Jouer aux échecs en ligne contre le champion du monde

Les sites dédiés au roi des jeux font flores en période de confinement. Chess 24, une plateforme internationale qui possède une version française, propose d’affronter en «blitz» pas moins que le prodigieux Magnus Carlsen.

«Il y a plus d’aventures sur un échiquier que sur toutes les mers du monde», écrivit le poète, chantre du voyage, Pierre Mac Orlan. En ce temps d’isolement forcé, coronavirus oblige, la pratique du jeu d’échecs, en ligne bien sûr, peut devenir un excellent remède contre l’ennui. La confrontation classique prohibée en période de confinement promeut naturellement les joutes en ligne qui depuis quelques semaines obtiennent la faveur des adeptes des 64 cases. 

En pointe, le site Chess24, propose de défier pas moins que le champion du monde d’échecs en titre, le grand maître norvégien Magnus Carlsen. Et d’autres plateformes renommées, la francophone Europe-échecs, les anglophones Chessbase ou encore Chessgames permettent aussi via une interface ludique de jouer des parties contre des adversaires connectés aux quatre coins du monde.

Carlsen, roi du jeu-éclair

L’application multilingue Chess 24 – le grand maître Laurent Fressinet a ouvert le site en français en mai 2019 -, offre une multitude de services aux échéphiles. Des cours d’échecs de haut niveau sont prodigués par Iossif Dorfman, autrefois entraîneur de Kasparov. Tous les grands tournois du circuit sont commentés en direct par les meilleurs maîtres. 

Magnus Carlsen en personne et Peter Svidler (huit fois champion de Russie !) ne dédaignent pas s’immiscer via Skype dans les analyses, live et sans ordinateur des experts, qui rendent ainsi beaucoup mieux toute l’intensité de la lutte.

Sur un ton souvent amusé, les analyses de Carlsen et de Svidler jetées à la volée, éclairent souvent de façon décisive la réflexion des joueurs. Une petite combinaison, un angle stratégique, un avis sur le déroulement psychologique du combat… les deux super-champions possèdent l’art de rendre simple ce qui semble compliqué.

Pour s’inscrire au show échiquéen de Carlsen, Chess24, en pleine période de promotion, fait une offre premium très avantageuse de -40%. Une fois inscrit, vous pourrez ainsi défier le prodigieux norvégien en cadences ultra-rapides. Pour votre gouverne, sachez que super-Magnus est aussi le champion du monde de blitz, le roi incontesté du jeu-éclair. Mais qui refuserait de jouer quelques points contre le Federer ou le Nadal des échecs ?

AUSSI SUR MSN: Quarantaine : un petit-fils joue aux échecs avec son grand-père via FaceTime

  • “C’est un soulagement de se sentir bien”: un couple de sexagénaires a vaincu le coronavirus (BFMTV)
  • Confinement: la fumée d’un barbecue cause une fausse alerte (20 Minutes)
  • Pour pallier le confinement, des étudiants de Sciences Po recréent leur école sur Minecraft (BFMTV)
  • Neuvième épisode de « L’Ancre Noire », le roman-feuilleton de Rocambole pour 20 Minutes (20 Minutes)

Source: Lire L’Article Complet

Idris Elba : accusé par Cardi B d’avoir été payé pour dire qu’il était atteint du coronavirus, il répond

Alors qu’Idris Elba a révélé avoir été testé positif au virus COVID-19, la chanteuse Cardi B l’accuse d’avoir été payé pour annoncer qu’il était malade. L’acteur a immédiatement répondu.

Scandale en plein confinement ! Alors que le 16 mars dernier, Idris Elba a annoncé à ses fans sur Twitter que sa femme Sabrina Dhowre et lui avaient été testés positifs au COVID-19, Cardi B a sous-entendu que tout ceci n’était qu’un vaste mensonge. En effet, la star américaine a explicitement dit que l’acteur avait été payé pour annoncer qu’il avait contracté le virus. Face à ces accusations, le comédien de 47 ans a immédiatement réagit sur son compte Instagram. « Je pense que la négativité autour du test est contre-productive, a-t-il déclaré. Je ne vois pas ce que les gens en retirent. Aussi, cette idée que quelqu’un comme moi va être payé pour dire que j’ai le Coronavirus, c’est des conneries. C’est stupide. » Sans pour autant citer Cardi B, il est clair qu’il s’adresse à elle : « C’est le moyen le plus rapide de rendre les gens malades de cette façon. Il n’y a aucun avantage pour moi et Sabrina à être assis ici à dire que nous l’avons ou que nous l’avons pas. Je ne comprends même pas la logique de cela ! »

