Suprêmes : Un biopic sur NTM prenant à la mise en scène impeccable, notre critique

Attendu dés aujourd’hui dans les salles obscures françaises, Suprêmes est  un biopic puissant et étonnant sur la formation du groupe NTM. Critique.

On se rappelle tous d’8 Mile (2002) avec Eminem ou encore Straight Outta Compton (2015), le biopic sur le groupe de rap américain N.W.A. Le cinéma outre-Altlantique n’a pas attendu 2021 pour raconter la formation des groupes de rap les plus mythiques ou pour aborder la culture hip hop de tout un pays. En France, en revanche, il a fallu attendre Audrey Estrougo, la metteuse en scène débarquant dés aujourd’hui dans les salles obscures françaises – et dans le game du rap français – grâce au biopic sur la formation du groupe NTM, Suprêmes. Plus précisément, le film raconte les origines du groupe mené par Joey Starr et Kool Shen, de leur première scène en Seine-Saint-Denis jusqu’à leur premier Zenith.

Un choix judicieux pour les moins initiés qui offrira aux fans absolus une nouvelle appréhension des deux rappeurs. Avec Suprêmes, le spectateur sera directement plongé dans les années 1990. Des murs au style vestimentaire des personnages en passant par la musique, le travail sur les décors est tel qu’il permet une véritable immersion dans cette histoire qui sent bons les 90’s. La mise en scène représentera également le point fort du film, Audrey Estrougo offrant des moments particulièrement inventifs. On appréciera également l’aspect politique du long-métrage vis-à-vis de l’abandon des cités et des violences policières. Un sujet ô combien actuel aujourd’hui en 2021 mais qui sera abordé de façon inédite dans le film.

On plonge également avec fascination et sensibilité dans l’histoire des personnages. L’émotion sera surtout concentrée sur celui de Joey Starr (Théo Christine), abandonné par un père et une mère durant son enfance. Si cet élément fera l’objet de certaines longueurs, ceci sera contrasté par la dynamique d’un groupe que Kool Shen (Sandor Funtek) semble parfois porté à bout de bras. Leur duo fonctionnera de manière convaincante dans le film, tout en offrant des séquences inédites, parfois brutales mais terriblement humaines.

Finalement, Suprêmes est un biopic étonnant, qui prouve que le cinéma français ne doit pas avoir peur de s’essayer au genre du biopic, qui plus est au biopic sur le rap. L’histoire se dessine de façon rythmée avec émotion et groove. On plonge avec plaisir dans leur récit, ceci offrant une certaine fraîcheur et un attachement à l’un des plus grands groupes de rap français. Alors laissez-vous tenter par Suprêmes, à moins que le biopic House of Gucci avec Lady Gaga et Adam Driver ne soit plus alléchant !

  • La mise en scène travaillée
  • Le travail sur la musique, les décors et les costumes
  • L’immersion dans la formation d’NTM
  • L’émotion et la puissance du film
  • L’aspect politique
  • Les longueurs par rapport à la relation père et fils de Joey Starr.

Conclusion





De prime abord, Suprêmes peut effrayer les réfractaires du rap. Néanmoins, si vous êtes cinéphiles, on vous conseille vivement de vous plonger dans ce biopic inédit sur le groupe NTM. De la mise en scène à l’aspect politique en passant par l’immersion dans les 90’s, Audrey Estrougo est parvenue à offrir un film unique dans le paysage français. Grâce à son duo d’acteurs, la réalisatrice retrace le parcours sensationnel de Joey Starr et de Kool Shen avec beaucoup de sensibilité. Un film comme le cinéma français en fait peu et qu’il ne faut pas manquer !

Source: Lire L’Article Complet