« De si bons amis » seraient incapables d'une telle vacherie

  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « De si bons amis » de Joyce Maynard, paru le 16 janvier 2020 aux Éditions Philippe Rey.

CharlyLivres, contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres », vous recommande De si bons amis de Joyce Maynard, paru le 16 janvier 2020 aux Éditions Philippe Rey.

Sa citation préférée :

« Peut-être qu’on pourrait t’adopter, tout simplement, comme Lillian, Sammy et Rocco. » Certains auraient pu se sentir offensés, mais avec Ava, il n’existait pas de meilleur compliment que de se voir comparé à l’un de ses chiens.”

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que le roman détaille les différentes étapes qui conduisent à la manipulation des personnes les plus vulnérables : savoir se rendre indispensable auprès d’elles et leur faire couper les ponts avec leur entourage. Les victimes embrigadées par des esprits pervers ne se rendent pas compte de ce qui leur arrive, d’où, la difficulté de s’en défaire, jusqu’à la révélation d’une vérité qui surgit de manière abrupte.
  • Parce que le lecteur se prend au jeu, bien qu’on sente que quelque chose cloche dès le départ. Pourquoi ce couple excentrique et fortuné s’intéresserait-il à une mère qui a perdu la garde de son fils, alors même qu’ils semblent être plus attachés aux chiens qu’aux êtres humains ? Une domination qui va s’effectuer à tous les niveaux : professionnel, familial et affectif.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Une mère divorcée perd la garde de son fils pour conduite en état d’ébriété. Depuis, elle vivote pour essayer de mieux gagner sa vie et revoir son fils de temps en temps. Son avenir incertain est bousculé lorsqu’elle rencontre un couple fortuné qui va l’accueillir comme un membre de la famille.

Les personnages. Helen, mère qui se bat pour voir le plus souvent son fils. Ava et Swift Havilland, riche couple excentrique qui n’hésite pas à évoquer sa vie sexuelle intense.

Les lieux. La région de San Francisco.

L’époque. Actuelle, quand on ne sait plus trop à qui se fier.

L’auteur. Joyce Maynard est collaboratrice de magazines de presse écrite et de radios. Elle est l’auteure de nombreux romans dont Long week-end, Les filles de l’ouragan, L’homme de la montagne ou Prête à tout,
adapté par Gus Van Sant au cinéma.

Ce livre a été lu en savourant ma vie simple mais heureuse.

Acheter ce livre sur Amazon

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet

« Game of Trolls », l'étonnante parodie d'une série culte

  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « Game of Trolls » de L’Odieux Connard, paru le 27 novembre 2019 aux Éditions Bragelonne.

Brigitte Alouqua, contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres » et blogueuse, vous recommande Game of Trolls du blogueur
L’Odieux Connard, paru le 27 novembre 2019 aux Éditions Bragelonne.

Sa citation préférée :

“- Et vous alors ? Allons, vous êtes un solide gaillard ! Vous serez sur pied en un rien de temps ! – C’est-à-dire que j’ai plus de jambes, monseigneur… Damnation. Robbie se rendit compte qu’il avait fort peu judicieusement choisi ses mots.”

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que j’ai bien vu les clins d’œil à la série. C’est vrai que l’on s’y retrouve assez bien. La différence étant que les personnages n’ont pas les mêmes noms, et que ce qui leur arrive n’est pas forcément identique…
  • Parce que je me suis pris quelques bonnes tranches de rire, parfois même à en avoir mal au ventre.

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Si vous connaissez la série Game of Thrones, hé bien vous avez une idée de ce qui vous attend, vu que ce livre est une parodie de cette série. Si ce n’est pas le cas, hé bien vous allez plonger dans un monde sans pitié dans lequel les complots ne s’arrêteront pas tant que la nuit succédera au jour et vice versa.

Les personnages. Un peu comme dans la série, ils sont assez nombreux. On rencontre un peu de tout (nudistes, Trolls…).

