Top Chef : Philippe Etchebest violemment attaqué par un ancien candidat après son coup de gueule sur le reconfinement

Après son coup de gueule contre le reconfinement annoncé par le gouvernement le 28 octobre dernier, Philippe Etchebest s’est attiré les foudres d’un ancien candidat de Top Chef.

Des propos qui ne passent pas. Le 28 octobre dernier, Emmanuel Macron a annoncé ce que de nombreux professionnels de la restauration craignaient : un reconfinement. Contraints de fermer boutique ou de privilégier la livraison à emporter, certains subissent de plein fouet de nouvelles conséquences économiques après un premier confinement très contraignant. Et même si ce deuxième est plus souple, Philippe Etchebest lui a dénoncé une "mise à mort" de sa profession. Des propos qui n’ont pas plu à un ancien candidat de Top Chef.

"Et sinon !? Au lieu de chialer d’interpeller le président et de s’écouter parler autour de « conf de presse «  bien léchée de chez lui avec les leviers qui sont les siens !", a ainsi commencé Jérémy Moscovici, qui s’est fait connaître dans la saison 6 de Top Chef. "Sa visibilité ! Mais réinvente toi ! Pour ça c’est sûr il faudrait rentrer dans une cuisine", s’est ainsi emporté le jeune Chef, qui a également participé à la téléréalité Les Anges.

Philippe Etchebest : "On va droit dans le mur"

Des mots durs à l’encontre de Philippe Etchebest, qui le 29 octobre dernier avait fait part dans Touche pas à mon poste de son désarroi concernant l’impact de la crise sanitaire sur le milieu de la restauration. "C’est l’histoire d’une vie pour beaucoup de gens, pour beaucoup de familles, et ça c’est terrible. […] Le lien social va être rompu, ça va être terrible. On peut pas rivaliser avec la santé, elle est importante la santé, je l’entends. Mais comment aujourd’hui, en 2020, on a à choisir entre la santé et l’économie ? Ça je ne le comprends pas", avait-il ainsi confié, dénonçant que les aides versées durant le premier confinement aux restaurateurs n’avaient finalement pas suivi. "Aujourd’hui, ce qui se passe, c’est une mise à mort de notre profession. Il y a plusieurs mois, j’avais annoncé 250.000 pertes d’emplois, 30 % de faillite… On va droit dans le mur. Et je pense que c’est une estimation optimiste", avait-il conclu.

Source: Lire L’Article Complet