VIDEO. Avec son label, Cœur de Pirate veut mettre fin au sexisme dans l'industrie musicale

« J’ai vécu du sexisme, en fait, toute ma carrière. Je ne pense pas que je suis la seule. »

Cœur de Pirate vient de racheter Dare to Care, une maison de disques à Montréal qui existe depuis 20 ans et celle qui l’a lancée. Elle espère ainsi changer les codes dans l’industrie musicale qui, selon elle, sont sexistes. « Encore aujourd’hui, les gens ne pensent pas que j’écris mes propres chansons. Et ça, ça me fait toujours bien rigoler« , confie-t-elle. Lorsqu’elle a commencé la musique en 2008, elle se souvient que la scène musicale était surtout masculine : « C’était fascinant de voir comme l’attention n’était pas nécessairement sur mes chansons mais plus sur mon physique qui était correct, je crois, à l’époque. »

Des postes de direction féminisés ?

Selon Cœur de Pirate, il est important que les postes de direction soient davantage occupés par des femmes. Elle invite aussi à la mise en place d’une charte contre le harcèlement sexuel. « Nous, on en a une. Dans le milieu culturel, on ne sait pas quand la ligne du travail s’arrête. Est-ce que c’est la salle de concert ? Est-ce que c’est le studio ? Est-ce que c’est au bureau ? » Le regard sur les femmes doit également évoluer dans les médias. Enfin, avec Dare to Care, Cœur de Pirate veut instaurer une structure nécessaire pour les artistes qui ne sauraient pas où se tourner et rétablir un lien de confiance.

Source: Lire L’Article Complet