Jenifer et l'affaire du short : "J'ai essayé d'apaiser les tensions"

Ce mardi 19 novembre, Jenifer était invitée dans “Touche pas à mon poste”. L’occasion pour la chanteuse de revenir sur la remarque sexiste dont elle a été victime en plein concert et de clore cette affaire une bonne fois pour toutes.

Jenifer n’est pas du genre à se laisser faire. Une force de caractère qu’elle a prouvée à tous en août dernier lors d’un de ses concerts en Alsace. La chanteuse de 37 ans avait été sommée d’enlever son short par un spectateur. Une remarque sexiste qui l’avait fait sortir de ses gonds. Elle est revenue sur le sujet lors de son passage dans Touche pas à mon poste ce mardi 19 novembre.

La remarque du spectateur l’avait mise hors d’elle. “T’es sérieux, toi ? T’es très sérieux ? Mais tu vas sortir, mon gars ! Tu t’es trompé de spectacle. Et tu sais ce qu’il te dit mon short ? Il te dit : ‘Tu sors !’ Bonne soirée…”, lui avait-elle rétorqué sous les applaudissements du public. Une séquence immortalisée en vidéo qui avait rapidement fait le tour de la Toile. Jenifer avait alors récolté de nombreux soutiens de taille, dont celui de Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations.

Quelques mois plus tard, l’affaire du short est toujours dans les esprits. Pour preuve, Cyril Hanouna a fait réagir la coach de The Voice à ce sujet lors de son passage dans Touche pas à mon poste ce mardi 19 novembre. Et en revoyant les images, Jenifer a révélé qu’il ne s’agissait que d’un tout petit morceau de l’histoire : “Ça, c’est le petit bout de vidéo. Mais après, je suis revenue, j’ai essayé d’apaiser les tensions.”

Elle poursuit en réaffirmant que les propos de l’homme en question étaient très déplacés : “Le mec, là, en l’occurrence, a été hyper maladroit. Sa copine était morte de rire, mais il y avait les gamines à côté, c’était en plein festival avec des petits débardeurs, des maillots et tout ça, ce n’était pas très respectueux même pour les autres.” Mais pour autant, la jolie brune n’a pas apprécié qu’il devienne la risée du reste des spectateurs. “Il s’est fait huer par le public, donc après, j’ai apaisé. J’ai dit : ‘Arrêtez de le huer, il a présenté ses excuses, tout va bien, c’était juste un mot qui est sorti comme ça.'” Finalement, tout s’était terminé dans le calme.

Source: Lire L’Article Complet

France Inter progresse en tête des audiences radio, Europe 1 se stabilise

La leader France Inter a conforté son avance à la rentrée et Europe 1 s’est stabilisée après des années de chute, selon les audiences de septembre-octobre publiées mercredi
par Médiamétrie.

France Inter reste leader avec 11,7 % d’audience cumulée soit +0,2 point sur un an. Elle précède RTL, qui rassemble 11,4 % d’audience, soit -0,4 point sur un an, mais avec une part d’audience – qui intègre le temps passé par les auditeurs sur chaque antenne – en progression. « C’est une bonne vague », a souligné Régis Ravanas, directeur des radios du groupe M6, qui compte RTL. « Les nouveautés lancées ont rencontré leur public ».

« Europe 1 a retrouvé des couleurs »

Europe 1 réalise une rentrée à 5,2 % après des années de chute et un plus
bas historique à 5% avant l’été. A la rentrée 2018, la radio du groupe Lagardère était encore à 6,2 %. Avec une grille chamboulée à la rentrée, « Europe 1 a retrouvé des couleurs », s’est félicitée Constance Benqué, directrice générale du pôle News du groupe Lagardère (qui rassemble Europe 1, le JDD et Paris-Match). « Maintenant, il faut qu’on s’installe dans la durée ».