Les lieux. Dans le froid du début à la fin.

L’époque. Nous sommes au Moyen-Âge, mais avec une impression d’être dans le présent avec des objets contemporains : tablettes, portables…

L’auteur. Un passionné d’histoire qui s’est fait une spécialité du décryptage de longs-métrages en mode parodique. Bien des films ont subi ce sort sous sa plume acérée dans des billets aux titres évocateurs.

Ce livre a été lu avec le plaisir de suivre le double, voire le triple jeu des trolls.

Acheter ce livre sur Amazon

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet

« Les Passeurs de Lumière #2 » ne sont pas au bout de leur peine

  • Les lectures coups de cœur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « Les Passeurs de Lumière #2 » de Blandine P. Martin, paru le 20 janvier 2020 en autoédition.

Brigitte Alouqua, contributeur du groupe de lecture « 20 Minutes Livres » et blogueuse, vous recommande Les Passeurs de Lumière #2 de Blandine P. Martin, paru le 20 janvier 2020 en autoédition.

Sa citation préférée :

« Dans quelques jours, je serai testée sur mes aptitudes de Passeur de Lumière. Le temps est passé plus vite que je ne l’aurais imaginé. »

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que la fin du premier tome était frustrante ? Oh que oui ! Est-ce que cette chère Blandine P. Martin pouvait mettre le niveau encore plus haut avec celle du second ? Carrément, elle l’a fait, tout juste un mois après la sortie du premier tome !
  • Parce que dans ce tome 2, j’ai adoré voir Serena mieux mise en avant, bien que ce ne soit pas un de mes persos chouchous. J’ai apprécié cette mise en lumière (sans jeu de mots avec le titre de l’œuvre).
  • Parce que le passé d’un des personnages refait surface et que cela va faire quelques dégâts. Oui, Blandine P. Martin est du genre à faire hurler ses lecteurs lorsqu’ils tournent la dernière page d’un tome qui n’est pas le dernier, vous êtes prévenus.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Enfin prête à voler de ses propres ailes, Elisa gagne en autonomie. Pourtant, une ombre plane au-dessus de la jeune femme et de tout le groupe dont l’équilibre s’avère encore fragile.

Les personnages. Les personnages évoluent, leurs relations également. Elisa s’émancipe et grandit de belle manière.

Les lieux. Tout comme pour le premier tome, nous sommes principalement à Londres. Mais les missions peuvent mener les personnages ailleurs.

L’époque. Contemporaine.

L’auteur. Romancière passionnée par les sentiments bruts et intenses, Blandine P. Martin compte déjà plus de 17 romans à son actif, dont certains traduits en italien, en anglais et en espagnol. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est toucher le cœur de ses lecteurs.

Ce livre a été lu avec empressement au début, frustration à la fin, attente en tournant la dernière page…

cliquer ici

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet

« Préférer l'hiver » parce qu'il annonce le printemps

Les lectures coups de coeur, ça se partage.

Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.

Aujourd’hui, « Préférer l’hiver » de Aurélie Jeannin est paru le 8 janvier 2020 aux Éditions HarperCollins

Marceline Bodier, auteure et contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres », vous recommande Préférer l’hiver d’Aurélie Jeannin, paru le 8 janvier 2020 aux Éditions
HarperCollins.

Sa citation préférée :

« Ce soir-là, je dis à voix haute : Je ne cherche pas à ce que l’on me raconte une histoire. Je veux que cela soit divinement écrit. »

