Jeanfi Janssens : ce petit ami qui a voulu renouer en découvrant sa célébrité

Avec son premier spectacle Jeanfi décolle enregistré au théâtre Sébastopol à Lille, le steward le plus célèbre de France se révélait un véritable humoriste, sincère et adepte de l’autodérision. W9 le diffuse mardi 30 mars à 21h05.

Télé Star : Cette captation a eu lieu dans votre région puisque vous êtes né à Maubeuge. Quel effet cela vous a-t-il fait ?

JEANFI JANSSENS : Le public du Nord est enthousiaste et chaleureux. D’ailleurs dans la rue, les gens me jettent leurs culottes. (Rires.) Les vieilles dames viennent souvent vers moi. Elles m’aiment beaucoup et c’est réciproque.

Dans le spectacle, vous racontez comment vous avez révélé à votre mère votre homosexualité. Tout est-il conforme à la réalité ?

Oui ! Même si j’ai peut-être un peu exagéré les réactions… Ma sœur était déjà passée par là puisqu’elle aussi est homosexuelle ! Ma mère s’est mise à pleurer, non pas à cause de la nouvelle, mais parce que : ‘Pour toi la vie ne va pas être facile’. C’est ce qu’elle m’a dit.

Votre cas peut-il être un exemple pour certains jeunes ?

Je n’ai jamais essayé de délivrer de message. Je ne suis pas le fer de lance des gays. Il m’est arrivé quand même de recevoir du courrier de jeunes dont les parents écoutent les Grosses Têtes de RTL et qui m’ont expliqué qu’en m’entendant en parler ils ont réussi à faire leur coming out.

Ce petit copain allemand, prénommé Mustapha, a-t-il existé ?

Bien sûr, il est même revenu sonner à ma porte avec un bouquet de fleurs il n’y a pas très longtemps. Il a dû apprendre par des amis en commun que j’étais devenu célèbre et que je parlais de lui. Mais je lui ai dit que j’avais changé et que je ne voulais plus de lui.

Êtes-vous célibataire en ce moment ?

Oui, et je lance un appel ! (Rires.)

Vous êtes un ancien steward et l’un des sketches souligne l’impolitesse des passagers. Constatez-vous une dégradation de ce point de vue là ?

Sur les long-courriers, oui. Il suffit de voir l’état dans lequel l’avion est laissé après un tel voyage. Quand les gens ne sont pas chez eux, ils ne respectent rien. Depuis le 11-Septembre, tout s’est dégradé. Les portes du cockpit sont bouclées, on ne peut plus parler au commandant. Il y a une tension dans les avions.

D’où vient cette envie de faire rire ?

Quand j’étais jeune, j’avais un vrai problème de poids. Pour intégrer un groupe, il fallait que je fasse rire. Et j’avais déjà pas mal d’autodérision.

On dit que vous avez fait quelques retouches sur votre visage. Est-ce le cas ?

Pas de chirurgie mais du botox. J’ai remplacé des trous par des bosses !

Source: Lire L’Article Complet