Pourquoi le présentateur du JT est-il un pilier de la télévision ?

  • Jean-Pierre Pernaut a annoncé sa décision de quitter la présentation du 13 heures à la fin de l’année.
  • Même s’il reste dans le groupe TF1, la chaîne perd l’un de ses visages les plus emblématiques.
  • Mais pourquoi les chaînes reposent-elles autant sur ces figures qui semblent indéboulonnables ?

C’est ce que l’on appelle un petit séisme médiatique. Après plus de trente ans de présentation, Jean-Pierre Pernaut quitte le 13 heures de
TF1. Une nouvelle qui a fait le tour des médias et qui semble marquer la fin d’une époque. Parce que quand celui qu’on surnomme JPP prend les commandes du
JT pour la première fois en 1988, il n’y a que six chaînes de télé, le Club Dorothée est encore une nouveauté et Fort Boyard n’existe même pas.

Dernière grande vedette de l’information à la télévision, le départ de Jean-Pierre Pernaut est un événement médiatique. D’abord parce qu’il détient le record de longévité à la tête d’un JT, mais aussi parce que les téléspectateurs y sont grandement attachés, comme les lecteurs de 20 Minutes en ont témoigné tout au long de la journée. Plus qu’une personnalité du petit écran, le journaliste est devenu un membre de la famille au fil des décennies. Et cela, c’est grâce à la force du programme qu’il incarne.

Le présentateur du JT, la « vitrine » des chaînes

Si la télévision est un média d’habitude, le journal télévisé est carrément un programme de routine. Avec son rendez-vous donné à heure fixe deux fois par jour, il est devenu une institution, et on se risquerait presque à dire qu’il fait partie du patrimoine culturel. Le choix de la personne qui l’anime est donc primordial pour les chaînes. « C’est un moment de référence inamovible qui rythme la vie des téléspectateurs. Il reste un rituel et c’est parce qu’il est ritualisé qu’il continue », analyse Thibault Le Hégarat, docteur en histoire contemporaine.

Afin de ne pas troubler le public, il faudra trouver à Jean-Pierre Pernaut un successeur (ou une successeure) qui saura autant attirer la sympathie que lui car il en va de l’image de TF1. « Les chaînes généralistes ont besoin d’être incarnées, note Benoît d’Aiguillon, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication. Leur vitrine, c’est celui ou celle qui présente les JT. C’est leur tête de gondole. » Impossible alors pour elles de se passer d’un visage familier, capable de rassembler plus de cinq millions de personnes. Un score que très peu d’émissions parviennent à atteindre régulièrement aujourd’hui.

La fin de l’animateur vedette ?

« C’est une personnalité que les téléspectateurs viennent chercher quand ils regardent le 13 heures. Elle doit leur plaire », affirme Thibault Le Hégarat, qui explique également qu’il y a des raisons économiques derrière ce record de durabilité. « Les présentateurs sont des figures qui attirent l’adhésion de millions de téléspectateurs, il n’y a pas de raison de se passer de ces personnes-là. C’était aussi un choix de maintenir à l’antenne quelqu’un qui rassemble un large public », explique le docteur en histoire contemporaine.

L’enjeu pour TF1 est désormais de trouver quelqu’un qui se projette au long terme sur le siège du présentateur du 13 heures. Malgré un départ qui marquera l’histoire de la télévision, la chaîne continuera à jouer sur l’incarnation forte de son journal, parce que c’est ce qui plaît le plus aux téléspectateurs. « 
Le départ de PPDA, le plus emblématique de la figure de l’homme tronc, qui n’a pas mis fin à cette pratique. Donc cela continuera d’être la norme », explique Thibault Le Hégarat.

Face à Jean-Pierre Pernaut et ses 32 ans de maison, Claire Chazal et Patrick Poivre d’Arvor font pâle figure, avec respectivement 24 et 21 ans de JT. Leurs départs, qui ont également été des événements médiatiques en leur temps, ne se fait pourtant plus ressentir aujourd’hui. Malgré le rôle prédominant de JPP, le schéma devrait se répéter encore une fois. « La télévision reste du consommable, précise Benoît d’Aiguillon. Il restera dans l’histoire de la télé, c’est un excellent journaliste mais les gens s’habitueront. »

Source: Lire L’Article Complet