Musique : ascension et chute d'Antonia Brico, la première femme cheffe d'orchestre

Antonia Brico a été la première femme dans un monde d’hommes : celui des chefs d’orchestres. Toute sa vie, elle a dû se battre pour se faire une place. Elle a connu la misère, la célébrité puis l’oubli. Son enfance est douloureuse : née à Rotterdam (Pays-Bas) en 1902 et abandonnée à la naissance, elle est élevée aux Etats-Unis, par des parents adoptifs qui la maltraitent. Elle débute comme ouvreuse dans une salle de concert. Aidée par un mécène, elle part en Europe apprendre la direction d’orchestre. 

Une blessure à vie 

Après quelques années, Antonia Brico parvient à diriger, en 1930, le Philharmonique de Berlin (Allemagne), l’un des plus prestigieux au monde, avec succès. « Les critiques allemands disent [que] les jeunes chefs hommes auraient beaucoup à apprendre de cette prodige. (…) Elle fait la Une de beaucoup de journaux« , raconte sa biographe, Marina Chiche. Quand Antonia Brico rentre aux Etats-Unis, tout le monde se l’arrache. 

On lui promet un poste de chef d’orchestre à Denver, mais c’est finalement un homme qui est choisi. Elle met un terme à sa carrière, donne des cours de piano et dirige des orchestres amateurs. La blessure ne s’est semble-t-il jamais refermée. « Je n’en parle pas tous les jours, je ne raconte pas à quel point mon cœur est brisé. (…) C’est un déchirement perpétuel », confiait-elle à l’âge de 72 ans, dans un documentaire. 

Source: Lire L’Article Complet