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que c’est un livre dont j’ai lu la première page parce qu’une sollicitation extérieure m’y a incitée, et toutes les autres, parce qu’une nécessité intérieure m’y a obligée. C’est un roman absolument sans concession, qui explore la douleur jusqu’en ses moindres replis, ne recule devant aucun sentiment indicible, ne craint pas d’affirmer qu’il écrit l’ineffable – car c’est entièrement vrai, il le fait.
  • Parce que l’auteure explore des zones d’ombre que nous croyions bien cachées. Ses expressions les font surgir et les nomment : nous les reconnaissons comme étant aussi les nôtres. Son écriture n’est pas uniquement celle des tourments invisibles, mais aussi celle du corps : elle est très incarnée, très physique. Elle hurle, elle frappe, elle va tout au bout du besoin et des désirs de violence, de meurtre et de destruction, elle ose tout et on va au bout de tout avec elle.
  • Parce qu’Aurélie Jeannin, c’est en quelque sorte le mariage réussi de Donald Ray Pollock et de Stefan Zweig, ce qui est un tour de force dont je n’aurais jamais osé imaginer la possibilité : Le diable, tout le temps, mais aussi La lettre d’une inconnue. La confrontation avec l’horreur des pires expériences humaines, mais dans une quête intime et lente, qui englobe l’exploration du sentiment amoureux.
  • Parce que ce livre raconte la vie après des drames et que cela pourrait donner envie de ne pas le lire, pour échapper à la violence des drames d’inconnues. Mais si vous évitez cette expérience, ce n’est pas aux drames des autres que vous échapperez : c’est à la possibilité que ce livre offre de donner un nom aux drames qui vous hantent, vous.
  • Parce que je n’ai rien contre l’idée que le feel-good existe, mais un livre comme celui-là rappelle qu’on est en droit d’exiger énormément plus de la littérature, d’exiger une expérience extrême qui n’a rien à voir avec les bons sentiments. Dans un moment d’apaisement, Aurélie Jeannin écrit « Maman distingue les écrivains et les romanciers. Elle dit que les romanciers savent raconter des histoires. Que ce qui importe aux écrivains, ce sont les mots, leur enchaînement et leur rythme. Ceux qui excellent dans les deux, elle les appelle les auteurs. » Aurélie Jeannin est sans conteste un auteur.

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Le sujet fait horreur : la vie après la perte d’un enfant. Mais elle est survenue avant le livre, et on en saura peu. Plus que de la mort, c’est de la vie qu’il s’agit, et même plus que de la vie, c’est de la possibilité d’explorer tous ses sentiments, même les plus obscurs. Un sujet universel.

Les personnages. La narratrice et « Maman ». Deux femmes qui ne sont pas plus nommées que ne le sont les fils dont la mort les a fait échouer dans une cabane où elles survivent. Les humains ne sont pas nommés, mais les sentiments les plus extrêmes et les plus ineffables le sont, eux, avec une précision saisissante.

Les lieux. La forêt est la matrice originelle, la ville tue, et on demande naturellement à la forêt d’absorber la colère et la douleur. Un livre qu’on ne lit pas comme une allégorie, mais qui en prend pourtant très nettement l’allure…

L’époque. Une époque où un frère peut être assassiné par des fanatiques « qui pensaient convaincre en tuant », en même temps que 80 personnes. L’époque importe peu, le livre est intemporel, mais il peut aussi prendre une coloration terriblement contemporaine…

L’auteur. Préférer l’hiver a reçu le Prix des étoiles en février 2019 et 20 Minutes, qui faisait partie du jury,
l’avait chroniqué à ce moment-là. Ce roman lance une nouvelle auteure, mais aussi une nouvelle collection chez HarperCollins France, Traversée. L’accueil des libraires est enthousiaste : celui des lecteurs devrait apporter la consécration à cette nouvelle auteure à suivre !

Ce livre a été lu avec un sentiment d’évidence littéraire par Marceline Bodier, « lectrice passionnée et éclectique, toujours à l’affût de mon prochain coup de cœur ! »

Acheter ce livre sur Amazoni

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet

« Ce que tu as fait de moi » moins par amour que par peur

  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « Ce que tu as fait de moi » de Karine Giebel, paru le 21 novembre 2019 chez Belfond.

Happymanda, contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres » et blogueuse, vous recommande Ce que tu as fait de moide
Karine Giebel, paru le 21 novembre 2019 chez 
Belfond.