RMC (6,8 %) et France Bleu (6 %) sont en recul de 0,5 et 0,6 point. Franceinfo (7,9 %) perd 0,2 point, tandis que France Culture réalise une bonne rentrée à 2,9 % (+0,1 point).

Net recul des radios musicales

Les radios musicales connaissant globalement un net recul, à 36,1 % d’audience cumulée (-1,7 point sur un an). NRJ garde un large leadership (9,7 %, -0,1 point) devant Nostalgie (6,1 %, -0,2) et Skyrock (6 %, -0,5). Passant la barre du 1 %, Fip apparaît pour la première fois dans le classement avec 1,1 % d’audience. Le groupement des Indés radios progresse à 15,5 % (+0,3).

« L’enquête 126.000 » de l’institut Médiamétrie se base sur 26.789 interviews pour la période d’écoute du lundi au vendredi, réalisées entre le 2 septembre et le 3 novembre 2019 auprès de la population âgée de 13 ans et plus, représentative de la population française.

Source: Lire L’Article Complet

Mon frère n’est jamais dispo pour nos parents…

Ajoutez cet article à vos favoris en cliquant sur ce bouton !

On n’a pas envie de lui faire la leçon, juste de lui faire comprendre (en douceur) que son implication dans la famille n’est pas facultative !

L’égalité hommes-femmes n’a pas encore gagné ce terrain-là. Quand il s’agit de prendre soin des seniors vieillissants, le versant féminin de la famille se retrouve assez souvent en première ligne (un euphémisme). Du côté masculin, on s’abrite derrière un emploi du temps surchargé et des excuses aussi inventives que « J’ai une réunion hyper importante », « Je ne peux pas le week-end prochain, j’aide un copain à déménager »… Il va falloir se montrer imaginative pour inverser le processus.

Bien plus drôle que prévu

C’est sûr, nos parents nous appellent souvent pour ce qui ressemble peu ou prou à des corvées : remplir un formulaire sur Internet, déplacer un canapé trop lourd… Mais en cadeau bonus, il y a toujours une surprise : un fou rire à se retrouver aussi perdue qu’eux devant l’incompréhensible ergonomie d’un site ou encore des émotions à partager devant notre plat préféré qu’ils ont concocté en prévision de notre venue. Dommage que notre frérot aux abonnés absents se prive de tels moments !

Échange de bons procédés

Autrefois, toutes les générations cohabitaient sous le même toit. Aujourd’hui, à vivre éloignés les uns des autres, on a gagné en liberté et perdu en connaissances. Nous avons quitté le nid sans avoir eu le temps d’apprendre de nos parents ou de nos grands-parents. La tuyauterie reste un mystère et on ignore comment tourner correctement une lettre de félicitation. Il est temps de profiter de leurs connaissances et de leurs trucs. Ceux de la vraie vie, bien mieux que des tutos.

Après l’heure, c’est plus l’heure !

Nos parents se font âgés. Notre frangin a-t-il compris que c’est le moment ou jamais de les interroger ? Ils peuvent encore lever le voile sur des incompréhensions et des non-dits familiaux, livrer les secrets de l’arbre généalogique, de leur parcours… Pas de questions, pas de réponses. Ensuite, il sera trop tard.

Chacun son tour

« Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse. » L’adage vaut aussi pour lui. La roue tourne. Un jour, il se retrouvera dans la même situation que nos parents. Et sera moins attractif pour ses propres enfants. Alors, jouer au fantôme, est-ce vraiment l’exemple qu’il souhaite donner ? Certainement pas !

Du gagnant-gagnant

Si vraiment il se montre rétif, on peut lui faciliter les choses et lui proposer de l’accompagner. On y gagnera du soutien bien sûr mais surtout, on se donnera la possibilité de (re)créer une vraie solidarité qui bénéficiera à tous les membres de la famille. Avec un peu de chance, cela l’aidera même, lui et les autres hommes de la tribu, à s’intéresser davantage à la question de la parité hommes-femmes !