Un test controversé

C’est au tour de Cardi B de se défendre après le discours d’Idris Elba. La rappeuse de 27 ans a décidé de clarifier ses propos sur Instagram. Si elle a réagi ainsi, c’est parce qu’elle est outrée que personne ne puisse faire le test de dépistage sauf les stars, alors même qu’elles n’ont pas de très fortssymptômes. « Si Trump dit : “si vous ne présentez aucun symptôme du Coronavirus, ne vous faites pas tester parce que nous n’avons pas assez de tests“mais une célébrité dit “Je n’ai pas de symptômes mais j’ai été testé et je suis positif“, c’est ça qui créé la confusion», s’est-elle défendue. Si son attaque était maladroite, on peut comprendre la réaction de la chanteuse qui trouve injuste ce traitement de faveur.

View this post on Instagram

I said what I said

A post shared by Cardi B (@iamcardib) on


Source: Lire L’Article Complet

Emmanuel Macron s’emporte contre des policiers israéliens (Vidéo)

Emmanuel Macron est en ce moment en visite en Israël pour les commémorations du 75e anniversaire de la libération du camp nazi d’Auschwitz. Et alors qu’il se rendait près de la basilique Saint-Anne à Jérusalem ce mercredi 22 janvier, le président de la République a eu un léger accrochage avec les forces de sécurité israéliennes, lorsqu’un policier a tenté d’entrer dans le domaine national de Sainte-Anne, un des quatre territoires français de la ville : “Tout le monde connaît les règles, je n’aime pas ce que vous avez fait face à moi, sortez ! Personne n’a à provoquer personne, ok ? Restons calmes”,a lâché Emmanuel Macron.

Interrogé par les médias français, Emmanuel Macron est revenu sur cet accrochage : “Il y a eu un moment d’énervement entre les équipes de sécurité, et il me revenait d’y mettre bon ordre en expliquant quelles sont les règles. La sécurité israélienne, qui a fait un travail formidable dans la vieille ville, s’arrête aux portes de Sainte-Anne, et c’est la sécurité française qui prend le relais. La parenthèse a été refermée. Je pensais que ça se passerait bien. Après j’ai salué les deux membres de sécurité, on s’est serré la main chaleureusement, les choses étaient oubliées et voilà. Parfois il y a des moments où on cherche la bonne limite. Ici beaucoup de choses sont des histoires de frontières. Il ne faut jamais que les limites soient franchies, il faut se le dire, même quand il y a le ton qui monte, avec beaucoup d’amitié”.

Source: Lire L’Article Complet

Kiki Smith, en direct des contes

Retenez votre souffle et poussez la porte des contes. Votre guide est blonde aux reflets surnaturels de glacier, un peu échevelée, l’œil vif, clair, perçant, une étoile tatouée sur le poignet que les ans ont décolorée. Kiki Smith est cette magicienne des villes qui fait renaître en une sculpture, sensuelle comme une gymnaste, en un dessin d’une simplicité biblique, en un vol d’oiseaux sur le verre, ce sentiment volatil du rêve. La Monnaie de Paris a la chance, grâce à sa directrice artistique Camille Morineau, d’y accueillir une vaste rétrospective (une centaine d’œuvres) de cette artiste américaine qui ne ressemble à personne.

En revanche, dès que l’on voit ses grands dessins à l’encre et traces argentées sur papier népalais, comme Telepathic, 2009, sur le stand de la Galleria Raffaella Cortese de Milan, à la dernière Fiac au Grand Palais, on sait que c’est Kiki Smith. En revanche, dès que l’on voit la femme qui cache sa bouche en se faisant un masque d’une aile noire d’oiseau, l’affiche de la «Collection Daniel et Florence Guerlain» en visite à l’Albertina de Vienne jusqu’au 26 janvier, on sait que c’est Kiki Smith. En revanche, lorsque l’on voit un faon dessiné à l’encre sur un large papier froissé qui le rend d’autant plus vulnérable, l’un des dessins de la collection de l’artiste Jenny Holzer révélée au Guggenheim Bilbao au printemps dernier, on sait que c’est Kiki Smith.