Sa citation préférée :

La passion… La vraie. Sans elle, ou sans l’espoir de la connaître un jour, que serions-nous ? Des coquilles vides et froides.

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que le talent narratif de Karine Giebel vous intrigue à la première ligne, vous accroche à la seconde et vous rend dépendant jusqu’à la fin. Vous vous engouffrez dans une passion hautement destructrice et aussi addictive que ce roman.
  • Parce que la passion ne s’explique pas, elle se ressent, et y mettre des mots n’était pas une chose aisée. Pourtant, Karine Giebel arrive invariablement à tomber juste et à me glacer le sang. L’utilisation du huis clos pour mener l’histoire renforce l’oppression et l’angoisse de l’inévitable ressenti. Dans ce thriller psychologique, on ne parle pas d’amour pur. Deux personnages qui se détestent, mais qui se désirent parce que ça fait mal, mais que ça fait du bien aussi.
  • Parce que c’est la lumière et l’obscurité qui s’entrechoquent dans une perte de contrôle de soi totale. C’est noir, cela parle de fascination, de destruction, d’incompréhension. Les contours de la passion sont décrits avec justesse et il nous est rappelé régulièrement que si nous ne l’avons pas vécu, nous ne pouvons pas comprendre. Une fois de plus Karine Giebel confirme son talent dans l’écriture de thrillers psychologiques noirs et machiavéliques. Elle ne fait pas dans la classique et c’est pour cela que nous aimons la retrouver à chacune de ses parutions.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Laetitia est une nouvelle recrue de la police sous les ordres de Richard. Elle commet une bévue sur le terrain et un harcèlement sexuel professionnel se met en place. Richard est fou d’elle et s’il ne peut l’avoir par l’amour, il l’aura par la peur. Et cette passion va les dévorer.

Les personnages. Le lieutenant Laetitia Graminsky et le commandant Richard Ménainville, sont coéquipier Olivier. Amaury le mari de Laetitia.

Les lieux. Région parisienne, salle d’interrogatoire de la police.

L’époque. De nos jours,

L’auteur. Karine Giebel est une auteure française née en 1971. Elle poursuit des études de droit et exerce en qualité juriste dans la fonction publique territoriale où elle s’occupe des marchés publics. Ses romans ont reçu de nombreux prix littéraires et sont traduits en plusieurs langues.

Ce livre a été lu avec une passion dévorante de bout en bout par Happymanda, jusqu’à une fin impensable.

Acheter ce livre sur Amazon

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet

« 6 ans » de séparation avant de torrides retrouvailles

  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « 6 ans » de Elle Seveno, paru le 5 septembre 2019 aux Éditions Hugo Roman.

MarlèneLMEDML, contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres » et blogueuse, vous recommande
6 ans d’Elle Seveno, paru le 5 septembre 2019 aux Éditions Hugo Roman.

Sa citation préférée :

Fougueux, Raph l’était complètement. Ce qui me fait hésiter, c’est que je le deviens à mon tour chaque fois un peu plus quand je suis avec lui.

Pourquoi ce livre ?

  • Parce qu’Elle Seveno nous revient avec une romance new adult addictive au possible. 6 ans c’est LA romance à ne pas louper en cette fin d’année. C’est une histoire passionnée, un récit dans un contexte où les sensations fortes viendront se mêler à tout un tas d’émotions. J’ai adoré l’univers singulier, les personnages parfaits dans leur imperfection. J’ai été agréablement surprise par l’évolution de la romance qui promet de belles heures de lecture.
  • Parce que l’intrigue a un côté très touchant, il ne s’agit pas que d’une romance lambda, les émotions sont au rendez-vous, les remises en question et l’évolution des personnages sont étudiées pour mieux nous atteindre.
  • Parce que le contexte de cette romance est vraiment original, la dynamique amoureuse n’est pas celle que je préfère habituellement, et pourtant, Elle Seveno a réussi à conquérir mon cœur avec toutes les émotions contradictoires que j’ai ressenti.