À lire aussi :

⋙ Mes parents refusent la maison de retraite, j’insiste ?

⋙ 5 bonnes raisons de voir ma sœur sans nos maris

⋙ Ce site internet va vous révéler tous les secrets de votre nom de famille

Source: Lire L’Article Complet

Le réalisateur Hervé Baslé (Les maîtres du pain) est mort à 81 ans

Mardi 19 novembre, le réalisateur Hervé Baslé s’est éteint à l’âge de 81 ans dans son village natal, à Saint-Coulomb, sur la Côte d’Émeraude. On lui devait notamment des séries télévisées comme "Les maîtres du pain" ou encore "Entre Terre et Mer".

Triste nouvelle. Mardi 19 octobre, le réalisateur Hervé Baslé s’est éteint à l’âge de 81 ans dans le village où il avait vu le jour, à Saint-Coulomb sur la Côte d’Émeraude, dans la région de Saint-Malo, rapporte France 3 Bretagne. Inspiré par la vie quotidienne des gens, il réalise son premier film en 1972, Christophe, l’enfant séparé des siens. Suivront une vingtaine de téléfilms et une dizaine de séries réalisés pour le service public, qui réuniront des millions de téléspectateurs à chaque épisode comme Les maîtres du pain en 1993 pour France 2 ou Le fils du cordonnier, Entre terre et mer, toujours pour France 2, pour les séries les plus connues.

Né en 1938, Hervé Baslé ne se destinait pourtant pas aux plateaux de tournage et à la caméra. Au départ, c’est dans une carrière militaire qu’il se lance, avant de partir en 1959 pour faire son service militaire. C’est à son retour en 1961 qu’il décide de changer de voie et passe un concours pour entrer à la télévision. Grâce à la formation professionnelle, il entre alors à l’IDHEC où il suit des cours de montage et de culture cinématographique. Il collaborera ensuite, en tant que monteur, avec Michel Polac et Jean L’Hôte. Cette association l’incitera à devenir réalisateur de téléfilms, séries, mais aussi d’émissions comme Lire, c’est vivre, imaginée par Pierre Dumayet.

Ses œuvres sont issues pour certaines de romans qu’il a écrit, comme Le cri (2006), Le Champ Dolent (2002), Entre terre et mer (1997), Le fils du cordonnier (1995). Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, chevalier de l’ordre national du Mérite, il a reçu six 7 d’or (récompenses télévisuelles, ndlr), dont trois en 1995 pour Les Maîtres du pain et trois en 1998 pour Entre terre et mer. En 2006, il a également reçu le Prix du roman populaire pour Le Cri, dont l’adaptation à la télévision est la dernière réalisation d’Hervé Baslé.

Source: Lire L’Article Complet

One Piece Chapitre 963 : Oden à la rencontre de Barbe Blanche ?

Le prochain chapitre pourrait nous montrer la rencontre entre notre cher Oden Kozuki et son premier capitaine, Barbe Blanche.

On le sait, Oden a été commandant au sein de la flotte de Barbe Blanche. Et le prochain chapitre du flash-back d’Oden pourrait nous narrer la rencontre entre les deux grands figures ! On a en effet vu dans le chapitre 962 le trublion de Wano devenir daimyo. Or on sait qu’après ses exploits au pays des samouraïs, ce dernier s’est enfui pour devenir pirate. Et avec les indices semés dans le dernier chapitre (présentation d’Izo le commandant de Barbe Blanche, allusion à l’équipage des Rocks), il semble assez évident que l’on devrait avoir droit à la rencontre avec l’homme le plus fort du monde !

Et vu les caractères des deux animaux, le premier contact Oden/Edward Newgate devrait donner lieu à une sacrée explosion de violence. On imagine qu’Oden subirait sa première défaite, ce qui créerait chez lui un grand respect pour son opposant, et aussi l’envie de quitter son île trop étroite pour le vaste monde où naviguent des monstres de puissance. Oden déciderait alors d’embarquer avec l’homme qui aura réussi à le vaincre, laissant ses nakama dans la province de Kuri. Une absence qui pourrait aussi laisser le champ libre à certaines manigances du jeune et déjà machiavélique Orochi !

