"C’est un amusement différent mais délicieux" : faute de cinéma, John Carpenter se consacre à la musique

Connu pour ses films fantastiques à grand succès des années 80-90, comme Halloween, The Thing, New York 1997, ou encore Invasion Los Angeles, le cinéaste américain John Carpenter sort son troisième album de musique électronique : Lost Themes volume 3, et vit à 73 ans une sorte de seconde jeunesse.

Celui que l’on surnomme le “maître de l’horreur” produit avec cet album une musique synthétique haletante, avec des thématiques et titres horrifiques, tantôt très rythmée, tantôt plus planante. 

John Carpenter n’a plus réalisé de film depuis dix ans mais ça ne lui manque pas plus que ça. “J’ai beau adorer le cinéma, qui reste mon premier amour, c’est difficile car vous devez mettre ensemble une armée de gens pour travailler sur un film et c’est très stressant“, explique-t-il.

“J’ai travaillé des années dans l’industrie du cinéma, que j’aime passionnément, mais maintenant je suis heureux de faire de la musique.”

à franceinfo

Epaulé par son fils Cody et son filleul Daniel Davies, John Carpenter savoure désormais ce qu’il appelle une seconde jeunesse voire une renaissance, comme compositeur à part entière, animé par ce qui a toujours été un moteur pour cet éternel ado, fan de basket et addict aux jeux vidéos : l’envie de s’amuser et de se faire plaisir. “La musique est une forme d’art instantané dont vous n’avez pas besoin de discuter. La musique vient simplement, il suffit de rester assis dans une pièce avec une guitare ou un piano. C’est un amusement différent mais c’est délicieux.”

Le réalisateur se dit “très heureux” de cette carrière à laquelle à laquelle il ne “s’attendait pas“.

Un lien fort avec la France

Le Covid-19 et le confinement n’ont pas changé grand-chose à la routine de John Carpenter, habitué à être reclus et travailler depuis sa maison de Los Angeles. Il dit quand même avoir encore des projets de films, dont une adaptation de son film culte, Halloween. Le musicien a surtout envie de refaire des concerts, en particulier en France. “Les Francais ont toujours été adorables avec moi, et pour ça je leur en suis éternellement reconnaissant“, explique-t-iL. Le concert préféré de sa carrière de musicien était d’ailleurs au Grand Rex, à Paris : “C’était incroyable“, se souvient John Carpenter.   

Un nouvel album pour John Carpenter : propos recueillis par Matteu Maestracci–‘—-‘–

Copié dans le presse-papier !

Source: Lire L’Article Complet