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. 6 ans… Elle Seveno s’est basée sur six années pour rendre son récit singulier et captivant. Six ans d’écart entre Vic et Raph… Six ans qu’ils ne se sont pas vus… Imaginez une romance sensationnelle, des émotions renversantes, des situations qui mettent vos nerfs à rude épreuve, un érotisme intense…

Les personnages. Vic et Raphaël ont un passif. Ils se revoient après six ans d’absence. Nos héros sont passionnés, j’ai aimé leurs caractères impulsifs, la façon dont ils ont succombé à leurs sentiments si complexes. Deux héros captivants que l’on aime avec facilité !

Les lieux. Au cœur des montagnes, près d’un lac, vous allez en prendre plein les yeux. Il y a juste ce qu’il faut de descriptions pour être propulsé dans un univers naturel qui fait rêver. Si vous aimez les sports extrêmes, vous allez aimer découvrir l’environnement du roman.

L’époque. L’histoire se déroule à notre époque.

L’auteur. Elle Seveno est une jeune autrice qui démontre déjà un fort potentiel dans différents genres littéraires. Elle s’est fait connaître avec sa saga Make me bad parue aux éditions Hugo Roman. Depuis, elle ne cesse de captiver ses lecteurs grâce à ses histoires qui transmettent de beaux messages.

Ce livre a été lu avec le sourire ! « Une lecture moderne, addictive et résolument positive ! » « Je me présente, Marlène, chroniqueuse littéraire sur le blog
Le monde enchanté de mes Lectures. Je partage mes avis livresques avec passion et objectivité ! »

Acheter ce livre sur Amazon

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet

« Le diable vous emporte », vous et vos héroïnes blessées

  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « Le diable vous emporte », recueil collectif de nouvelles, paru le 12 octobre 2019 aux éditions du Caïman.

Cassiopée, contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres », vous recommande Le diable vous emporte, recueil collectif de nouvelles paru le 12 octobre 2019 aux éditions du Caïman.

Sa citation préférée :

« Cependant, quelle que soit la façon de voir les choses, l’intime vérité d’un être est inatteignable. »

Pourquoi ce livre ?

  • Parce que ce recueil de nouvelles a été écrit par huit femmes, la photo de couverture est celle d’une femme. Seul le responsable de la maison d’éditions est un homme mais, à sa décharge, il est agréable et charmant. Cette lecture est le résultat d’une belle rencontre au
    salon des éditeurs indépendants stéphanois le 12 Octobre 2019. J’ai eu le plaisir de discuter avec l’éditeur et deux auteurs (désolée, je n’aime pas le mot autrice).
  • Parce que les thèmes et les sujets que l’on découvre sont tout à fait d’actualité. La Syrie, les femmes maltraitées, la maladie, etc. Même si l’association Dora-Suarez, à l’origine du projet, promulgue la littérature noire, il n’en est pas moins vrai que les écritures et les styles font preuve de doigté, de finesse, tout en repoussant les limites pas forcément pour apporter le mal….
  • Parce que chaque auteur a su me toucher, certaines fois avec une tristesse diffuse, une forme de désespérance, d’autres fois avec une pointe d’humour, même si le contenu est noir, sombre. Je crois que la force de chaque fiction est d’avoir laissé, à un moment ou un autre, une place, même infime, même entre les lignes, même très discrète, à une part d’humanité.
  • Parce que l’exercice de la nouvelle n’est pas facile, il faut être percutant, faire mouche en peu de lignes, ne pas s’encombrer de détails mais en donner suffisamment pour que le lecteur se sente concerné. Ces huit femmes ont réussi avec brio à sublimer leur talent pour nous offrir des textes qui nous prennent aux tripes et nous bouleversent.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. Il y en a huit, toutes différentes tant dans les lieux, que le contexte, les protagonistes….