Source: Lire L’Article Complet

Dany Boon, businessman « contraint et forcé », explique comment il s’est organisé

Dany Boon donne sa voix à la version française du personnage d’Olaf dans le second opus de La Reine des neiges. Pour l’occasion, il a accordé une interview au magazine Le Soir. Si l’acteur explique pourquoi il a eu envie de participer à cette nouvelle aventure, il évoque aussi son parcours professionnel et ses nombreux engagements.

Acteur, humoriste, producteur, businessman… Dany Boon a plusieurs casquettes. Il jongle entre sa vie de comédien et ses obligations professionnelles. Alors que son dernier film avec l’actrice américaine Jennifer Aniston a rencontré un franc succès sur Netflix, le comédien adernièrement prêté sa voix au personnage d’Olafdans la Reine des neiges 2. Tandis que le dessin animé sort dans les salles le 20 novembre prochain, Dany Boon s’est confié dans le magazineLe Soir. Dans un premier temps, il est revenu sur son plaisir de retrouver l’attachant bonhomme de neige, qu’il double pour la voix française depuis le premier opus.

Si l’acteur, qui est père de trois enfants, a accepté de donner sa voix au personnage, c’est aussi parce qu’il a été épaté par le scénario du film d’animation : “Les différents niveaux de lecture du film. Sur la philosophie notamment. Il y a une réflexion sur les éléments, le feu, le vent, l’eau : ils essayent de se reconnecter à la nature, de la respecter pour qu’elle ne soit pas en colère contre les humains. C’est ce que l’on vit actuellement avec le réchauffement climatique”, a-t-il confié.

“J’ai cette chance de pouvoir déléguer”

Au cours de cet entretien, il est également revenu sur son parcours. Au fil des années, il est devenu un businessman. “Contraint et forcé” de s’imposer comme homme d’affaires, il a appris à s’organiser et déléguer certaines tâches :“Je suis considéré comme un bon homme d’affaires car je sais m’entourer. Des gens en qui j’ai confiance ont structuré des choses autour de moi. J’ai cette chance de pouvoir déléguer pour ne pas perdre de temps avec les choses administratives. Même si je prends les décisions”, a-t-il lâché.

Ainsi, il est important selon lui de conserver une part de légèreté et d’humour, à l’image des films d’animation. “Le lien avec l’enfance est chez moi naturel. Et la notoriété fait que les gens s’attendent à ça. Si je fais l’andouille dans une administration, les gens se marrent. Mais j’ai envie de ça et j’aime ça. Le monde est très dur, et violent, et si on peut amener dans tout ça le monde de l’enfance, ce côté bonhomme de neige, c’est bien”, a-t-il conclu.

Crédits photos : Bestimage

Source: Lire L’Article Complet

VIDÉO – Affaire conclue : Julien Cohen et Caroline Margeridon amusés par une belle bourde lors des enchères !

Cafouillage en salle des ventes ce mardi 19 novembre dans l’émission Affaire conclue sur France 2. Une acheteuse a scié Caroline Margeridon, Pierre-Jean Chalençon et Julien Cohen en se trompant dans les enchères.

Un beau cafouillage ! Vincent est venu participer à l’émission Affaire conclue sur France 2 ce mardi 19 novembre pour vendre un lit de repos, à utiliser non pour dormir mais pour se délasser. Un objet qui avait séduit Sophie Davant, et estimé par l’expert Harold Hessel à 150 euros. Mais une fois en salle des ventes, rien ne s’est passé comme prévu et le candidat a eu l’heureuse surprise de voir les enchères tourner sérieusement en sa faveur.

