Comment l’Occitanie fait-elle pour attirer autant de séries télé ?

  • En Occitanie, sont tournées trois des quatre séries quotidiennes diffusées à la télé.
  • C’est notamment le soutien financier de la région qui a provoqué cet afflux massif.
  • Le charme de la région et son vivier de talents y sont aussi pour quelque chose.

Trois des quatre séries françaises diffusées tous les jours sur le petit écran sont tournées en Occitanie, sur l’ex-territoire du Languedoc-Roussillon : Demain nous appartient (TF1) et Un si grand soleil (France 2) dans
l’Hérault, et Ici tout commence (TF1) dans le Gard. Seule Plus belle la vie, à
Marseille, échappe aux sirènes de la région.

« Tant de séries sur un si petit périmètre, cela ne s’est jamais vu, nulle part en France », confie Maxime Beaufey, chargé de l’accueil des tournages à la commission des films Occitanie Films, l’agence chargée de chouchouter les équipes de production dans la région. Et c’est sans compter les autres fictions télé, Candice Renoir (France 2) ou Tandem (France 3) en tête, qui ont elle aussi posé leurs caméras à l’est de l’Occitanie.

Un boom des jours de tournage en 2019

La région est désormais la deuxième en France où le nombre de jours de tournage est le plus important, après Paris : 2.399 en 2019, soit un boom de 41,5 % par rapport à 2018. Grâce, essentiellement, aux séries Un si grand soleil et Demain nous appartient, qui représentaient à elles seules plus de la moitié des journées de tournage. A titre de comparaison, il y a cinq ans, il n’y avait eu « que » 465 jours de tournage en Occitnaie. Comment le territoire, particulièrement l’ex-Languedoc-Roussillon, a-t-il réalisé la prouesse d’attirer autant de feuilletons, ces dernières années ?

C’est, sans doute, avant tout, une question de gros sous. Les collectivités, la région Occitanie en tête, mettent chaque année la main au portefeuille pour séduire les équipes de production. « Nous avons pu compter ici sur des élus volontaires et enthousiastes », avait glissé Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions, en mars 2018, en visite à Vendargues, près de Montpellier, inaugurer les studios d’Un si grand soleil. La région Occitanie a ainsi engagé une enveloppe de 4,2 millions d’euros en 2019 pour accompagner la création audiovisuelle, dont les séries, et 4,7 millions d’euros en 2020. Pour Maxime Beaufey, c’est « fondamental ». « Les aides sont extrêmement incitatives pour les productions, à ancrer leurs séries sur le territoire », note-t-il.

Les collectivités font tout, également, pour faciliter la tâche des équipes de production. C’est le job d’Occitanie Films, mais aussi du bureau des tournages, à Montpellier.

La comédienne Mélanie Maudran dans les loges de la série Un si grand soleil

Entre 30 et 35 millions d’euros de retombées économiques

Mais la région en a pour son argent, et l’implantation de feuilletons est un véritable cercle vertueux. Les retombées économiques des tournages sont très importantes, entre 30 et 35 millions d’euros par an, selon des estimations d’Occitanie Films. Et avec plusieurs millions de téléspectateurs chaque soir, les séries sont notamment un accélérateur de tourisme. « C’est une carte postale de l’Occitanie envoyée chaque soir aux Français », note Maxime Beaufey. Plusieurs collectivités ont d’ailleurs mis en place des dispositifs singuliers pour satisfaire ces accrocs aux feuilletons : à Montpellier, un dépliant propose aux touristes d’aller se balader sur les lieux de tournage d’Un si grand soleil, et à Sète, le petit train fait toujours une halte là où est fabriqué Demain nous appartient.

La carte réalisée par l'office de tourisme de Montpellier qui réunit les lieux de tournage d'Un si grand soleil

Mais si l’Occitanie attire les caméras, ce n’est pas uniquement une question d’argent. C’est, aussi, grâce son charme. « En termes de décors, c’est un terrain de jeu génial pour ces séries, reprend Maxime Beaufey. Dans un rayon assez restreint, la région Occitanie possède une variété de paysages vraiment exceptionnelle, le littoral, les Cévennes, des villages médiévaux, des quartiers modernes etc. »

Il y a un autre facteur qui joue en faveur de la région. Une série en attirant une autre, un véritable vivier de comédiens, de techniciens (et même de figurants !) s’est constitué en Occitanie. TSF, un acteur majeur des tournages, et le Cours Florent, ont par exemple ouvert une antenne à Montpellier, en 2015. Depuis, d’autres écoles de comédie ou d’audiovisuel sont sorties de terre, créant un « environnement très favorable », note le chargé de l’accueil des tournages d’Occitanie Films. Les comédiens et les techniciens travaillent en Occitanie, alors qu’ils devaient bien souvent, avant, « monter à Paris ». Et ça, c’est bon pour l’emploi dans le coin. Un cercle vertueux, on vous dit.

Source: Lire L’Article Complet