Cette femme, à la fois tendre et dure, a une manière très différente de poser le trait, de sculpter le corps d’une femme, de le faire voler dans les cieux d’une tapisserie, de raconter par bribes, par sentiers de traverse, par réminiscences et apparitions. Bref, d’imposer une vision très différente de ce «male gaze» dénoncée dès les années 1960 par les féministes et les théoriciennes américaines. C’est une féminité intense, comme celle des femmes mi-fées mi-sorcières qui dansent nues dans la bruyère de la Suédoise Selma Lagerlöf, Prix Nobel de littérature 1909. Il y a cette magie de la lande dans son œuvre portée par l’esprit des filles qui rêvent le monde.

Née en 1954 à Nuremberg d’un père américain, l’architecte et artiste précurseur du minimalisme Tony Smith, et d’une mère chanteuse d’opéra, Kiki Smith a grandi dans une bulle artistique traversée par de fortes personnalités, comme Jackson Pollock ou Barnett Newman. Forgée dans la scène alternative new-yorkaise, elle en a toujours la singularité, le fort parfum d’indépendance, y a fait grandir sa manière imprégnée de vie intérieure et de songes. L’art de faire naître le beau avec presque rien, juste par la capture du regard.

La Monnaie de Paris, 11 quai de Conti (6e). Tél.: 01 40 46 56 66. Horaires: mar., dim. de 11 h à 19 h ; mer., de 11 h à 21 h. Jusqu’au 9 fév. Cat.: bilingue, coéd. Silvana Editoriale/ Monnaie de Paris (32 €).

Source: Lire L’Article Complet

"Atlantique" : conte sentimental sénégalais sur les réfugiés, Grand prix du Festival de Cannes

Fille du musicien sénégalais Wasis Diop et d’une mère française, Mati Diop a la double nationalité et s’est découverte cinéaste au contact de son oncle, Djibril Diop Mambéty, auquel elle consacra son moyen métrage Mille soleils. Son film Atlantique a décroché le Grand prix au Festival de Cannes.

Ad Vitam
Inspiré par le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul (Palme d’or 2010 pour Oncle Boonmee) et le réalisateur américain John Cassavetes (Gloria), Mati Diop joue de ces deux influences dans Atlantique, dans la mystique et la romance qui habitent le film.

Atmosphère

A Dakar, capital du Sénégal, des ouvriers impayés travaillant sur une tour futuriste décident d’embarquer à bord d’une pirogue pour rejoindre l’Europe. Parmi eux, Souleman, amoureux d’Ada, promise à un riche bourgeois local. Elle pleure le départ de son amant quand elle apprend le naufrage de l’embarcation. Au même instant, des femmes du quartier se révèlent possédées par des victimes de la catastrophe, alors que Souleman serait réapparu à Dakar…

Amadou Mbow dans “Atlantique” de Mati Diop. (Copyright Les films du bal)
Maritime et solaire Mati Diop filme aussi Dakar. Cet accord visuel de trois éléments (la mer, le soleil, la ville) font d’Atlantique un film plein d’atmosphère, soutenu par une photographie envoûtante. La musique électronique de l’artiste conceptuelle, plasticienne et compositrice Fatima Al Qadiri ajoute un charme auquel on se laisse prendre, une sorte de balade nonchalante, où le temps prend son temps.

Magie poétique

Le drame est toutefois au cœur d’Atlantique : le mauvais traitement des ouvriers, le naufrage, l’amour contrarié, le mariage forcé, la prostitution… Toujours filmé du point de vue d’Ada (Mame Bineta Sane), au centre d’enjeux culturels et sociétaux, mais aussi mystiques, la magie locale trace le fil rouge du récit.

Atlantique est un film où la mise en scène à autant à dire que l’histoire. Un poème émotionel, visuel et sonore.

La fiche

Genre : Drame
Réalisateur : Mati Diop
Acteurs : Mame Bineta Sane, Amadou Mbow, Ibrahima Traore

Pays : France / Sénégal / Belgique
Durée : 1h45
Sortie : Prochainement
Distributeur : Le Pacte

Synopsis
 : Dans une banlieue populaire de Dakar, les ouvriers du chantier d’une tour futuriste, sans salaire depuis des mois, décident de quitter le pays par l’océan pour un avenir meilleur. Parmi eux se trouve Souleiman, l’amant d’Ada, promise à un autre. Quelques jours après le départ des garçons, un incendie dévaste la fête de mariage de la jeune femme et de mystérieuses fièvres s’emparent des filles du quartier. Ada est loin de se douter que Souleiman est revenu…

Source: Lire L’Article Complet