Alors que Caroline Margeridon, après inspection, offrait le prix de 150 euros, une autre acheteuse, Leticia Blanco, sans visiblement bien entendre les premières enchères a alors lancé le prix de 280 euros. “ah tu es passée de 150 à 280 !” lui a fait remarquer Caroline Margeridon avec son franc-parler habituel. Et sa collègue, de rétorquer, embarrassée “non arrête…” avant de confier au vendeur, navrée : “je me suis plantée…

Les autres acheteurs n’ont pas proposé d’autres prix, Julien Cohen lâchant même : “à 280 euros tu es seule !Et ce qui est dit est dit. Leticia Blanco a donc acheté le lit sous les regards surpris et un brin moqueurs des autres acheteurs. Heureux, le candidat est donc reparti avec 280 euros. Une belle affaire conclue.

Crédits photos : France 2

Source: Lire L’Article Complet

Toutes nos idées faciles pour arrêter de gaspiller la nourriture

Tout le monde sait que les « mauvaises » habitudes ont la vie dure. Ces conseils tout simples vont vous aider à adopter les gestes anti-gaspi au quotidien.

Je donne ou je vends…

● ce que je n’utilise pas régulièrement

● ce que j’ai en plusieurs exemplaires

● ce qui prend de la place ou des heures à nettoyer.

Je mets au recyclage…

● ce qui est potentiellement dangereux pour ma famille : poêles en Teflon (d’autant plus si elles sont rayées), boîtes en plastique

Je liquide sans renouveler…

serviettes en papier

● cure-dents

● pailles en plastique

papier d’aluminium

● film alimentaire.

Je m’équipe judicieusement…

● de bee wraps (emballages réutilisables à la cire d’abeille)

● de pailles en bambou

● de bouteilles en verre

● d’une cafetière italienne.

Je fais mes courses différemment pour limiter mes déchets

Je pars avec…

● une liste de courses

● des sacs en tissu : pour le pain, les fruits et légumes

● des boîtes en verre pour le fromage à la coupe.

Je refuse…

● de céder aux sirènes du marketing qui incitent à acheter ce qui est nouveau

● de craquer même quand le produit affiche en rouge – 30 % ou « 2 pour le prix d’1 »

● les coupons de réduction qui poussent à la surconsommation.

Cuisiner maison pour mieux contrôler mes déchets domestiques

Je prévois…

● des recettes de saison qui demandent peu d’ingrédients

● un planning hebdomadaire de repas préparés à l’avance.

Je transforme…

● les fruits (trop) mûrs

● les épluchures de légumes, les os de viande et les arêtes de poisson en bouillons

● les restes de pain en chapelure, pain perdu

● les restes de fromage, légumes et viande en soupe ou tarte salée.

J’achète quoi et où pour limiter le gaspillage ?

● des produits bruts : j’évite au maximum les plats industriels en barquettes, sous plastique avec, en plus, un emballage cartonné.

● des fruits et légumes de saison. Pour impliquer toute la famille, j’affiche un grand calendrier illustré dans un lieu stratégique : dans la cuisine, sur le réfrigérateur !

● des produits frais en petites quantités mais plus souvent (c’est ce que nous jetons le plus parce qu’ils s’abîment vite).

● des produits en vrac : farine, céréales, fruits et légumes secs, café, thé, pâtes… et même l’huile d’olive !

● sur les marchés ou en circuits courts pour les fruits et légumes, la viande, les produits laitiers, les œufs.

le moins possible au supermarché. Et j’évite les détours inutiles. Mission : optimisation.

À lire aussi :

>> 7 exemples de circuits courts pour manger local

>> 12 applis de consommacteur pour consommer responsable

>> Famille zéro déchet : après 5 ans, la mère fait le bilan

Source: Lire L’Article Complet

Jennifer Lee : une féministe se cache derrière "La Reine des neiges 2"

Première femme à avoir réalisé un film pour le studio, elle signe La Reine des Neiges 2, suite de son carton planétaire, et assure, depuis, la direction artistique de Walt Disney Animation.

