“Nicolas Sarkozy n’est pas jugé pour corruption” : Pascal Praud accusé de fake news sur Twitter (VIDEO)

L’animateur et ses chroniqueurs ont ignoré leur invitée qui a aussitôt corrigé les propos erronés de Pascal Praud dans “L’heure des pros” sur CNEWS.

Accusé de trafic d’influence et de corruption dans l’affaire des écoutes, Nicolas Sarkozy a fait l’objet d’un procès très médiatisé qui s’est achevé le 10 décembre dernier. Le verdict sera rendu le 1er mars prochain par le tribunal, alors que le Parquet national financier a requis quatre ans de prison dont deux ferme contre l’ancien président de la République. 

À lire également

Canal+ : se sentant “menacé”, un chroniqueur a demandé à Le Monde de censurer ses critiques envers CNEWS

S’il a été annoncé dès le 8 janvier 2020 que Nicolas Sarkozy serait jugé pour corruption dans cette affaire, Pascal Praud était encore persuadé du contraire en ce mois de décembre, près d’un an après. En effet, un extrait de son émission L’heure des pros sur CNEWS le 23 novembre dernier refait surface sur les réseaux sociaux. On y voit le présentateur réagir au bandeau d’information affiché en bas de l’écran de la chaîne d’information du groupe Canal+. “Bon, euh, d’abord, il n’est pas jugé pour corruption, hein, Nicolas Sarkozy. Notre bandeau, effectivement, vous pouvez…“, a-t-il lâché, sans qu’aucun de ses chroniqueurs présents sur le plateau (tels qu’Élisabeth Lévy ou Jean Messiha, ndlr) ne le contredisent.

À lire également

Pascal Praud moqué par Guillaume Meurice de France Inter dont il exige le licenciement sur CNEWS

Noémie Schulz, grand reporter au service police-justice de CNEWS, participait au débat en appel visio depuis son domicile. Celle-ci a été plus qu’étonnée par la déclaration totalement erronée de son interlocuteur. “Si si, il est jugé pour corruption et trafic d’influence“, a-t-elle répondu. Ignorée aussi bien par l’animateur que par ses chroniqueurs, celle-ci a insisté : “Si, si !“. Malgré ses efforts, personne sur le plateau n’a daigné reconnaître que Pascal Praud venait de commettre une sérieuse bourde, et tous ont continué de prétendre ne pas entendre la seule intervenante qui, fort heureusement, rétablissait la vérité.

Cette séquence provoque actuellement la colère des internautes sur Twitter, qui accusent la chaîne info de désinformation et de manquement à la déontologie du journalisme. Plus tard, le présentateur et les journalistes ont soulevé la question : “Ce procès est-il un règlement de comptes entre les juges et Nicolas Sarkzoy ?“. 

Les journalistes de @CNEWS me font halluciner délibérément il fait une fake news @PascalPraud

Hugo Mallais

Source: Lire L’Article Complet