Les personnages. Une jeune femme, une mère, une psychologue, un couple, un enfant…

Les lieux. Alep, la France, Cuba…

L’époque. Contemporaine.

Les auteures. Valérie Allam, Cendrine Bertani, Julie C Combe, Dominique Faget, Simone Gelin, Gaëlle Perrin-Guillet, Julie Subirana, Marie-Claude Vincent sont toutes des auteurs de littérature noire (ou pas, d’ailleurs !) reconnues, souvent primées…

Ce recueil de nouvelles a été lu avec une forme de gourmandise par Cassiopée. « Je savais que j’allais être surprise par chaque récit car la multiplicité des auteurs offrait des découvertes surprenantes, émouvantes, voire bouleversantes. Et j’avais le souhait de goûter à tout ! »

Acheter ce livre sur Amazon

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet

« Green Oak », les amours impossibles ont la vie dure

  • Les lectures coups de coeur, ça se partage.
  • Notre communauté vous recommande chaque jour un nouveau livre.
  • Aujourd’hui, « Green Oak » de Emma Landas, paru le 2 août 2019 chez Black Ink Editions.

MarlèneLMEDML, contributrice du groupe de lecture « 20 Minutes Livres » et blogueuse, vous recommande Green Oak de Emma Landas, paru le 2 août 2019 chez Black Ink Editions.

Sa citation préférée :

– La légende raconte qu’une Gitane était si désespérée de ne pas trouver l’amour qu’elle alla prier la lune durant toute la nuit. Elle l’implora sans relâche de l’aider à trouver un homme qui l’épouserait par amour. Au petit matin, la lune promit à la belle Gitane qu’elle aurait son homme, mais en échange, il lui faudrait lui donner son premier enfant né. La jeune Gitane accepta et elle fut exaucée. Elle trouva l’amour, duquel naquit un enfant. Mais ce dernier vint au monde aussi blanc qu’une hermine, et ses yeux étaient aussi gris que les reflets sur la lune. En le découvrant, le gitan se mit très en colère. « Tu m’as déshonoré, femme ! Cet enfant n’est pas de moi. C’est celui d’un gadjo ». Il était si furieux qu’il poignarda à mort la Gitane. Il monta en suivant la colline et abandonna tout en haut celui qu’il jugea comme n’étant pas son fils. La lune, comme elle l’avait toujours voulu, récupéra ainsi l’enfant. On dit que depuis, les soirs où celui-ci joue et sourit, la lune s’arrondit de joie. Mais lorsque l’enfant pleure, la lune décroît pour lui faire un berceau de lumière. Sauf que lui, la lune ne l’avait jamais récupéré. Il était le bâtard aux yeux gris. Ce garçon à la peau blanche, dont le père avait tué sa mère puis disparu de la surface de la Terre. Ce vaurien qui cherchait sa place au milieu d’un peuple qui le protégeait autant qu’il le rejetait. Une famille qui n’avait pas trouvé mieux que de lui donner le nom de la légende. Comme s’il pouvait oublier qui il était, ou du moins, celui qu’il n’était pas. Il était celui qu’ils appelaient l’enfant de la lune. Il était Lorialet. Et puis un jour, il a cessé d’être ce gamin isolé, humilié, ou délaissé. Car il l’avait Elle…
 

Pourquoi ce livre ?