Attention, ouragan glacé à prévoir en salles dès le 20 novembre : plus gros succès de l’histoire du dessin animé, La Reine des neiges s’apprête à déchaîner les passions enfantines avec sa suite épique et très attendue. Cinq ans plus tôt, le premier volet devenait un phénomène planétaire sans égal : outre l’entêtant Libérée, délivrée… repris tel un disque rayé par les marmots, pour le plus grand bonheur (relatif…) des parents, le film d’animation séduisait plus de cinq millions de spectateurs en France et rapportait plus d’un milliard de dollars au box-office mondial.

L’envol de l’outsider

Derrière ce braquage oscarisé, Jennifer Lee est la première femme à avoir dirigé un film d’animation Disney (en binôme avec Chris Buck) et à avoir dépassé le milliard de recettes. L’Américaine de 48 ans est aussi devenue, en 2018, la directrice artistique de Walt Disney Animation, quand John Lasseter, épinglé pour comportements inappropriés, a quitté le navire. Une ascension fulgurante pour celle qui fit ses armes dans l’édition avant de scénariser Les Mondes de Ralph . «Le milieu de la littérature était beaucoup moins sexiste : une bonne histoire était une bonne histoire. Comme on ne donne pas à voir d’images dans les romans, les récits s’inscrivent moins dans des stéréotypes de genre. Quand j’ai commencé dans le cinéma, j’ai été attentive au pourcentage et à l’écriture des personnages féminins sur les écrans. Très peu étaient crédibles», nous explique-t-elle dans ses studios de Burbank.

En vidéo, la bande-annonce de “La Reine des neiges 2”

Un nouveau modèle

«Avec La Reine des neiges, j’avais une ligne directrice : rendre compte de ce que signifie être une jeune fille d’aujourd’hui. Mais ce que vivent Elsa et Anna est universel : tout le monde peut s’identifier à leur lien familial ou, dans cette suite qui éprouve les pouvoirs d’Elsa, à la peur du changement et de l’échec. Si seules les fillettes se reconnaissaient, le film n’aurait pas eu un tel succès. Il faut considérer les personnages féminins comme des êtres humains avant tout, pas comme des filles. Il ne faut plus leur imposer de limites.» Pour offrir un modèle en prise avec l’époque à sa fille, alors âgée de 10 ans, elle brisait ainsi les traditions disneyiennes en axant La Reine des neiges autour de la famille et de la sororité. Le prince charmant, lui, finissait aux oubliettes. «Pourquoi faire croire à une utopie alors que nous savons que ,99 % du temps, on ne tombe pas sur le bon ?», s’amuse-t-elle avec un large sourire qui jamais ne semble la quitter.

La victoire d’une résiliente

La vie n’a pourtant pas été simple pour cette enfant autrefois harcelée. «J’étais agitée, peu soignée, nous avions peu d’argent et vivions dans un quartier chic : j’étais une cible idéale ! Je ne trouvais de réconfort que dans les livres, le dessin… et Cendrillon. Son courage et sa victoire sur sa belle-mère et ses sœurs résonnaient en moi.» À l’instar d’Elsa dans La Reine des neiges , elle doute beaucoup durant sa jeunesse. L’éducation reçue d’une maman célibataire et féministe et le soutien de sa sœur aînée, essentiel après le décès brutal de son premier amour, l’aident à se trouver. «J’ai eu quelques combats personnels et professionnels à mener avant d’arriver chez Disney, mais, à la fin, je n’ai jamais eu l’impression de ne pas avoir ma place. Il est vrai qu’on attend toujours des femmes qu’elles prouvent deux fois plus que les hommes mais, depuis que j’ai été promue, personne ne me met la pression… sauf moi-même ! Alors, au lieu de gaspiller mon énergie, je m’efforce de m’en servir pour porter les films et les autres.»

