INTERVIEW. Antoine Duléry (Liés pour la vie) : "Il y a quelque chose de familial dans cette histoire"

A l’occasion de son apparition dans Liés pour la vie, la nouvelle fiction de Laetitia Milot diffusée sur TF1, Antoine Duléry a accepté de se confier à Télé Star. Entretien.

Télé Star : Vous retrouvez Laetitia Milot dans "Liés pour la vie", sa nouvelle fiction diffusée sur TF1. Heureux ?

Antoine Duléry : On s’est parlé avec Laetitia Milot et je crois qu’elle était très heureuse qu’on se retrouve.De mon côté j’étais très content aussi de retravailler avec elle. On s’était croisé dans "Quand je serai grande, je te tuerai" et pour "Liés pour une vie" on s’est de nouveau très bien entendu sur le tournage qui s’est déroulé il y a un an.

Que pensez-vous du scénario qui raconte le destin brisé d’une championne d’équitation ?

Il y a quelque chose de très familial dans cette histoire. C’était très agréable de se retrouver dans ce haras au milieu des chevaux. C’est un milieu que je connais pas très bien. L’histoire est un beau mélo qui m’a touché. Le père qui croit coûte que coûte au retour de sa fille sur un cheval c’est très beau.

Vous incarnez justement Jérôme Maillard, un papa très optimiste voire un peu trop…

C’est un battant qui croit au renouveau de sa fille, contrairement à sa femme. C’est un personnage positif qui est très enveloppant avec sa fille. Il y a à la fois quelque chose d’obstiné et de très touchant chez Jérôme Maillard. Autant j’adore jouer des salauds, là c’est un personnage positif. Quand on est dans une situation comme celle qu’il vit on croit à l’incrédible. Je ne juge pas le personnage et je crois qu’il a raison d’agir ainsi. Son aveuglement est bien et par amour. Si ça devait m’arriver je pense que je ferai tout aussi pour garder espoir.

Et dans la vie, quel genre de père êtes-vous ?

Je ne suis pas autoritaire. Je suis un papa-copain qui peut parfois être beaucoup plus jeune que mes garçons dans ma tête. Comme disait mon ami Claude Lellouch les acteurs ne quittent jamais la cours de récréation. Je ne suis pas autoritaire mais je suis un papa très aimant. Je rigole énormément avec mes fils. Raphael, l’aîné qui prend le même chemin que son papa me fait très rire et Lucien, le cadet me fait marrer aussi. Ils sont très joyeux tous les deux.

Quel genre de comédienne est Christiana Reali, votre complice d’écran ?

Je la connais depuis des années. On a joué au théâtre ensemble il y a longtemps mais on avait jamais partagé l’affiche du petit écran. Le duo s’est créé de façon naturelle. C’est une actrice remarquable, fine, qui va tout de suite à l’essentiel. On est très complice. J’aime les gens comme elle qui sont professionnels. Ca a été un gain de temps de se connaître en dehors des caméras surtout pour jouer un couple intime.

Laetitia Milot est-elle vraiment bonne cavalière ?

Oui ! Et c’est d’ailleurs ce qui a retenu mon attention. Elle a fait un gros travail dont je suis admiratif. Elle ne montait pas et elle a vraiment appris à faire du galop, à ne plus utiliser ses jambes… Je trouve que c’est une petite qui travaille très bien l’inverse de moi qui a peur des chevaux, je dois l’avouer car je ne les connaît pas.

Il est question de secret dans ce téléfilm. Selon vous, toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ?

Pas forcément. Dans le cas précis du téléfilm c’est bien car c’est important et ça permet au personnage concerné de se décharger. Mais tout dire peut-être une bêtise, parfois il faut garder son jardin secret. La vérité doit être dite quand il s’agit de gros mensonges mais sinon non. On ment tous dans la vie, ce sont des petits arrangements (rires).

Trois raisons de ne pas manquer le téléfilm…

C’est une très belle histoire, un mélo très touchant et qui est plein d’espoir. En cette période nous avons besoin de bons sentiments.

Source: Lire L’Article Complet