  • Romantique dans l’âme ? Ce roman est tout simplement fait pour vous ! Dès le prologue, Emma Landas nous plonge dans un univers fantasmagorique. Ce récit se déroule sur plusieurs années, l’autrice propose une histoire singulière, une romance hors du temps, ponctuée par des rebondissements captivants. Green Oak offre une belle réflexion sur l’amour capable de surmonter tous les obstacles.
  • Parce qu’Emma Landas offre une toute nouvelle facette de sa plume, une écriture poétique et lyrique. Ses descriptions m’ont permis de me voir au milieu de cette communauté. Sa plume s’est adaptée au fil des pages, elle a mûri en même temps que ses héros. J’ai particulièrement aimé les sujets abordés par l’autrice. Une fois de plus elle nous confronte à des inégalités, à des thèmes qui font réagir et s’interroger. Cette lecture m’a énormément inspirée, à chaque épreuve de nos héros, je me suis demandé comment j’aurais réagi à leur place.
  • Parce que j’ai adoré les références mythologiques et littéraires qui peuplent le récit ainsi que la playlist qui m’a fait vibrer encore un peu plus à chaque page. Pour la première fois depuis longtemps, je me suis attardée sur la lecture, enfin quand je dis attardée, je veux dire que je l’ai lu en moins de 24h mais en prenant le temps, en relisant même certains passages qui m’ont particulièrement émue. Je voulais saisir la moindre émotion, le moindre détail ayant son importance. Et surtout, ne pas quitter nos héros trop tôt !
  • Parce que Green Oak est une romance hors du commun qui nous offre des émotions intenses et touchantes. La plume envoûtante d’Emma Landas se veut poétique et lyrique. Elle embarque le lecteur dans une histoire d’amour avec un grand A qui ravira les romantiques dans l’âme. Emma Landas nous démontre une fois de plus l’étendue de ses talents d’autrice. Elle se livre à travers un récit intimiste, une romance singulière portée par des personnages terriblement attachants qui défieront tous les obstacles pour vivre leur amour.
     

L’essentiel en 2 minutes

L’intrigue. L’histoire nous narre le destin de deux héros que tout oppose. Ils vont devoir surmonter des obstacles qui pourraient avoir raison de leur amour… Le scénario est original et plein de rebondissements. L’ambiance nous plonge dans une histoire romantique et tragique magnifique.

Les personnages. Victoria est issue d’un milieu aristocratique quand Lorialet fait partie de la communauté gitane. Nos héros sont différents et pourtant si semblables sur bien des points. Ils sont très intenses et attachants et on a le bonheur de les suivre sur plusieurs années.

Les lieux. Pas d’indicateur de lieu précis si ce n’est que cela se passe aux Etats Unis dans un état du sud profond. Vous aurez tout le loisir d’imaginer vous-même où cela se déroule, l’ambiance est propice à l’évasion.

L’époque. Pas d’époque précise, vous allez vous retrouver dans une histoire qui laissera la place à votre propre imagination. A mes yeux, cette histoire ne se déroule pas à notre époque. J’ai imaginé les personnages dans les années 1970/1980.

L’auteur. Emma Landas est L’autrice française à suivre. Avec quatre romans à son actif, elle nous propose des romances qui sortent des sentiers battus. Avec une plume singulière et pleine de sensibilité, Emma Landas est un électron libre qui laisse son imagination voguer au gré de ses envies.

Ce livre a été lu avec beaucoup d’émotion par MarlèneLMEDML : « une lecture qui marque et qui émeut ! Un coup de cœur ! »
« Je me présente, Marlène, chroniqueuse littéraire sur le blog Le monde enchanté de mes Lectures. Je partage mes avis livresques avec passion et objectivité ! »

Acheter ce livre sur Amazon

Vous voulez nous recommander un livre qui vous a particulièrement plu ? Rejoignez notre communauté en cliquant ici

20 Minutes de contexte

Une partie des liens de cet article sont sponsorisés. A chaque fois que vous achetez un livre via l’un d’entre eux, nous touchons une commission qui nous aide à payer nos factures. Pour éviter tout conflit d’intérêts, nous avons adopté la méthode suivante:

1. Les contributeurs de la rubrique choisissent leurs livres, réalisent leurs fiches et leur critique en toute indépendance, sans se soucier des liens éventuels qui seront ajoutés.

2. Les liens sont ajoutés a posteriori, à chaque fois que nous trouvons le produit recommandé sur une de nos plateformes partenaires.

Merci d’avance à tous ceux qui cliqueront !

Source: Lire L’Article Complet