Dénicheuse de talents

Ses objectifs pour la maison de Mickey ? Favoriser la diversité et la parité à travers le mentorat, l’accompagnement. «Face à moi, les collaboratrices osent davantage s’exprimer : elles ont l’impression d’être enfin vues et entendues. Elles s’autocensurent moins, postulent davantage, notamment pour des positions techniques et hiérarchiques longtemps réservées aux hommes.» Hors de question cependant d’installer des quotas. «Il y aurait alors le risque de choisir une personne moins compétente pour de mauvaises raisons. Je ne veux ni favoritisme ni discrimination. Si j’ai été la première réalisatrice d’un film d’animation Disney, je veillerai à ne pas être la dernière.»

La Reine des neiges II , de Jennifer Lee et Chris Buck. Sortie le 20 novembre.

Les héroïnes signées Jennifer Lee

VANELLOPE DANS LES MONDES DE RALPH 1 ET 2
Imaginé par Jennifer Lee, ce personnage de pilote de course, sucré en apparence, est une vraie casse-cou en quête d’accomplissement personnel !

JUDY HOPPS DANS ZOOTOPIE
Sous la plume de Jennifer Lee et de ses coscénaristes, cette lapine déjoue les schémas sociaux en devenant la première proie promue officier de police parmi les prédateurs de Zootopie.

ANNA ET ELSA DANS LA REINE DES NEIGES
Centrant à nouveau son film sur l’amour familial, Jennifer Lee évoque les bouleversements du passage à l’âge adulte pour les sœurs dans La Reine des neiges II , qu’elle coréalise et coscénarise.

RAYA DANS RAYA ET LE DERNIER DRAGON
Le prochain dessin animé du studio, supervisé par la directrice artistique Jennifer Lee et écrit par Adele Lim, sera porté par une héroïne guerrière partie à la recherche d’un dragon.

Source: Lire L’Article Complet

Emmanuel-Philibert de Savoie : le prince de Venise pousse un coup de gueule

Emmanuel-Philibert de Savoie, prince de Venise et du Piémont, a été bouleversé par les inondations historiques qui ont frappé la Sérénissime la semaine dernière. Devant l’ampleur des dégâts, il a fait un appel aux dons sur son compte Instagram.

Les inondations historiques qui ont dévasté Venise la semaine dernière ont ému le monde entier. Si les vénitiens sont habitués au phénomène de l’acqua alta, cela faisait 53 ans qu’elle n’avait pas atteint un tel niveau. Avec une montée des eaux à 1,87 m, c’est toute la ville qui a été submergée. Alors que le gouvernement italien a décrété jeudi 14 novembre l’état d’urgence pour catastrophe naturelle dans la Sérénissime, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer la gestion calamiteuse de la mairie de Venise. Cela fait déjà plusieurs années que l’ambitieux projet MOSE, des digues flottantes destinées à empêcher la montée des hauts dans la lagune, devrait être achevé. 6 milliards d’euros ont déjà été engloutis.

Les images de désolation de la célèbre place Saint-Marc mais aussi le désoeuvrement des restaurateurs et des commerçants ont fait réagir Emmanuel-Philibert de Savoie. En tant que prince de Venise et du Piémont, l’époux de Clotilde Courau est évidemment monté au front pour appeler à la solidarité. Les dégâts sont évidemment considérables, leur coût est pour l’heure estimé à plus d’un milliard d’euros. Le prince a partagé en story sur son compte Instagram un appel aux dons émanant de l’Association Internationale des Chevaliers des Ordres Dynastiques de la Maison Royale de Savoie.

Emmanuel Philibert de Savoie a également publié une lettre très touchante dans laquelle il fait part de sa tristesse et enjoint ses compatriotes à faire preuve de générosité : “Des milliers d’entreprises sont à genoux. Des petits magasins des bars, des restaurants, de petits artisans. Le coeur battant de la cité est en danger. Il est de notre devoir d’aider les vénitiens.” Espérons que son appel soit entendu.



Source: Lire L’Article Complet