TEMOIGNAGE. Reed Timmer : cette chose improbable que ce chasseur de tornades a vu voler

Météorologue et chasseur de tornades, Reed Timmer, 41 ans, a vu plus de 700 de ces phénomènes. Son but : recueillir des données pour mieux les comprendre et sauver des vies. La série documentaire A la poursuite des tornades, le mercredi à 21 h 00 sur National Geographic suit son travail.

Télé star : Qu’aimez-vous donc dans les tornades ?

Reed Timmer : Je les vois comme des organismes qui vivent, respirent et dont je veux comprendre la dynamique. C’est pourquoi nous lançons des capteurs dans les tornades avec des fusées en modèle réduit. Les tornades sont entourées d’une gaine d’air descendant, qui piège l’air entrant à l’intérieur du vortex. Une fusée permet de traverser cette gaine. Les capteurs attachés à des parachutes sont emportés par les vents à l’intérieur et transmettent ensuite des données qui aident à comprendre la structure tridimensionnelle des tornades, la circulation des flux à l’intérieur et la force du vent au niveau du sol.

Vous n’avez donc plus à aller vous-même au cœur d’une tornade ?

Et c’est une bonne chose. Je suis entré dans dix ou douze tornades, dont trois ou quatre très violentes. La première fois, j’étais si concentré sur l’interception de la tornade que je n’ai pas vraiment pensé aux conséquences. J’avais aussi confiance dans la conception de mon véhicule, le Dominator, pour être en sécurité. Mais une fois à l’intérieur, j’ai ressenti la véritable puissance de la tornade et les rafales de vent. J’avais mal aux oreilles à cause de l’intense chute de pression. Depuis, je n’ai cessé d’avoir peur d’intercepter une tornade. Mais maintenant, j’ai juste à m’approcher à environ 50 m, profiter de la vue et envoyer les fusées.

À quoi ressemble l’intérieur d’une tornade ?

C’est comme si vous étiez dans un banc de brouillard rotatif, avec beaucoup de débris tournant autour de vous. Il y a beaucoup d’embruns. C’est difficile de voir à l’intérieur. Il y a aussi beaucoup de turbulences et de petites tornades. C’est très chaotique.

Êtes-vous fou ?

(Rires.) Non, juste passionné. Je respecte le pouvoir des tornades. Je sais de quoi elles sont capables. J’ai vu, bien trop souvent, les dégâts et les morts qu’elles laissent derrière elles. Cela me motive encore plus à les chasser et à avertir la population qui se trouve sur leur chemin. Grâce à nos recherches, les plans de sécurité sont aussi de plus en plus efficaces pour protéger les gens et on conçoit de meilleures structures, capables de résister à des vents puissants.

Quelle est la chose la plus improbable que vous ayez vue voler ?

Une vache. Au début, je ne voyais s’envoler qu’un objet avec quatre petits piquets. Puis j’ai compris que c’était une vache. C’était triste. Le bétail est souvent piégé dans un champ par une clôture. Quand une tornade survient, il n’a nulle part où aller et se trouve emporté.

Source: Lire L’Article Complet