant ! Les mouvements de bras et de jambes sont ensuite travaillés sur sac et dans l’espace pour un effet défouloir jubilatoire ! Ensuite, pieds nus et équipé de gants et protections, on bosse son positionnement et sa technique de frappe et d’esquive, sans réellement porter de coups. Le prof nous encourage non stop, même quand on tombe lamentablement sur le ring en voulant faire un crochet …

    Qu’est-ce qu’on y gagne ?

    Comme avec toutes les boxes, le cœur travaille intensément. On sent que les bras et les jambes bossent à fond, pareil pour les abdos, notamment les obliques. Ce qui nous vaut quelques courbatures le lendemain. La variété des coups permet de stimuler la musculature dans son ensemble mais aussi d‘améliorer la coordination. A la clé on s’amuse beaucoup, ça ressemble à une chorégraphie.

    A qui ça s’adresse ?

    On a testé, tout le monde peut pratiquer (sauf pathologie lourdes), à tout âge, l’effet de renforcement musculaire et osseux est même recommandé à la quarantaine. Après quelques séances, m’assure Sébastien, la silhouette se galbe et s’assèche. Comme on sort de sa zone de confort, le mental se renforce et la confiance en soi est dopée. Parfait dans ce monde de brutes !

    >>> La gym pour le visage, qu’est-ce que c’est ?
    >>> L’électrostimulation pour se sculpter, ça marche vraiment ?
    >>> Les conseils d’une pro pour perdre du poids durablement

    Retrouvez-nous sur Instagram : @voici_style

    Source: Lire L’Article Complet

    Marche rapide : et si on (ré)apprenait à marcher plutôt qu’à courir ?

    On pense souvent que l’un des meilleurs moyens de faire un bon exercice cardio reste le running ou encore le roller. Pourtant, la marche rapide est un sport aux multiples avantages, aussi bien au niveau de la santé, que de la forme physique. Le point sur ses bienfaits.

    Plébiscitée pour sa simplicité et ses vertus non-traumatisantes pour les articulations, la marche rapide – ou marche sportive – voit sa cote remonter chez les sportifs. David Costa, coach sportif et auteur du livre “Musclée & Sexy : le guide de la musculation 100% féminin” (éd. Amphora), recommande notamment cette activité légère et à basse intensité, pour maximiser la lipolyse, c’est-à-dire la perte de masse graisseuse.

    La marche rapide, une activité pour tous

    “La marche rapide est trop peu populaire auprès des sportives, qui pensent parfois à tort que se faire violence avec du running est bien plus efficace que la marche rapide. Certes, l’intensité de l’effort doit est conséquente pour évoluer, mais il suffit simplement de bien le doser, et de l’associer à de la musculation pour plus d’efficacité”, explique le coach sportif.  

    Patrick Bacquaert, médecin chef de l’IRBMS et consultant en médecine du sport et sport santé précise quant à lui que la marche rapide permet, en moyenne, de brûler entre 200 et 300 calories par heure.

    Attention cependant à bien prendre en compte la relation proportionnelle entre votre poids et votre vitesse pour faire le décompte de vos dépenses caloriques. 

    Un sport qui renforce les membres inférieurs et les abdos

    Grâce à la marche rapide, on sollicite principalement les muscles des jambes tels que les quadriceps, les ischios, les mollets, les fessiers mais aussi, les abdos et les spinaux (muscles de la colonne).

    Patrick Bacquaert confirme : “les membres inférieurs et la sangle abdomino-pelvienne sont les plus sollicités. Si on marche avec des bâtons, les bras le sont aussi et le mouvement de balancier favorise le gainage”.

    Et pour éviter tout risque de blessure pendant l’exercice, Patrick Bacquaert conseille de garder les épaules relâchées et de maintenir le dos droit pour avoir un bon balancier des bras. “Il faut regarder droit devant soi pour éviter de “cyphoser” (de faire le dos rond)”, ajoute-t-il. 

    Deux séances d’une heure par semaine pour constater les premiers résultats 

    Intéressante pour les personnes en surpoids, pour les personnes avec des soucis articulaires, pour celles souhaitant améliorer leur endurance fondamentale (endurance à basse intensité), la marche rapide permet d’allier activité de plein air et dépense énergétique : l’idéal donc, pour les personnes pour qui faire un footing est encore trop dur physiquement.

    Pratiquée régulièrement, elle contribue également à l’amélioration du rythme cardiaque, de la respiration, de l’équilibre et du tonus musculaire. Par contre, il faut bien garder en mémoire que les résultats ne seront pas très marqués si l’on n’adopte pas une alimentation variée et équilibrée.

    “Je recommande donc de faire de la marche rapide, à raison de deux séances d’une heure ou de trois séances de 30 à 45 minutes par semaine, en complément de la musculation, car en tant qu’activité seule, elle est incomplète” précise toutefois David Costa. Il ne reste plus qu’à chausser vos baskets !

    • Le Bungy Pump, la variante de la marche nordique pour une silhouette tonique
    • Peut-on perdre du poids en marchant ?

    Source: Lire L’Article Complet